Une tribune pour les luttes

18e jour de rétention pour Abdelhakim, 20 ans, arrivé en France à 12 ans, scolarisé à Orange de la 6ème au CAP, une compagne française qui attend leur enfant, arrêté de manière déloyale, emprisonné au CRA du Canet à Marseille.

Addelhakim vient d’être libéré et va retrouver Anaïs. Il doit maintenant être régularisé !

Article mis en ligne le vendredi 14 septembre 2012

Abdelhakim est libéré ! Nous restons mobilisés +++ pour obtenir sa régularisation

Merci de continuer à signer et faire signer la pétition : http://resf.info/P2386

Abdelhakim Belhinda a été libéré du CRA par décision préfectorale d’abrogation de la rétention, sans abrogation de l’OQTF

Ce soir la famille sera de nouveau réunie : Abdelhakim va retrouver, Anaïs et son fils, un petit garçon de 2 ans, espiègle, qui parle déjà très bien et qui réclamait son «  papa ».

Mais ils ne dormiront pas chez eux : leur appartement est vide, toutes leurs affaires ont disparu, meubles, vêtements, jouets… Ils n’y habitaient plus depuis que le propriétaire (et employeur qui a dénoncé Abdelhakim) leur avait coupé l’électricité, après avoir coupé l’eau pendant 3 jours, en pleine canicule. Anaïs a porté plainte contre le propriétaire.

Abdelhakim, Anaïs, leurs parents et leurs amis, remercient tous ceux qui les soutiennent : se savoir soutenus les a beaucoup aidés à traverser cette épreuve de l’enfermement et de la séparation. Et les aide encore à affronter celles à venir.


Pétition à signer : http://resf.info/P2386

Des papiers pour Abdelhakim BELHINDA

Il a 20 ans, vit en France depuis ses 12 ans, sa compagne française attend un bébé... Dénoncé par son employeur, il risque d’être expulsé !

Abdelhakim BELHINDA, âgé de 20 ans, est actuellement enfermé au Centre de Rétention Administrative de Marseille. Né au Maroc, il est arrivé en France à 12 ans, en janvier 2004, pour rejoindre son père, ouvrier agricole. Il a maintenant une compagne française, Anaïs, qui attend un bébé : il sera donc bientôt père d’un enfant français.
Abdelhakim a grandi à Orange, il a construit sa vie ici, il a fondé un foyer, il y a ses amis : sa vie est désormais ici, en France, auprès de ses proches.
Nous demandons à monsieur le Préfet de Vaucluse de le libérer et de régulariser au plus vite sa situation

Signer ici http://resf.info/P2386

Merci de la diffuser largement (courriels, blogs, réseaux sociaux…) et de continuer à écrire au préfet du Vaucluse (appel à fax/mail et exemple de message ci-dessous)

Les pétitions seront remises en préfecture la semaine prochaine.

12 septembre 2012

Dernières nouvelles :
Abdelhakim ne mange presque rien (du pain et du fromage) car la nourriture « c’est trop mauvais ici ». Le matin, il a trouvé plusieurs fois son petit déjeuner déjà entamé… par des rats. «  Et les fourmis, je vous dis pas...! » Un calme relatif s’est rétabli dans le CRA où plusieurs retenus avaient entamé une grève de la faim. Il tente de rester dans son coin, à l’écart des tensions... Déjà asthmatique, Il souffre depuis ce matin d’une violente rage de dents, le médecin lui a dit qu’il devait voir un dentiste, lui a donné des calmants insuffisants à calmer la douleur.

Cliquez pour agrandir

JPEG - 134.4 ko
La provence 5 septembre 2012

Appel à fax/mails :

Adresses :
Préfet du Vaucluse : yannick.blanc chez vaucluse.pref.gouv.fr ;
Secrétariat du Préfet : 04 88 17 80 20 / 04 88 17 84 84
Fax : 04 90 86 20 76 / 04 90 85 03 00 (Fax gratuit : http://fax-gratuit.net/ )
Secrétaire générale de la préfecture : martine.clavel chez vaucluse.pref.gouv.fr ;
Chef du bureau des étrangers : nathalie.fernandez chez vaucluse.pref.gouv.fr ;
Adjointe au chef de bureau : frederique.lovera chez vaucluse.pref.gouv.fr Tél : 04 88 17 81 07 ;
Délivrance des titres de séjour : philippe.clement chez vaucluse.gouv.fr

