Une tribune pour les luttes

PETITION DE SOUTIEN

à Louis et Colette Bonassi

et à toutes les victimes de violences policières

Article mis en ligne le lundi 7 mars 2005

Ligue des droits de l’homme - MRAP - liste des Elus Majoritaires d’istres - section du PS et PC Istres et Fos - Gauche Alternative de Fos /Mer - CGT - CFDT- FSU- CRI - Ensemble Citoyen - Conseil Syndical des copropriétaires « Fougères » les Baumes

« Le limier est un grand chien qui sert à la chasse aux grosses bêtes » (Littré)

Maintenant à Istres et à Martigues, des limiers de la Police sont à craindre. Leurs tableaux de chasse auprès de simples citoyens, souvent innocents ou passibles d’une simple contravention sans suite, restent éloquents. Ce « gibier » faible et sans défense est parfois lâchement battu, menotté, placé en garde à vue et atteint dans sa dignité.

Des articles de presse relatent ces faits d’une manière parfois subjective. Des victimes aspirant la tranquillité se taisent sous l’effet de la peur et n’engagent pas, le plus souvent, une procédure judiciaire complexe et coûteuse.

POURTANT AU FIL DES JOURS DES LANGUES SE DELIENT !

Il faut un grand courage pour s’interposer et protéger une personne maltraitée physiquement. Cet acte de civisme exemplaire est pourtant puni alors qu’il s’agit de calmer un individu s’avérant par la suite, être un policier se livrant à ce type de brutalité.

NOUS NE TOLERERONS PAS QUE DES REPRESENTANTS DE LA FORCE PUBLIQUE AIENT UN TEL COMPORTEMENT.

Nous n’acceptons pas que M. et Mme Bonassi aient été considérés comme des délinquants alors qu’ils portaient assistance à personne en danger le 19 janvier 2005.

Nous n’acceptons pas que ces faits très graves deviennent répétitifs.

Ainsi le 16 mars 2004, toujours à Istres trois jeunes gens dont Christophe Sudrat - Delannoy ont été sévèrement battus : ils n’avaient commis, eux non plus, aucune infraction ou délit.

Ainsi à Martigues, le 18 février 2005, une jeune femme Mme Kathy Penneau s’est retrouvée 24h en garde à vue pour une simple infraction au stationnement.

Nous affirmons que les procédures disciplinaires adéquates doivent être engagées lorsque ces égarements insoutenables sont perpétrés.

Notre état de droit ne doit pas dériver vers la répression aveugle qui règne dans des régimes dictatoriaux. Certes, les tâches qui incombent aux policiers sont complexes, délicates et dangereuses. Ce corps mérite donc respect et soutien car, normalement, il défend, assiste, réconforte et protège.

Notre République doit se doter exclusivement de policiers capables de discerner et de pratiquer ces valeurs.

Mars - avril 2005 -

NOM PRENOM VILLE SIGNATURE

Imprimez la pétition en texte joint

Solidarité financière : Comité local du MRAP FOS - BP 39 - 13771 FOS CEDEX

Retour en haut de la page

Comité de soutien contre les violences policières c'est aussi ...

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4525