Une tribune pour les luttes

Des nanoparticules empêcheraient les plantes de pousser

BASTA !

Article mis en ligne le mercredi 3 octobre 2012

Une étude menée aux États-Unis révèle le fort impact des nanoparticules sur les rendements des terres et le développement des plantes.

http://www.bastamag.net/article2568.html

Cette recherche, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), a été menée sur des graines de soja, pendant 48 jours dans une serre. L’impact de deux oxydes métalliques ont été étudié : le dioxyde de cérium, utilisé dans les pots catalytiques ou comme additif au diesel, et l’oxyde de zinc, composant de cosmétiques et lotions. Ces deux nanoparticules se retrouvent dans la nature du fait de leur usage dispersif (par combustion et dépôt via la fumée pour le dioxyde de cérium).

Résultats ? L’oxyde de zinc affecte la qualité des aliments. La particule s’accumule dans la plante, notamment dans les feuilles et les tiges. Et serait donc ingérée par les consommateurs – humains ou animaux – avec des conséquences sanitaires pour le moment non évaluées [1]. Quant au dioxyde de cérium, il compromet la fertilité des terres : son absorption par la plante inhibe une bactérie située dans ses racines, qui est responsable de la fixation du di­azote, un des principaux éléments utilisé comme engrais. La nanoparticule limite donc la croissance de la plante, et entraine une surconsommation d’engrais. Et ces deux nanoparticules diminuent la biomasse du végétal, c’est-à-dire l’énergie emmagasinée. Problématique pour une plante qui sert aussi à produire des agrocarburants.

« Ces résultats montrent des risques accrus pour l’approvisionnement alimentaire, mais aussi pour l’environnement », conclut l’étude. Cette vulnérabilité du soja, cinquième culture mondiale, aux nanoparticules, relancera-t-elle le débat sur la prolifération non contrôlée des nanotechnologies, dont les effets néfastes – sanitaires et environnementaux – ont été démontrés ?

Lire notre dossier Nanotechnologies

Notes
[1] Les recommandations de l’Agence sanitaire française sur l’utilisation des nanoparticules d’oxyde de zinc dans les produits cosmétiques concluent que « les données de toxicité chronique et de cancérogenèse restent à ce jour limitées. Néanmoins, des études réalisées par voie respiratoire montrent une toxicité pulmonaire chez le rat ». Mais « les résultats de ces dernières ne peuvent pas être extrapolables à l’homme dans les conditions d’exposition aux produits cosmétiques », estime l’Agence... Source : AFSSAPS, 2011

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1855