Une tribune pour les luttes


Premier festival de 2013 contre "l’Ayraultport" et le monde qui va avec les 4 et 5 et 6 janvier.!

Malgré les multiples tracasseries des "occupants" policiers et les difficultés d’accès, plusieurs dizaines de milliers de participants dans la boue aux concerts-rassemblement du week-end.

Article mis en ligne le dimanche 6 janvier 2013

Notre-Dame-des-Landes. Au moins 8.000 personnes au "FestiZad" (selon la police !)

[-http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/notre-dame-des-landes-le-festizad-a-pris-son-envol-05-01-2013-1963193.php]

 

A
voir :

§ 
FESTIZAD : Le Woodstock des Landes par RennesTV http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hMB3lte3Xb8# !

§ 
Notre-Dame-des-Landes
 : les opposants crapahutent à FestiZAD : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=2y5HOtWPRpk

§ 
Notre-Dame-des-Landes
après la fête le nettoyage http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/50eb08d206361d0dab115a88/41c6eef298ff4c6897ba6b512a4b4955 ?wmode=transparent

 


Communiqué FestiZad du 4 janvier 2013 : La préfecture met en danger des milliers de personnes

Etonnant communiqué que celui émit par la préfecture hier après-midi. La
première moitié est entièrement consacrée à expliquer que la préfecture
n’aurait pas été prévenue et n’aurait pas non plus réussi à nous joindre.

Outre le fait que les contacts étaient visibles sur le site depuis près
d’un mois et que nous recevons environ 200 mails par jour, l’équipe
sanitaire avait appelé la préfecture il y a 15 jours de cela pour se
mettre en relation. Le but étant d’être sure qu’ils puissent accéder sur
zone. Il leur avait été répondu que la préfecture laisserait faire
l’évênement et n’interviendrait pas sur site. Cela semblait coïncider avec
la demande émise par la commission de dialogue. Etrangement, selon le
cabinet du préfet, notre interlocuteur n’aurait pas transmis les
informations et serait actuellement en congés. Cela ne nous semble pas
très crédible...

Effectivement, la préfecture n’a pas interdit cette manifestation festive.
Pourtant, depuis ce matin, tout est bloqué aux entrées de la ZAD. Que ce
soit de la nourriture, des structures, du matériel médical et même les
toiles de tente des manifestants ! En gros tout ce qui peut servir de près
ou de loin au bon déroulement de la ManiFestiZAD. La majorité du matériel
de sonorisation et quelques chapiteaux étant deja sur place, la
manifestation aura bien lieu. Toutefois la sécurité sanitaire des
participants s’en trouve fortement impactée : plus d’abris ni de tentes
pour dormir au chaud la nuit, plus de matériel médical de premier secours
et une tension évidente ne pouvant conduire qu’à des affrontements.
Loin de vouloir calmer la situation, la préfecture semble donc vouloir
créer de nouveaux champs de batailles. Par cette situation, elle fait
surtout en sorte de favoriser les accidents sanitaires lors de cette
manifestation festive. Elle en assumera pleinement les conséquences. Cette
manifestation se voulait festive, si les provocations continuent nous
n’hésiteront pas à déplacer la manifestation au centre ville de Nantes.


Le premier festival de 2013 en soutien à la ZAD et la lutte contre
l’Ayraultporc aura lieu les 4 et 5 et 6 janvier.

2 chapiteaux chauffés seront installés, 5 ambiances et 33 concerts (25kw)
+ scènes Techno et reggae (15kw), Chill out& RDR, Arts de rue, clowns,
théâtre, cracheurs de feu, graff, maquillage, jonglage, scène ouverte,
déguisements, improvisation, batucada etc...

Site du festival fléché à partir de Notre Dame des Landes.
Camping sur place,
spectacles, divers ateliers et infos sur les luttes, restauration, bar...
Une cagnotte sera mise en place en soutien à la ZAD et ses occupant(e)s.
Entrée et Miam-Miam : PRIX LIBRE (La lutte n’a pas de prix !)

Le bénévolat est le bienvenue ! Merci à tous, pour votre détermination !

INFO IMPORTANTE :
Les fonds récoltés serviront à financer la lutte contre ce gouvernement,
vinci, leur aéroporc et le monde qui va avec !