Sans oublier les vrais lieux de décision :
A l’Intérieur  :
eleonore.lacroix chez interieur.gouv.fr (conseillère à l’immigration)
thomas.andrieu chez interieur.gouv.fr
sec.colmou chez interieur.gouv.fr
A l’Elysée :
pierre-rene.lemas chez elysee.fr
alain.zabulon chez elysee.fr
A Matignon :
premier-ministre chez cab.pm.gouv.fr

Exemple de lettre plus bas.


Abdelhakim, 20 ans, arrivé en France à 12 ans, scolarisé à Orange de la 6ème au CAP, une compagne française qui attend leur enfant, arrêté de manière déloyale, a été maintenu emprisonné par les "juges" au Camp de Rétention du Canet à Marseille.

Abdelhakim est passé devant la Cour d’Appel d’Aix lundi 3 : De nouveau demande d’annulation rejetée, emprisonnement maintenu !

Cet après-midi, Abdelhakim a été présenté devant le président de la Cour d’Appel d’Aix, assisté d’une avocate commise d’office... inexistante (comme lors du JLD).

Sa demande a été rejetée, soi-disant par manque de preuve écrite de son arrivée en France en 2004 (une photocopie du passeport du père avec la photo des deux fils et un tampon de 2004 a été jugée insuffisante). Pas d’assignation à résidence non plus.

Abdelhakim retourne au CRA et risque d’être expulsé à tout moment.


Dimanche matin

Abdelhakim Belhinda, malgré l’arrestation déloyale et les garanties de représentation a été maintenu en rétention pour expulsion par le JLD, à la grande stupeur de la vingtaine de personnes (compagne, famille, amis, associations du Vaucluse et de Marseille) venues le soutenir.


Vendredi 16h

Le recours contre l’OQTF a été rejeté malgré tout ce qui plaidait en sa faveur. Abdelhakim et sa famille sont effondrés. Continuez à faxer/mailer. Merci .

— -

M Belhinda a comparu cet après-midi devant le juge au TA assisté d’un avocat commis d’office, entouré des membres de sa famille, de sa compagne, de militants des RESF13 et 84 ainsi que des Amoureux au Ban.

Le juge a prononcé "un rejet du recours contre OQTF par absence de motivation, doute sur la date d’arrivée en France, manque de preuve de la continuité de la vie sur le territoire français.  !

Appel à fax/mails : exemple de courrier et adresses ci-dessous.

Soyons nombreux à soutenir M Belhinda qui comparaîtra devant le juge des libertés dimanche 2 septembre à 10h15 au 51 bd Ferdinand de Lesseps 13014 Marseille, à proximité du Centre de Rétention du Canet.


URGENT (RESF Vaucluse)

Appel à fax/mails : exemple de courrier et adresses ci-dessous. MERCI pour lui et ses proches.

Maçon, Abdelhakim a été dénoncé par son employeur qui ne le payait pas depuis plusieurs mois (sur 9 mois travaillés, seuls 2 mois ont été payés avec un salaire de misère… : 600 €/mois), tout en encaissant les loyers mais sans fournir d’attestations de paiement (l’employeur étant également marchand de sommeil… ). Abdelhakim a reçu un appel de la gendarmerie de Bollène lui demandant de venir signer un papier : il s’y est rendu en toute innocence, a signé sans même le lire, et a été arrêté puis envoyé au CRA du Canet à Marseille.

Abdelhakim BELHINDA est né le 28 octobre 1991 au Maroc, entré en France le 14 janvier 2004, avant l’âge de 13 ans. Son père, travailleur saisonnier dans le 13, ne pouvant l’héberger (n’ayant pas de logement à lui) Abdelhakim n’a donc pas pu entrer par regroupement familial. Sous Kefala de son oncle, il a rejoint celui-ci à Orange. Il a été scolarisé au collège Jean Giono, et au lycée professionnel de l’Argensol d’Orange. Il a d’ailleurs connu sa future compagne au collège : ils vivent en couple depuis 1 an et demi déjà.

