Une tribune pour les luttes

RESF et FCPE du Val de Marne (octobre 2012)

Ce que nous attendons de la toute prochaine circulaire du ministre de l’intérieur sur les régularisations de « sans papiers »,

il faut le faire savoir haut et fort !

Article mis en ligne le mercredi 17 octobre 2012

En préambule, rappelons :

- Que la situation des étrangers en France n’est pas un « problème » de police et de gendarmerie, mais une question de gouvernement qui englobe aussi relations internationales, travail, santé, éducation, finances et justice, et que nous dénonçons le maintien de ce domaine dans la seule « compétence » du ministère de l’Intérieur : NON à ce ministère de l’Intérieur, de l’Immigration et de l’Intégration.

- Que la loi pour le séjour des étrangers et le droit d’asile (CESEDA) doit être profondément modifiée, que cette loi est injuste, incompréhensible pour les étrangers et compliquée pour les personnels chargés de son application, elle stigmatise les migrants, traumatise les jeunes et favorise les trafiquants, patrons clandestins et marchands de sommeil : OUI, la loi doit changer maintenant.

- Que tous les enfants résidant sur le territoire français doivent être scolarisés et que tout doit être fait, qu’ils soient étrangers ou français, pour qu’ils puissent réussir leurs études : OUI , une place à l’école publique pour TOUS les enfants en France.

La circulaire, tout de suite, doit marquer un changement, très concret :

- La rentrée scolaire est faite, nous demandons des titres de séjour d’un an autorisant le travail salarié immédiatement pour tous les parents d’enfants scolarisés, sur simple présentation des certificats de scolarité des enfants.

- La rentrée scolaire est faite, nous demandons des titres de séjour d’un an immédiatement pour tous les jeunes majeurs en cours d’études, sur simple présentation de leurs certificats de scolarité.

- Les élèves étrangers mineurs doivent pouvoir participer aux voyages scolaires, comme les autres enfants et sans difficulté supplémentaire, nous demandons de DCEM pour tout mineur étranger scolarisé qui en fait la demande (Document de Circulation pour Étranger Mineur)

- La rentrée scolaire est coûteuse et la vie est chère pour nous tous, étrangers ou non : nous demandons la suppression immédiate des 110€ exigés maintenant des étrangers pour avoir simplement le droit déposer un dossier de régularisation en préfecture.

- Tous les jeunes scolarisés en France peuvent passer leurs examens sur simple présentation d’une attestation avec leur photographie, donnée par leur établissement : nous demandons qu’un rappel de cette circulaire n°2002-063 du MEN soit envoyé à tous les établissements scolaires.

- Les enfants ne doivent en aucun cas être des victimes de l’état français : nous demandons l’arrêt effectif immédiatement de l’enfermement d’enfants et de familles en centres de rétention, ainsi que des assignations à résidence privatives de libertés, comme l’enfermement en hôtel sous surveillance de la police.

RIEN N’EST ACQUIS CAR LE MINISTÈRE DE L’INTERIEUR POURSUIT LA POLITIQUE ANTERIEURE DE REJET DES MIGRANTS, IL REFUSE LES REGULARISATIONS DEMANDEES, ET INTENSIFIE LES EXPULSIONS !

POUR LES JEUNES MIGRANTS SCOLARISES ET LEURS FAMILLES, MOBILISONS-NOUS

DANS LES ECOLES, LES COLLEGES, LES LYCEES ET LES QUARTIERS !

· C’est le moment des premiers conseils d’administration : faisons voter un vœu pour tous les jeunes majeurs scolarisés sans papiers et leurs familles.

· Mobilisons-nous pour les rassemblements de soutien aux jeunes majeurs scolarisés menacés d’expulsion dans le Val de Marne : ils doivent pouvoir poursuivre leurs études ici !

· Mobilisons-nous pour les rassemblements de soutien à tous les travailleurs et travailleuses, tous les enfants, tous les jeunes scolarisés et leurs familles, étrangers sans titres de séjour, en Ile de France et dans tout le pays : la politique doit changer, la loi doit changer.

RESF et FCPE du Val de Marne (octobre 2012)

— -

ANNEXE : Exemple de vœu pour les CA

Des dizaines de milliers d’écoliers, de collégiens, de lycéens ont fait leur rentrée la peur au ventre, parce qu’eux-mêmes ou leurs parents ont reçu un refus de séjour. Certains de ces jeunes sont peut-être dans notre lycée (/notre école/notre collège).

Le conseil d’administration déclare placer ces jeunes sous sa protection. Parce qu’il regroupe en son sein les représentants élus des membres de la communauté éducative, il s’engage :

- A protéger par tous les moyens les lycéens menacés

- A mobiliser les enseignants, les personnels TOS, les parents d’élèves et les élèves pour obtenir leur régularisation et celle de leurs familles : un titre de séjour pour les parents et les jeunes majeurs, un DCEM pour les mineurs.

Le conseil d’administration demande à Monsieur le Recteur de l’Académie de Créteil d’obtenir du Préfet du Val de Marne qu’aucun élève du département ne soit inquiété.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 850