Une tribune pour les luttes

La voix des Rroms

Valls candidat UMP en 2017 ?

+ Communiqué du 17 août : Le changement commencera peut-être la semaine prochaine.

Article mis en ligne le samedi 18 août 2012

Après les nombreuses réactions qu’a suscité la reprise de la politique de Sarkozy-Hortefeux par M. Valls, le ministère de l’Intérieur tente de se démarquer de l’UMP. Il le fait mal, et il faut dire que l’exercice n’est pas aisé :

« Il a été mis fin à la politique du chiffre » dit le ministère, ce qui est vrai. Mais l’absence d’annonce d’objectifs chiffrés change-t-il quelque chose à la reprise intensive des expulsions en grande pompe en présence de journalistes ?

« Contrairement à la politique menée par le précédent gouvernement, aucune population n’est ciblée pour elle-même, il n’y a plus de ’politique ethnique’ en France ». Ceci n’est pas sans rappeler la fameuse circulaire Hortefeux du 5 août 2010, illégale parce qu’elle désignait nommément les Rroms, retirée après les menaces de la Commission européenne et remise en circulation de manière légale après lui avoir enlevé le mot «  roms », une fois que la cible était bien claire à l’esprit des préfets. Alors, certes Valls n’est pas Hortefeux du 5 août 2010, car il n’utilise pas le mot «  roms » mais l’expression «  population dites roms ». Valls n’est pas non plus Hortefeux du 13 septembre 2010, qui avait remplacé dans la circulaire le mot "roms" par « quels qu’en soient les occupants ».

« Des élus de gauche comme de droite réclament (leur) évacuation, face à la demande pressante et légitime des populations, comme notamment à Villeneuve-d’Ascq, à Lille et à Lyon », a noté l’Intérieur à l’AFP. Que ce gouvernement est à l’écoute du peuple. Tenez, la prochaine annonce sera certainement le référendum tant demandé pour l’adoption du pacte budgétaire européen, parole de socialiste ! Et dans la foulée, on soumet aussi à référendum le rétablissement de la peine de mort, tant pis pour Badinter !

Pour info, à Lyon, des voisins de Rroms menacés d’expulsion vendredi avaient suspendu à leurs fenêtres des pancartes sur lesquelles était écrit : «  Laissez-nous vivre ensemble » et « laissez nos voisins tranquilles ». (http://www.libelyon.fr/info/2012/08...) Entre Valls et les témoins lyonnais, il y en a un qui ment.

Le ministère se défend de toute « stigmatisation » dans sa façon d’aborder la question des Rroms. Mais alors pourquoi le ministre a-t-il menti en parlant d’« une situation de confrontation entre les populations des quartiers populaires et les populations dites roms » en Seine-Saint-Denis pour justifier ses « démantèlements » ? Si ce n’est pas de la stigmatisation, c’est un peu pire… c’est inventer des tensions lorsqu’il n’y en a pas, quitte à les susciter. Malgré tous les efforts pour l’éviter, cela rappelle l’été 2010 !

L’exercice de communication auquel se livre M. Valls n’est pas difficile. Il est tout simplement impossible. Sa politique ressemble à celle de MM. Hortefeux et Guéant comme deux gouttes d’eau. Les soutiens réitérés au sein de la droite de l’UMP ne sont pas des errements. Le zèle de M. Valls a réussi même à déstabiliser le député Philippe Meunier, secrétaire national UMP aux libertés publiques et membre de la droite populaire, au point de faire une gaffe. M. Meunier a en effet assuré ce samedi que le président François Hollande devait « exiger une renégociation des traités européens », pour « permettre l’expulsion de Roumains sans ressources », alors que toutes les expulsions des Roumains se font sur cette base depuis des années ! En d’autres mots, c’est l’UMP qui cherche désespérément à exister face à M. Valls.

Il n’y a pas à dire, M. Valls a réussi mieux qu’Eric Besson, et il pourrait même porter les couleurs de l’UMP pour la présidentielle 2017. Il a cinq ans pour convaincre la gauche et le centre le l’UMP.


Communiqué du 16 août 2012

La voix des Rroms salue l’initiative d’une réunion interministérielle et d’une consultation des associations. Espérant que cette réunion marquera le début d’un traitement global de la situation de quelques 15 000 Rroms roumains et bulgares en situation de précarité, La voix des Rroms souhaite contribuer à une telle démarche avec son expertise de terrain. Elle l’a fait savoir dans un courrier adressé au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, où elle mentionne aussi l’écueil que représentent les "villages d’insertion", présentés par leurs promoteurs comme une "alternative". Par ailleurs, cette dérive fait l’objet d’une tribune à paraître au journal Libération de demain, 17 août.

- - - - - - - -

Monsieur le Premier ministre,

Au nom de l’association "La voix des Rroms", je tiens à féliciter l’initiative d’une réunion interministérielle que vous présiderez au courant de la semaine prochaine. En effet, nous espérons qu’elle marquera le début de changements importants, non seulement pour les quelques 10 à 15 000 Rroms de citoyenneté roumaine et bulgare en situation de précarité, mais aussi de l’ensemble de la population française, y compris les quelques 500 000 Rroms.

Au vu de nos expériences, il nous semble essentiel d’assurer un accès effectif au droit commun pour chaque catégorie de personnes, et la perspective de la levée des restrictions à l’accès à un emploi en France pour les ressortissants roumains et bulgares nous réjouit. Il est vrai qu’elle ne suffira pas à elle seule à résoudre les problèmes rencontrés par ces familles, mais elle constitue la base sans laquelle toute autre mesure resterait vaine.

L’annonce à la presse d’une consultation des associations nous donne de l’espoir. En effet, l’expertise de terrain des associations, comme celle des élus locaux, est précieuse et gage de réussite. Un bilan objectif des expériences menées ces dernières années dans un certain nombre de villes devrait permettre à la fois la mise en commun et l’échange des connaissances et des compétences et l’évitement d’erreurs qui ont pu être commises. Ces expériences sont en effet assez inégales, et celles menées dans votre circonscription par exemple se distinguent positivement par rapport à d’autres, comme les dispositifs dits « villages d’insertion », notamment en Seine-Saint-Denis.

Comptant en son sein une majorité de Rroms, y compris parmi la population qui fera l’objet de votre réflexion, notre association a acquis une expertise considérable. Nous souhaitons vivement la mettre à contribution de la réflexion et des actions à venir. C’est pourquoi j’ai l’honneur de vous demander de nous y associer en nous invitons à la réunion prévue la semaine prochaine.

Dans cette attente, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma très haute considération.

— 
Association "La voix des Rroms"
50, rue des Tournelles
75003 PARIS

http://www.lavoixdesrroms.org

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4180