Vous pouvez aussi ramenez des dons en nature - vous trouverez la liste des
besoin sur : http://zad.nadir.org/spip.php?article515

N’oubliez pas, vous êtes dans une lutte sociale et écologique
anticapitaliste, ne tolérez AUCUN comportement raciste, homophobe ou
machiste.
Ramassez les mégots et déchets au sol, partagez et échangez ce que vous
ramenez !

AVIS AUX ARTISTES DE RUE :
Appel à tous les
danseurs, danseuses,
comédiens et comédiennes,
musiciens et ciennes,
jongleuses et jongleurs,
cracheuses et cracheurs,
ainsi qu’à toutes et tous les clowns, etc.
à venir nous rejoindre sur la ZAD dès maintenant.

Pour la prog (en voila une partie) :

- Jabul Gorba (gypsie punk)
- Tryo (chanson)
- Jenny (chanson)
- ZEP (hip-hop)
- Chas Gourlen (punk)
- Broken (punk)
- La Parisienne Libérée (chanson)
- Prince Ringard (punk)
- RPZ (rap)
- Keny Arkana (rap)
- Cabadzi (rap)
- HK et les Saltimbank (rap)
- Jah Gaia (reggae)
- La Fraction
- Anonyme(s) (rap)
- Première Ligne (rap)
- MC Metis (hip-hop)
- Buffet Froid (chanson)
- Bred Irie (reggae)
- Les Crêtes suzette (punk)
- Unité Mau Mau (rap)
- Les Vieilles Salopes (punk)
- Hop Hop Hop Crew (jazz manouche)
- Beer Beer Orchestra (ska punk)
- Koleweize (percus)
- Massacror’s (punk)
- La Jonction (rap)
- Enlightened (métal)
- Prince Ringard (punk)
AND MORE [...]

Scène techno (15kw sous chap’ chauffé) :
Techno, Trance, breakbit, acid, tribe, hardcore, dubstep !

Pour contacter l’orga, c’est au mail : festizad chez riseup.net

Liens :: https://zad.nadir.org/spip.php?article885


Message important à tous ceux qui souhaitent se rendre sur la ZAD
(soutien, manif, concerts...) : SOYEZ AUTONOMES ET RESPONSABLES, LE
MAITRE MOT EST L’AUTOGESTION.

En effet, les conditions sur place sont rudes, la gestion
collective est difficile à organiser et les Zadistes sont fatigués, on
vous demande donc de vous renseigner, de vous préparer et de vous
organiser afin de ne pas être une "charge" pour les Zadistes. De plus
prenez connaissance de vos droits en cas d’arrestation, les playmobiles
et autres forces du désordre ne sont, parait-il, pas là pour s’amuser
(voir site de la ZAD)...


A Marseille :

PNG - 240.9 ko
manif-de-riposte

Communiqué Notre-Dame-des-Landes du jeudi 20 décembre

Recul de la Préfecture sur la Châtaigne

Depuis la semaine dernière, la Châtaigne, espace réoccupé avec 40 000 personnes le 17 novembre sur la zad, était menacé d’expulsion suite à une ordonnance sur requête.

Suite à notre annonce de la mise en oeuvre d’un procédure de rétractation, la Préfecture a fait savoir qu’elle n’entendait pas faire usage de l’ordonnance sur requête autorisant l’expulsion de la Châtaigne. Cela signifie qu’une nouvelle procédure, nominative et contradictoire cette fois, sera nécessaire pour obtenir l’expulsion du lieu. Après l’attaque policière de la châtaigne et le vol de nos outils et matériaux le 23 novembre, ainsi que les divers passages en force sur le plan juridique, il apparait que la Préfecture recule.

Il est cocasse de repenser au communiqué officiel de la Préfecture affirmant mercredi dernier que les habitants de la Chataîgne n’avaient "plus aucun droit". Prise à son propre jeu, elle doit bien admettre aujourd’hui qu’il lui sera nécessaire de relancer une procédure pour obtenir le droit d’expulser. Si nous ne nous cachons pas, pour notre part, derrière un "droit" qui se range le plus souvent du coté des puissants, nous ne les lâcherons pas sur ce terrain là, pas plus que sur les autres... Au demeurant, nous n’entendons pas nous reposer sur des procédures hasardeuses : les opposants, paysans, habitants et associations restent prêt sur place à défendre la châtaigne et à réagir si nécessaire dans les villes et bourgs partout ailleurs.

