Une tribune pour les luttes

Fondation Abbé Pierre et les communautés Emmaüs de Saint-Marcel, Pointe Rouge et Cabriès

Arrêté anti-mendicité : 1 an déjà !

Non à la mendicité interdite ! Oui à la fontaine d’eau gratuite !
Mercredi 17 octobre 2012 à 12H30 Rassemblement devant l’hôtel de ville de Marseille

Article mis en ligne le jeudi 18 octobre 2012

Mendiants solidaires :
Acte V

Pour l’abrogation de l’arrêté anti-mendicité municipal,
Jeudi 15 décembre 2011, à 12h, Hôtel de ville,
Grand banquet républicain dont les invités d’honneur ont été ceux qui n’ont que la rue pour horizon.
Avec photos, et vidéo de Dominique Idir.


« Sanctuarisons le toit, la nourriture et la santé »

17-10-2012

http://www.lamarseillaise.fr/societ...

De plus en plus de jeunes, de personnes âgées et de femmes sont touchés à Marseille. C’est le constat observé sur le terrain par des militant(e)s associatifs et des professionnels de la santé.

La misère ne sera pas éradiquée aujourd’hui malgré le rôle des associations qui se débattent au quotidien pour venir en aide aux gens et ce dans l’urgence.
Devant une société et un système de plus en plus durs, un plus grand nombre de personnes a du mal à se loger, à se nourrir, à se soigner.
A Marseille, notamment, 12 600 personnes différentes fréquentent soit les centres d’hébergement d’urgence ou les accueils de jour ou encore les services liés à l’urgence sociale, selon le directeur régional de la Fondation Abbé Pierre. « Ce sont des sans domicile fixe en puissance, explique Fathi Bouaroua. Ce chiffre vient de la Direction de la cohésion sociale. La massification de la pauvreté s’étendant à un nombre important de citoyens est un fait frappant. Ce n’est pas une question de quelques clochards ou marginaux. » « Dans les 12 600 personnes fréquentant des lieux prévus pour les SDF, poursuit-il, il y a peu de sans-papiers, énormément de jeunes. Dans les accueils de jour, le nombre de jeunes voire de très jeunes 18-25 ans est en progression et à l’autre bout les plus de 65 ans et plus de 90 ans. Et une demande qui croît : des femmes dans une grande détresse. Pour elles, nous avons ouvert un lieu spécial à Saint-Louis. »

Les jeunes et les personnes âgées sont la nouvelle donne pour le Secours populaire français 13, souligne sa secrétaire générale Sonia Serra. « Les jeunes n’osent pas frapper à notre porte parce qu’ils pensent que ce n’est pas pour eux. » C’est pourquoi l’association solidaire ira vers eux. « En janvier, nous créons une antenne mobile qui se déplacera devant les foyers de jeunes travailleurs, les facultés, les missions locales et pourquoi pas le Pôle emploi ? »

(...)

Piedad Belmonte

-->

Un nouvel arrêt anti-mendicité

Un an tout juste après le premier arrêté anti-mendicité dans le centre-ville de Marseille, la municipalité "profite" une nouvelle fois de la journée mondiale contre le refus de la misère pour publier un deuxième texte interdisant la "mendicité agressive".
En un an, l’arrêté a donné lieu à 900 évictions par les forces de police. Une centaine de PV à 38 € ont été dressés.

PDF - 911 ko
La Marseillaise 18 octobre 2012

JPEG - 256.5 ko










http://www.med-in-marseille.info/sp...
Arrêtez… la Misère disait l’Abbé Pierre !
Publié le 17 octobre 2012
par Ahmed Nadjar
Arrêtez l’arrêté ! En ce 17 octobre 2012 les sympathisants d’Emmaüs et de la Fondation Abbé Pierre s’étaient donné rendez-vous devant la Mairie de Marseille afin de « célébrer le triste 1er anniversaire de l’arrêté anti-mendicité ». Claude Escoffier, président d’Emmaüs Pointe Rouge, nous explique pourquoi les manifestants demandent son abrogation. Ce, d’autant plus que cette date correspond à la "Journée Mondiale pour le refus de la misère" ! En vidéo.


Dans la ville de Marseille où règne la SEM qui essaime sur le monde, seule la fontaine Gambetta, en haut de la Canebière, à côté de la maire du 1/7 semble accessible facilement et en état de marche !

À l’échelle internationale, une résolution de l’ONU du 28 juillet 2010 a pourtant reconnu le "droit à une eau potable, salubre et propre comme étant un droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme.". Et, afin de rendre ce droit effectif, le Conseil d’Etat, dans son rapport de février 2010 sur "L’eau et son droit", recommandait "d’obliger les communes à rouvrir des points d’eau collectifs, accessibles aux sans-abri, pour que ceux-ci puissent satisfaire leur besoin d’alimentation et d’hygiène dans des conditions économiquement acceptables".


AVIS A LA POPULATION !

