Une tribune pour les luttes

SPIRALE ( Site pour Promouvoir les Initiatives et Réalisations)

Transports en commun gratuits : l’exemple d’Aubagne

Par Colette Le Dim

Article mis en ligne le lundi 24 septembre 2012

http://www.spirale.attac.org/conten...

22/01/2012

La communauté d’agglomération du pays d’Aubagne et de l’Etoile a instauré la gratuité des transports publics pour tous depuis le 15 mai 2009, dans une visée écologique et sociale, et à la suite d’autres villes moyennes : Colomiers (près de Toulouse) pionnière dans les années 70, puis Compiègne (Oise), plus récemment, Vitré (Ille-et-Vilaine), Châteauroux et Issoudun (Indre), Mayenne (Mayenne), Gap (Hautes-Alpes), Bar-le-Duc (Meuse), Cluses (Haute-Savoie)…

La question des transports est un des problèmes importants de la communauté d’Aubagne avec 45% de personnes qui travaillent sur Marseille et l’étang de Berre. Plus de 330 000 déplacements, dont 70% en voitures, sont recensés chaque jour sur le territoire du Pays d’Aubagne et de l’Etoile.

Depuis le 15 mai 2009, les lignes régulières, les services scolaires et le transport à la demande sont gratuits pour tous et sur les 12 communes du Pays d’Aubagne et de l’Etoile : aucun justificatif n’est demandé lors de l’entrée dans les bus. Pour la municipalité, il s’agit, avec la gratuité des transports et la mise en place programmée d’un tramway, de créer une rupture avec tout ce qui existait précédemment et de modifier en profondeur les comportements des personnes. L’objectif est à la fois écologique en diminuant le trafic automobile, et donc la pollution liée entre autres au CO2, mais aussi social, en réduisant le budget transport des familles.

Les échanges avec la Communauté d’agglomération de Châteauroux dans l’Indre ont permis de gagner beaucoup de temps pour élaborer le projet sur Aubagne, tout en évitant certaines erreurs. Châteauroux a en effet instauré depuis 2001 une gratuité totale des transports, doublant ainsi le nombre de voyage annuels en transports en commun. A Aubagne, au bout de seulement 6 mois, le système de comptage automatique des passagers attestait d’une hausse de 70% de voyageurs transportés en plus sur les lignes régulières.

Ce projet, intitulé "Liberté, égalité, gratuité", a été mis en place dans le cadre d’un travail important de concertation avec la population. Il a eu un impact très positif au niveau du lien social et de la mobilité. Il a généré une réappropriation du centre ville par des personnes habitant la périphérie (femmes avec enfants, personnes âgées...) et pour qui le coût d’un abonnement représentait une somme trop élevée à payer en une fois en début de mois. Les commerces du centre ville sont beaucoup plus fréquentés, de même que le parc ou la piscine. Les transports collectifs deviennent eux-mêmes des lieux de socialisation, d’échange, de rencontre...

Contrairement à ce que certains craignaient, les bus ne sont pas dégradés du fait de la gratuité. Les chauffeurs peuvent se concentrer sur la conduite des bus et sont satisfaits de ne plus avoir à faire la police et de ne plus contrôler les passagers, ce qui était en soi source de conflits. Par ailleurs, l’augmentation de la fréquentation des bus procure un sentiment de sécurité aux passagers.

La répercussion de la gratuité des transports sur la réduction de la circulation automobile est plus longue à venir mais la fréquentation des parkings en centre ville a déjà baissé de 15 à 20%. Un bilan carbone est prévu afin d’évaluer plus précisément l’impact environnemental de la démarche.

La mise en place de la gratuité des transports en commun s’inscrit dans le cadre d’une politique de développement durable et de rénovation totale du réseau de transport entreprise depuis 2007 :

Les lignes régulières de bus sont complétées par de plus petits véhicules assurant le transport à la demande (TAD) pour les habitants résidant dans des secteurs sans grandes lignes. Les arrêts sont matérialisés par des poteaux. Les personnes appellent une centrale téléphonique pour dire à quel arrêt elles souhaitent être prises et à quelle heure. La centrale organise les trajets en fonction des différentes personnes, ce qui s’avère plus pertinent que de faire circuler quelques bus, souvent à vide comme c’était le cas auparavant. Les jeunes utilisent massivement le TAD et s’abonnent sur des horaires au mois pour aller au collège. Ils délaissent les lignes scolaires et préfèrent être transportés avec le reste de la population, comme tout le monde et sans être « captifs » des horaires des bus scolaires.

Le réseau de bus fait la liaison entre les villages et la gare SNCF où un TER rapide rejoint Marseille. Un projet de réouverture de la voie ferrée de Valdonne est en cours.

L’inauguration d’un tramway est prévue pour 2014.

Le plan vélo permet le prêt d’un vélo de qualité pendant 3 mois renouvelables une ou 2 fois et destiné à inciter les personnes à en acheter un ensuite.

L’opération « marchons vers l’école » encourage les enfants à se rendre à pied à l’école grâce à l’aménagement de plusieurs « chemins de l’école ».

Un schéma d’accessibilité des transports collectifs a été adopté. En 2010, 90% des bus seront adaptés au transport des personnes handicapées ou à mobilité réduite. Les points d’arrêt sont aussi aménagés de manière spécifique.

La faisabilité de la gratuité des transports en commun a été facilitée par la reconnaissance récente de la communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile (101 000 hab., 12 villes et villages à l’est de Marseille). La Taxe Versement Transport payée par les entreprises de plus de 9 personnes est ainsi passée de 0,6% à 1,05% du fait du changement de taille de l’agglomération (plus de 100 000 habitants). L’augmentation de cette taxe a été relativement bien acceptée par les industriels dans la mesure où les lignes ont été prolongées jusqu’aux entreprises. Elle atteindra 1,80% lorsque le tramway sera ouvert. Ce surplus versé par les entreprises a compensé la perte du budget billetterie. D’autre part, ce manque à gagner a été limité du fait que le ticket de bus était un des moins chers de France et que les personnes touchant le RMI ainsi que celles plus de 60 ans non imposables bénéficiaient déjà de la gratuité des transports.

Remarque : Cette gratuité des transports collectifs a pu être mise en place bien que la compagnie de bus soit privée, Véolia ayant racheté l’ancienne compagnie locale, les Autobus Aubagnais, dans le cadre d’une délégation de service public.

Article réalisé grâce aux renseignements fournis par Daniel Fontaine, maire d’Aubagne, et Antoine Di Ciaccio, vice-président de la Communauté d’agglomération et président de la commission développement économique et tourisme.

Pour plus de renseignements :

Un diaporama réalisé pour présenter le projet dans son ensemble. Il comprend entre autres des indications chiffrées sur la fréquentation des bus, l’évolution des budgets etc. : voir ci-dessous en pièce jointe.

Un reportage diffusé au JT de France 2 le 24 novembre 2011 http://vimeo.com/33002208

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1865