Une tribune pour les luttes

Fédération des Bouches du Rhône

ROMS : lettre ouverte au Procureur de la République de Marseille

Audiences au TGI, 6 rue Joseph Autran, 13006 du lundi 1er 14 h. et mercredi 3 octobre 8.30

Article mis en ligne le lundi 1er octobre 2012

Monsieur le Procureur Adjoint

Lors de mon appel téléphonique du vendredi 28.09.2012, tôt le matin, à propos des graves évènements survenus la veille au soir à la cité des Créneaux, la L.D.H. a voulu alerter la Justice sur les sérieux risques de reproduction de telles situations.

Au nom de la L.D.H. j’ai insisté sur le fait que, s’il n’y avait pas de poursuites rapides engagées et que si monsieur le Préfet Hugues PARANT continuaient de chasser les ROMS, ce qui les renvoie le plus souvent dans les quartiers les plus paupérisés, au lieu de trouver et proposer des solutions d’accueil-hébergement même provisoires sur Marseille et les villes alentour, nous allions connaitre de nouveau des situations inacceptables au regard des règles les plus élémentaires d’humanité et de maintien de la paix civile.

Vous nous avez donné des assurances sur l’ouverture immédiate d’une enquête judiciaire pour déterminer ce qui s’est réellement passé et identifier et poursuivre les auteurs présumés de tout délit commis ce soir là. Je me permets aujourd’hui de revenir vers vous pour vous faire part de nos interrogations, à partir des informations recueillies in situ et auprès des familles victimes de violences verbales et menaces et pour finir de l’incendie de leurs pauvres biens.
Elles nous ont affirmé que "des riverains se sont présentés bidon d’essence à la main, laissant entendre qu’ils avaient des armes" et qu’elles ont alors appelé la police, laquelle arrivée sur les lieux aurait demandé à ces familles de partir, sans autres formes de procédures.
Il y a donc manifestement à éclaircir quel a été le rôle de la police au cours de ces évènements.

Vous devez certainement savoir que ces familles chassées de la cité des Créneaux ont trouvé refuge dans un hangar d’un ancien garage Skoda boulevard de Vintimille dans le 15ème où des signes d’hostilité sont rapidement apparus.
La Ligue des droits de l’Homme et du Citoyen attend de l’ensemble des Pouvoirs Publics qu’ils mettent fin à cette indigne et tapageuse chasse aux ROMS - motif d’encouragement à l’imitation - et à leur errance forcée de quartier paupérisé en quartier paupérisé où les populations vivent souvent en grande détresse morale et sociale.

L’Etat a les moyens d’imposer qu’il ne puisse désormais y avoir d’expulsions sans qu’une solution n’ait été proposée. Il dispose pour cela de moyens règlementaires et légaux renforcés par des engagements tels que la Charte Sociale Européenne et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la Convention Internationale des droits de l’Enfant (art. 27).
Que l’Etat les fasse respecter avec la même sévérité qu’il fait respecter les droits liés à la propriété privée.

Il en a la possibilité dores et déjà à l’occasion des audiences prévues aujourd’hui lundi 1er et mercredi 3 octobre pour les procédures engagées par la Ville de Marseille contre des familles ROMS vivant à La Pomme traverse des Faïenciers et par Euroméditerranée au Bd Roger Salengro.

Je vous prie d’agréer Monsieur le Procureur Adjoint l’expression de nos salutations citoyennes.

Jean-Claude Aparicio
Vice président de la Fédération L.D.H. des Bouches du Rhône
Le 1er octobre 2012

Retour en haut de la page

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4240

Ligue des Droits de l’Homme (LDH) c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 250