Une tribune pour les luttes


Avec un tee-shirt Mac-Do, j’ai bon ?


Article mis en ligne le jeudi 13 septembre 2012

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article130005

de : Laïc

mercredi 12 septembre 2012

Mais jusqu’où s’étend désormais le sacro-saint principe de neutralité dans l’enceinte scolaire ? Une question qui se pose avec acuité, à la lumière d’un récent fait divers qui a repoussé toujours plus loin les limites du dogmatisme laïque.

D’une rare subjectivité et élasticité quand on est une mère de famille voilée, ou en l’occurrence quand on se prénomme Mohamed, la loi sur l’interdiction des signes religieux à l’école, non contente de la mise au ban des élèves voilées, continue d’ostraciser et d’exclure, jusqu’à s’appliquer à un agent de service qui a eu le tort de porter un tee-shirt siglé « Algérie ».

Les faits remontent en mai dernier, à Avignon, dans la cité des Papes (un comble !), quand celui que la presse locale appelle juste Mohamed fut sommé par le principal du collège Anselme-Mathieu de retirer son polo, ce qu’il refusa. Un citoyen typé, portant un prénom typé, et arborant un tee-shirt un peu trop ostensiblement typé, il n’en fallait pas plus pour que son employeur prenne des libertés avec la loi sur la laïcité, et la mette à sa sauce très épicée…

Où était le signe religieux honni, qui fait cauchemarder la France anticléricale, sur ce simple tee-shirt ? Mohamed n’étant de surcroît ni un élève, et encore moins un parent d’élève, celui qui mériterait l’opprobre et la sanction pénale n’est-il pas celui qui a enfreint la loi en la dévoyant ?

Mohamed n’a pas courbé l’échine et ne s’est pas exécuté, et au nom de quoi aurait-il dû le faire ? En tout cas, pas au nom de la loi qui a proscrit le voile… Après avoir poussé les portes du commissariat de la ville pour déposer plainte pour discrimination, l’agent de service, qui s’est attiré les foudres du personnel du collège, s’est retrouvé projeté sur le banc des accusés. Il s’est vu en effet reprocher d’avoir outragé le principal et l’intendant de l’établissement, mais mystère, personne n’a soufflé mot sur la nature du délit, rien n’a filtré...

Moralité de cette histoire pas si morale que ça : la liberté individuelle fondamentale de s’habiller selon ses goûts et son mode de vie, aussi longtemps qu’elle ne contrevient pas à la loi, a été bafouée, laissant place à une islamophobie institutionnelle teintée de xénophobie que les années noires du Sarkozysme ont fortement contribué à légitimer et à enraciner.

La situation se serait envenimée, selon la version officielle, et bilan : le coupable tout désigné n’est autre que la victime Mohamed, lequel écope d’un mois de prison ferme et de 1900 euros d’amende, soit 1200 euros pour le principal et 700 euros pour l’intendant. Le meilleur reste pour la fin : il est condamné, tenez-vous bien, au motif du «  respect de la laïcité et de la neutralité dans l’apparence »…

L’arbitraire a définitivement droit de cité au sein du temple du savoir, c’est la démocratie et les valeurs républicaines qui sont sérieusement mises à mal.


http://www.laprovence.com/actu/fait...

Au collège, l’agent de service refuse d’oter son tee-shirt siglé "Algérie" : un mois ferme

Publié le lundi 10 septembre 2012

C’est au nom du principe de neutralité qui doit être de mise dans un établissement scolaire que le principal du collège Anselme-Mathieu d’Avignon a demandé le 31 mai 2010 à un agent de service de bien vouloir aller se changer : Mohamed, 44 ans, qui arborait un tee shirt vert siglé "Algérie" a refusé. Le ton est monté et très vite Mohamed a outragé le chef d’établissement qui a été fortement choqué. Mohamed a ensuite quitté le collège et s’est rendu au commissariat pour déposer une plainte pour discrimination. Ce n’est qu’après un mouvement de protestation du personnel, agacé par la posture de Mohamed, que le Conseil général de Vaucluse, qui l’emploie, a muté quinze jours plus tard cet agent dans un autre collège. Le 19 juin, lorsque Mohamed est revenu à Anselme-Mathieu pour y récupérer ses affaires, il a cette fois outragé l’intendant du collège.

Convoqué devant le tribunal correctionnel d’Avignon, Mohamed ne s’est pas présenté pour répondre de ces outrages. Une absence déplorée par le représentant du ministère public mais aussi par Me Tartenson, qui, au nom de la partie civile, aurait aimé rappeler à cet homme le devoir de neutralité. Au-delà du respect de la laïcité, il est exigé des élèves une neutralité dans l’apparence. Ceci pour éviter justement toute discrimination. Il n’y a qu’une communauté, c’est la communauté scolaire et au nom de ce principe les adultes doivent, eux aussi, ne pas arborer de signes ostentatoires. Un discours relayé par le procureur adjoint Villardo qui demande une peine d’un mois de prison afin de susciter une réaction du prévenu.

Après délibéré, Mohamed écope de cette peine d’un mois de prison ferme. Il est alloué une somme totale de 1200€ au principal et 700€ à l’intendant.

Retour en haut de la page

3 Messages

  • Le 13 septembre 2012 à 10:20, par Tonton Roland

    Il aurait mis un maillot "ustatien", aurait-il été condamné ? De ceux-là, on en voit tous les jours sans qu’on les remarque tant il y en a.

  • Le 13 septembre 2012 à 12:11, par

    A quand l’interdiction des tee-shirts Bob Marley pour incitation à la consommation de cannabis.
    Et que dire des tee-shirts ou sacoches avec le portrait du Che !

  • Le 19 septembre 2012 à 15:44, par

    C’est vraiment le genre de sujet dont personne n’a rien à foutre !!!! Mais, on ne peut s’empécher de penser à la réaction de ceux qui s’offusquent que ce brave Mohamed ait été sanctionné et condamné si l’agent s’était appelé Robert et se soit présenté avec un tee shirt bleu blanc rouge, avec comme inscription la France aux Français !!!!

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Tribune libre c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 230