Une tribune pour les luttes

URGENT : Communiqué des RESF 84 et 13

M. Rachid Belkaddar passe ce lundi 24/09 à 14h devant le Tribunal Administratif de Marseille (22,24 rue Breteuil) : présence citoyenne bienvenue !

Un père de famille de 3 enfants, arrêté au guichet de la préfecture au guichet de la préfecture des Bouches du Rhône, enfermé au CRA de Marseille : il doit être libéré et régularisé !
+ Appel à fax/mail

Article mis en ligne le lundi 24 septembre 2012

Rachid Belkaddar est libre : sont annulées l’obligation à quitter le territoire "sans délai", et la mise en rétention.

Mais le refus de séjour n’est pas annulé (ce qui signifie, d’après le juge, que sera prise une nouvelle OQTF "avec délai", lui permettant "de prendre ses dispositions" avant de partir ...)

La mobilisation se poursuit donc pour sa régularisation !


M. Rachid Belkhaddar, père d’une famille avignonnaise de 3 enfants (10 ans, 2 ans et demi, 1 an et demi), ouvrier du bâtiment, a été arrêté jeudi 20/09 au guichet de la préfecture au guichet de la préfecture des Bouches du Rhône alors qu’il venait renouveler son récépissé, et conduit au Centre de Rétention du Canet à Marseille.

Sa compagne, enceinte, l’attendait dans la voiture avec ses enfants. S’inquiétant de ne pas le voir revenir, elle a appris qu’il avait été arrêté. Depuis, traumatisés par cette arrestation brutale, elle et ses trois enfants vivent dans l’angoisse : Jamila a passé toute la journée de samedi devant le portail du centre de rétention avec ses trois enfants, croyant qu’il allait être libéré.

En France depuis 2004, de nationalité marocaine, M. Belkhaddar a déposé une demande de régularisation début 2010. Il a une promesse d’embauche. Sa compagne est en situation régulière (carte de séjour de 10 ans). L’aîné des enfants est scolarisé à l’école Henri Favre d’Avignon.

Ce jeudi, M. Belkhaddar s’est rendu en toute confiance à la Préfecture afin de renouveler son récépissé de demande de carte de séjour. En réponse, il a reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF), a été aussitôt arrêté et conduit au Centre de Rétention du Canet.

Le recours contre l’OQTF sera examiné ce lundi 24/09 à 14h devant le Tribunal Administratif de Marseille.

M. Belkhaddar doit être libéré au plus vite : ses enfants et sa compagne ont besoin de lui.
_ Il doit être régularisé afin de permettre à cette famille de vivre paisiblement sans craindre une nouvelle arrestation.

Les Préfectures ne doivent pas devenir un lieu dangereux pour les sans-papiers : ceux-ci doivent pouvoir s’y rendre sans crainte afin d’y exposer leur situation administrative.

Merci de faxer/mailer à la Préfecture des Bouches du Rhône pour demander la libération de M. Belkhaddar et le réexamen de sa situation administrative afin de lui délivrer un titre de séjour «  vie privée et familiale », qui permettra à cette famille de vivre en paix.

Préfet : hugues.parant@bouches-du-rhone.gouv.fr

Secrétariat Général pref-secretariat-sg@bouches-du-rhone.gouv.fr / Tel 04 84 35 47 45

Sans oublier les vrais lieux de décision :
A l’Intérieur  :
eleonore.lacroix@interieur.gouv.fr (conseillère à l’immigration)
thomas.andrieu chez interieur.gouv.fr
sec.colmou chez interieur.gouv.fr
A l’Elysée :
pierre-rene.lemas chez elysee.fr
alain.zabulon chez elysee.fr
A Matignon :
premier-ministre chez cab.pm.gouv.fr

Exemple de courrier :

Monsieur le Préfet,

Monsieur Rachid Belkhaddar est actuellement enfermé au Centre de Rétention du Canet à Marseille.

Père d’une famille avignonnaise de 3 enfants (10 ans, 2 ans et demi, 1 an et demi), ouvrier du bâtiment, M. Belkhaddar a été arrêté jeudi 20 septembre au guichet de la préfecture des Bouches du Rhône alors qu’il venait en toute confiance renouveler son récépissé.

Sa compagne, enceinte, qui l’attendait dans la voiture avec ses enfants, s’inquiétant de ne pas le voir revenir, a appris qu’il avait été arrêté. Depuis, traumatisés par cette arrestation brutale, elle et ses trois enfants vivent dans l’angoisse : Jamila a passé toute la journée de samedi devant le portail du centre de rétention avec ses trois enfants, croyant qu’il allait être libéré.

En France depuis 2004, de nationalité marocaine, M. Belkhaddar a une promesse d’embauche. Sa compagne, en situation régulière (carte de séjour de 10 ans) est enceinte d’un quatrième enfant. L’aîné des enfants est scolarisé à l’école Henri Favre d’Avignon.

Monsieur le Préfet, ces enfants ont besoin de retrouver leur père, leur mère a besoin de son compagnon. Cette famille doit être sécurisée.

C’est pourquoi nous vous demandons de bien vouloir faire libérer M. Belkhaddar au plus vite et de lui délivrer une carte de séjour « Vie privée et familiale ».

Vous remerciant par avance pour l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, nos salutations citoyennes.

Signature

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 850