Une tribune pour les luttes

Communiqué commun
Non au viol, Non au viol politique

Tunisie La victime d’un Viol désignée coupable

Rassemblement à Paris le lundi 1er octobre 2012 à 19h Fontaine des Innocents Métro/RER Chatelet les Halles

Article mis en ligne le samedi 29 septembre 2012

Communiqué du Collectif Tunisien pour la Défense des Libertés (C.T.D.L.)

Dans la nuit du 3 au 4 septembre 2012 une jeune femme tunisienne a été violée par deux policiers avec la complicité d’un troisième policier.

Cet acte n’est pas un « fait divers banal » : c’est un crime qui doit être dénoncé et dont les auteurs doivent être jugés et condamnés.

Les autorités politiques et judiciaires tunisiennes au lieu d’apporter leur soutien aux victimes cherchent à protéger les policiers en essayant de minimiser leur crime et en dénigrant et diabolisant la victime et son fiancé présentés comme des « dépravés ».

Les membres du CTDL apportent leur soutien et leur solidarité à la victime du viol et à son fiancé.

Ils expriment leur stupeur de voir les victimes sur le banc des accusés en compagnie de leurs agresseurs et dénoncent leur poursuite pour « outrage public à la pudeur ».

Cette attitude qui prétend «  défendre la morale et les bonnes mœurs » a pour objectif d’exercer une pression sur la victime pour l’inciter à retirer sa plainte.

L’élan de solidarité avec la victime de ce viol et de son compagnon qui s’est exprimé en Tunisie et à l’étranger doit se poursuivre afin de faire valoir le droit des victimes et pour écarter toute tentation d’impunité pour cet acte odieux.

Le jugement et la condamnation des policiers, auteurs du viol et de la séquestration de son fiancé, doit s’accompagner du classement sans suite des poursuites visant les victimes et d’une reconnaissance de leurs droits et de leur dignité.

Les membres du Collectif expriment leur soutien aux initiatives accomplies ou à venir pour la défense des victimes de cette affaire et pour la défense des droits des femmes et de leur égalité avec les hommes.

Paris le 1er octobre 2012


Communiqué

Durant la nuit du 3 au 4 septembre 2012, une femme a été violée à Ain Zaghouan en Tunisie par deux policiers avec la complicité d’un troisième policier qui s’est chargé d’éloigner son compagnon et de lui usurper de l’argent.

Lors d’une conférence de presse le porte parole du Ministère de l’intérieur, Khaled Tarrouch a déclaré que la victime a été surprise par les policiers dans une situation indécente, justifiant ainsi le crime commis par les forces de l’ordre. Un juge d’instruction a d’ailleurs convoqué la victime pour atteinte à la pudeur.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens en France :

Nous sommes profondément choqué(e)s et indigné(e)s par cet acte de barbarie.

Nous sommes outré(e)s par le traitement réservé aux victimes du viol. Ni le ministère des droits de l’Homme ni le ministère de la femme n’ont songé aux droits de la victime et sa prise en charge morale et physique.

Nous condamnons avec virulence l’accusation portée à la victime qui a comparue le 26 septembre devant la justice pour atteinte à la pudeur.

Nous rappelons que le combat des femmes tunisiennes pour les droits et l’égalité s’inscrit dans la lutte pour la liberté et la dignité et constituent des objectifs de la révolution.

Nous dénonçons fermement les propos misogynes, du porte parole du ministère de l’intérieur et l’attitude du gouvernement irresponsable et complice.

Nous sommes déterminés à combattre l’utilisation du viol comme arme pour assujettir les femmes.

Nous réaffirmons notre attachements aux principes de la révolution tunisienne contre l’humiliation, la misère et pour la dignité et l’égalité.

Nous déclarons notre solidarité inconditionnelle avec la victime du viol et de l’injustice.

Rassemblement lundi 1er octobre 2012 à 19h

Fontaine des Innocents

Métro/RER Chatelet les Halles

Non au viol, Non au viol politique,

Pour une politique et des lois fermes qui protègent les femmes victimes de violences

Associations premières signataires :

A.D.T.F. ,ATF, Collectif des tunisiens d’Amiens, Unis(e)s-vers-elle(s), ATF-Nord, ATF-Var, ATF-Aquitaine, ATF-13, A.T.F.-Haute Savoie, A.T.F.-Rhône, FTCR, Vuyazi Le Caravansérail des femmes, ALIF’S, Femmes d’Aujourd’hui, Femmes migrantes debout, Collectif des femmes tunisiennes en France, Le manifeste du 20 mars France, REMCC, Solidarité Jasmin Marseille, le CRLDHT, Association APTC Corse, MCTF, Association Engagement citoyen, Collectif 3C, UTIT,

Partis politiques : Le parti des travailleurs - section France, Nidaa Tounès section France

Personnalités premières signataires :

Leila ZAIBI : militante féministe, Aida El AMRI, militante associative, Fathi BENSLAMA, Universitaire, Najet MIZOUNI : universitaire ; Sylvie HANNE-KARBIA, Présidente LDH Talence (33) Taoufik KARBIA, universitaire, Hedi SRAIEB, universitaire, Khaled ABICHOU. Militant politique, Chérif FERJANI, universitaire, Mouhieddine CHERBIB, militant associatif, Radhouane RJAIBI, Samia AMMOUR, Féministes internationaliste, Noureddine BAABOURA, juriste, Najoua AGREBI-BAABOURA, Avocate, Mohsen DRIDI, militant associatif, Chafik EL GHOUL, militant associatif, Nathalie SAADALLAH, militante politique, Slimane SEDIRI, militant associatif, Noureddine NAJAR, militant politique, Slama HASSAN, universitaire Italie, Souad BAKLATI, Nacer JELLOUL, Fethi BEN SLAMA Sophie BESSIS, Noureddine JOUINI, Universitaire, Najet MILED, Radhia HAMAROUNI PTHIER, Habib OUARDA , Jalloul BEN HMIDA, Militant associatif, LTIFI Adel, Souad BAKALTI , Amel CHEKKAT, militante des Droits de l’Homme, Mohamed SMIDA, Rabeh ARFAOUI, Limam WAJDI, militant associatif, Besma OTHMANI,

Premiers soutiens : ATMF, APEL-Egalité, Le collectif (région parisienne) des droits des femmes, Osez le féminisme, Réseau Féministe « Ruptures », L’inter-collectif de solidarité avec les luttes des peuples du monde arabe (Inter-co), CNDF, RDLD, Réseau de Défense des Libertés et de la Dignité en Algérie, LDH, PER A PACE(pour la paix)

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1005