OpenDocument Text - 2 Mo
Communiqué 1 an déjà

Mercredi 17 octobre 2012 à 12H30

Rassemblement devant l’hôtel de ville de Marseille

Les communautés Emmaüs et la Fondation Abbé Pierre vous invitent à venir partager un moment de solidarité autour d’un gâteau d’anniversaire pour ne pas oublier l’arrêté anti-mendicité publié par la ville de Marseille il y a un an déjà.

Nous continuons hier comme aujourd’hui à dénoncer ces mesures qui visent à déplacer la misère, à l’expulser du centre ville.

L’arrêté du 17 octobre 2011 est une injure à la devise historique de Marseille la Citoyenne «  la ville qui brille par ses actes prodigieux »

Nous demandons encore une fois son abrogation car il vise à stigmatiser les plus pauvres et n’a rien résolu depuis un an.

Nous voulons aussi attirer l’attention des Marseillais, lors de cette journée mondiale de refus de la misère, sur l’accès à l’eau des sans domicile fixe dans le centre de Marseille.

De l’eau pour les sans abri ? Non, nettoyage des caniveaux !

Les fontaines d’eau sont souvent hors service, un comble dans une ville qui se vante d’avoir organisé un forum international sur l’eau !

Marseille capitale de la pauvreté a soif de justice, a soif d’hospitalité, et a soif tout simplement aussi d’EAU libre et gratuite.

La Fondation Abbé Pierre et les communautés Emmaüs de Saint-Marcel, Pointe Rouge et Cabriès comptent sur votre présence


Historique

Voir avec photos :

NOUS SOMMES DES MENDIANTS SOLIDAIRES

1ère séance de mendicité : jeudi 20 octobre à 11h30, devant la Mairie Centrale
Les pauvres réclament un PV, le « Permis de Vivre »
Mille Bâbords article 18718

Mendiants solidaires : Acte II : 2ème jeudi de la colère : jeudi 27 octobre 2011, 11h30 – Hôtel de ville
" Des poubelles pour manger et s’habiller"

Mendiants solidaires : Acte III
3ème jeudi de la colère : jeudi 10 novembre 2011, 11h30 – Hôtel de ville
Avis à la Population ! Le quai du Port rebaptisé : Quai de la Mendicité » !
Mille Bâbords article18778

Mendiants solidaires : Acte IV
4ème jeudi de la colère : jeudi 17 novembre 2011,
12h00 – Hôtel de ville
Débat sur la Fraude sociale : la colère monte !
Actes précédents Mendiants solidaires avec photos 19003

Mendiants solidaires :
Acte V

Pour l’abrogation de l’arrêté anti-mendicité municipal,
Jeudi 15 décembre 2011, à 12h, Hôtel de ville,
Grand banquet républicain dont les invités d’honneur ont été ceux qui n’ont que la rue pour horizon.
Avec photos, et vidéo de Dominique Idir.


« Sanctuarisons le toit, la nourriture et la santé »

17-10-2012

http://www.lamarseillaise.fr/societ...

De plus en plus de jeunes, de personnes âgées et de femmes sont touchés à Marseille. C’est le constat observé sur le terrain par des militant(e)s associatifs et des professionnels de la santé.

La misère ne sera pas éradiquée aujourd’hui malgré le rôle des associations qui se débattent au quotidien pour venir en aide aux gens et ce dans l’urgence.
Devant une société et un système de plus en plus durs, un plus grand nombre de personnes a du mal à se loger, à se nourrir, à se soigner.
A Marseille, notamment, 12 600 personnes différentes fréquentent soit les centres d’hébergement d’urgence ou les accueils de jour ou encore les services liés à l’urgence sociale, selon le directeur régional de la Fondation Abbé Pierre. « Ce sont des sans domicile fixe en puissance, explique Fathi Bouaroua. Ce chiffre vient de la Direction de la cohésion sociale. La massification de la pauvreté s’étendant à un nombre important de citoyens est un fait frappant. Ce n’est pas une question de quelques clochards ou marginaux. » « Dans les 12 600 personnes fréquentant des lieux prévus pour les SDF, poursuit-il, il y a peu de sans-papiers, énormément de jeunes. Dans les accueils de jour, le nombre de jeunes voire de très jeunes 18-25 ans est en progression et à l’autre bout les plus de 65 ans et plus de 90 ans. Et une demande qui croît : des femmes dans une grande détresse. Pour elles, nous avons ouvert un lieu spécial à Saint-Louis. »

Les jeunes et les personnes âgées sont la nouvelle donne pour le Secours populaire français 13, souligne sa secrétaire générale Sonia Serra. « Les jeunes n’osent pas frapper à notre porte parce qu’ils pensent que ce n’est pas pour eux. » C’est pourquoi l’association solidaire ira vers eux. « En janvier, nous créons une antenne mobile qui se déplacera devant les foyers de jeunes travailleurs, les facultés, les missions locales et pourquoi pas le Pôle emploi ? »

(...)

Piedad Belmonte

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 770