Malgré la multiplication des arrêts préfectoraux interdisant le transport de matériaux, outils, carburants sur la ZAD, malgré les checkpoints, le harcèlement, les contrôles et arrestations à répétition, l’usage illimité des grenades assourdissantes, nous n’avons cessé d’approvisionner les cabanes et de construire. Samedi midi encore, après qu’un pique-nique sur la route ait été gazé, une grande crèche en kit transportée sur des tracteurs a réussi à passer entre les rangs policiers sous la pression. Si ce n’est la volonté de maintenir un point de tension permanent, et de continuer à blesser les opposants, la présence des troupes préfectorales ne leur est plus d’aucune utilité. Il est grand temps qu’elles se retirent de la ZAD.

Alors que la "commission gouvernementale de dialogue" propose un premier rendez-vous à Nantes cette semaine, nous rappelons que les différentes composantes de la lutte sur le terrain sont unies dans le refus d’un dialogue fantôche sur l’aménagement du projet d’aéroport. On ne nous fera pas ce coup là, d’autant que les expulsions des fermes, champs et habitats menacent encore et que Vinci annonce la poursuite des travaux de mise en oeuvre. Nous sommes déterminés à résister jusqu’au retrait du projet.

Si la pression s’éloigne momentanément sur la Châtaigne, la vigilance demeure de mise sur tous les autres habitats occupés, entre autre la maison de la Sécherie (route des fosses noires) qui pourrait être expulsée dès le 27 décembre et qui appelle à se mobiliser.

Les 15 et 16 décembre dernier, un mois après la manifestation de réoccupation, plus de 300 personnes représentant 150 comités de soutien locaux se sont retrouvées à Notre dame des landes pour coordonner les actions et mobilisations des semaines et mois à venir, réaffirmer leur opposition sans concession à ce projet et au monde qui le produit et renforcer les liens avec d’autres luttes locales (THT, Ligne à Grande Vitesse, gaz de schiste, bétonnage des terres agricoles...)

Nos pensées immédiates vont à nos deux camarades en prison depuis leur arrestation sur une barricade et à un checkpoint policier, à notre camarade encore à l’hopital après s’être pris une grenade dans le pied dimanche soir, ainsi qu’à tous les autres blessés ou inculpés depuis le début de l’opération César

Ils ne nous décourageront pas. On résiste, on construit, on cultive, on occupe, on réoccuppe !

Des occupant-e-s de la ZAD.


https://zad.nadir.org/spip.php?article901

Lettre de Cyril du 19 décembre 2012 avec chanson

(...)
Nous ne sommes pas des marginaux. Nous sommes tous differents, unies pour la vie à celle de notre terre. Dans notre combat inégal pour lemoment mais qui perdure depuis moulte générations, nous vaincrons.
Tenez bon camarades ! Je vous envoie à travers mes écrits toute ma force de vivre et j’ai de la réserve. Je vous respecte tous camarades zadistes au coeur vayant, militant de toutes parts. Agriculteurs, merci car sans vous nous crèverions de faim ou de malbouffe. Séchons nos larmes et restons unies, c’est ce qui nous fera gagner.
Ne nous laissons pas prendre au piège de ce systême si misérable. Nous valons mieux, force et courage sont nos étandars. Ils n’auront pas notre peau ni celle de la terre.
Tenez bon, je compte sur vous et je vous fait un nouveau cadeau pour les fêtes de noël. Cette chanson se chante avec un solo puis un coeur sur le ton de la résistance.

“ZAD Le cri des opposants”