Il a déjà été soutenu par le RESF il y a 2 ans

Inutile de rajouter qu’Abdelhakim est désespéré… («  je vais devenir fou »…)

Appel à fax/mails :

Fax : 04 90 86 20 76 / 04 90 85 03 00 (Fax gratuit : http://fax-gratuit.net/ )

Préfet du Vaucluse :
yannick.blanc chez vaucluse.pref.gouv.fr Secrétariat du Préfet : 04 88 17 80 20 / 04 88 17 84 84
Secrétaire générale de la préfecture :
martine.clavel chez vaucluse.pref.gouv.fr
Chef du bureau des étrangers :
nathalie.fernandez chez vaucluse.pref.gouv.fr
Adjointe au chef de bureau :
frederique.lovera chez vaucluse.pref.gouv.fr Tél : 04 88 17 81 07
Délivrance des titres de séjour :
philippe.clement chez vaucluse.gouv.fr

Exemple de lettre

Monsieur le Préfet,

M. Abdelhakim BELHINDA, âgé de 20 ans, se trouve actuellement enfermé au centre de rétention de Marseille. Arrêté il y a 2 ans, il avait été libéré, mais n’a toujours pas obtenu la régularisation de sa situation administrative. Né en 1991 au Maroc, il est arrivé en France avant l’âge de 13 ans, en janvier 2004, pour rejoindre son père. Celui-ci, travailleur agricole saisonnier ne pouvant le loger l’a confié à son oncle et sa tante, demeurant à Orange (adoption sous Kafala).

Abdelhakim a été scolarisé au collège Jean Giono puis au lycée professionnel de l’Argensol. C’est à Orange qu’il a connu sa future compagne, Anaïs, qui attend un bébé : il sera donc bientôt père d’un enfant français. Anaïs avait déjà un petit garçon qui a aujourd’hui 2 ans et qui appelle Abdelhakim « papa ». Ils souhaitent se marier le plus tôt possible mais, la situation administrative d’Abdelhakim n’étant toujours pas régularisée, ils n’ont pas « osé » faire les démarches auprès de la mairie d’Orange.

Maçon, Abdelhakim a été dénoncé par son employeur (qui ne lui a versé que 2 mois d’un salaire de misère - 600 €/mois - sur les 9 mois travaillés). Sans papiers, il était en effet à la merci d’une personne sans scrupules, qui était de plus « marchand de sommeil » (et il ne peut donc présenter ni fiches de paie, ni attestations de loyer).

Abdelhakim a grandi à Orange, auprès de son père, son oncle et sa tante qui sont devenus ses seconds parents, il a construit sa vie ici, il a fondé un foyer, il y a ses amis : sa vie est désormais ici, en France, auprès de ses proches. La seule chose qui lui manque, ce sont ces fameux « papiers », le sésame qu’il espère depuis des années : une carte de séjour qui lui permette enfin de vivre dignement, de ne plus se cacher, ne plus être exploité. Qui permette enfin à ce jeune couple de se marier sans crainte, de vivre en paix et préparer l’arrivée de leur enfant en toute sérénité.

Monsieur le Préfet, nous vous demandons de bien vouloir faire libérer Abdelhakim BELHINDA et donner une suite favorable à sa demande de régularisation.

Vous remerciant par avance pour l’attention que vous porterez à la situation douloureuse et si absurde de ce jeune homme et de ses proches, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, nos salutations respectueuses.

Signature


L’acharnement doit cesser !

Déjà en 2010, Abdelhakim , 18 ans à l’époque, a été emprisonné au CRA de Marseille, puis libéré grâce à la mobilisation militante

Voir Mille Bâbords 14786
Communiqué du RESF 13 et du RESF 84 du 26 juillet 2010

Le JLD avait constaté qu’il n’était pas expulsable, mais l’avait maintenu en rétention, tout en reconnaissant que toutes les conditions d’octroi d’une carte de séjour étaient réunies (arrivée avant 13 ans, plus de 5 ans de scolarisation), ainsi que les garanties de représentation (40 pièces produites par l’avocate, présence de nombreux membres de sa famille). Manquait, selon lui, un passeport en cours de validité…
(...)

info portfolio

La provence 5 septembre 2012
Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 860