solo : Que voulons-nous pour cette terre ?
coeur : Nous voulons le temps
solo : De partager ces richesses
coeur : avec nos enfants
Face aux dirigeants
Cette planète la terre mère
Nous apporte tant
Tout ces espoirs d’une vie prospère
Pour tout militant
ans le respect de nos confrères
Et de tout ces gens
Unis contre toute cette misère
Que veulent-ils vraiment
Avec leur horde de faux-frères
_Qui nous rentre dedans
Nous ne nous laisserons plus faire mes frères
Par ces oppréssants
Des directives volontaires
Du gouvernement
Plantons des arbres remuons la terre
Les deux pieds dedans
Main dans la main comme en temps de guerre
Pour tous nos enfants
Protégez-la cette belle terre
Qui nous rend vivants
Non aux avions non à la guerre
Il est encore temps
Pour toutes nos soeurs, pour tous nos frères
Nous restons devant
Face au soleil, près de notre mère
Le visage souriant
Toujours plus beau qu’en temps de guerre
Pauvre gouvernement
Ne voient-ils pas cette colère
Dans les yeux de nos enfants.
Que veulent-ils de notre terre
Surement plus d’argent
Nous ne voulons pas de leur terre
Mais celle de maintenant
Une terre si belle et si prospère
Pour nos enfants
Entendront-ils le cri de la terre
Que pousse tout opposant
Une révolte contre toutes ces guerres
Pour encore plus d’argent
Rien que du bitume et du nucléaire
Nous sommes les opposants
D’une révolte de la misère
Maintenant il est temps
Marchons devant et pas derrière
Nous sommes les opposants
Main dans la main, les pieds sur terre
Le regard vaillant
Restons unis, restons sincères
Car il est encore temps
Debout mes frères, hisse ta barrières
Nous sommes les militants
Main dans la main, les pieds sur terre
Le regard vaillant

Cyril


info portfolio

manif-de-riposte
Retour en haut de la page

7 Messages

  • Le 21 décembre 2012 à 11:46, par Bastou

    Je ne comprends pas l’engouement médiatique autour de cet aéroport. N’est-ce pas une bonne chose qu’il vienne désencombrer les circuits traditionnels de Nantes ? C’est un gain de temps et une ouverture sur le monde.

    Même si je condamne les actions des policiers qui utilisent la force pour déloger les gens, il ne faut pas oublier que les violences viennent des deux cotés...

    • Le 22 décembre 2012 à 14:51, par

      Renseignez-vous un peu (
      http://acipa.free.fr/
      http://zad.nadir.org/ et articles du moteur de recherche de Mille Bâbords) sur l’utilité de cet aéroport (si l’on veut transférer celui de Nantes c’est uniquement pour dégager du terrain à batir aux frais du contribuable et pour enrichir Vinci sans souci pour la préservation des terrains qui nous nourrissent et des zones humides si importants écologiquement et alors que cett aéroport n’est ni nécessaire ni probablement rentable).

    • Le 5 janvier 2013 à 12:39, par toto

      Ce projet de tout béton date du concorde et n’ a donc plus aucune utilité mais les bétonneurs corrompent les politiques. Va sur place, le site est superbe et la Bretagne est déjà une des région les moins boisées du pays. Il leur suffirait de raser une de ces innombrables et immondes zones commerciales pour étendre l’ancien aéroport, ça ferait aussi revenir le commerce en centre ville, plus besoin de prendre l’ avion.

  • Le 22 décembre 2012 à 14:44, par

    200 journalistes attendaient hier 21 décembre 2012 à Bugarach dans l’Aude (Occitània) la fin du monde, et/ou les extra-terrestres, et/ou la Sainte-Vierge, le tout sécurisé par encore plus de flics de toutes les sortes, à cheval, à pied, en hélicoptère, ou en civil. Tant de flics et d’engins policiers, histoire de bien utiliser le fric public... Mais las fedas (en français, les brebis) se sont invitées au rencard apocalyptique pour dénoncer Vinci et exprimer la solidarité occitane à la résistance bretonne contre le projet inutile de Nôtre Dame des Landes, aux cris de " Vinci dégage, résistance et sabotage", "des moutons pas des avions", "Ayrault salaut, le peuple aura ta peau", "des moutons pas des éléphants", "la terre à ceux qui la travaillent", etc... Par contre la presse locale tout comme la télé publique semblent avoir préféré les allumés mystico-tarés à l’expression de la solidarité anti-projet inutile...

    En Languedoc Roussillon nous combattons tous ces projets inutiles et couteux pour le contribuable ! des moutons, pas de béton !

    http://www.youtube.com/watch?v=0yDG...

  • Le 22 décembre 2012 à 16:40, par

    Yves-Thibault de Silguy, membre du conseil d’administration de Vinci est aussi président du conseil de surveillance de Sofisport, entreprise qui fabrique des amorces de grenades lacrymo et des balles de flashball et dont Nobelsport est une filiale, voir aussi ici) !

  • Le 9 janvier 2013 à 23:03, par Christiane

    mercredi 15 octobre 2008

    Il n’y a pas qu’à Nantes ou à Poitiers, que la France sarkozyste enterre les trésors archéologiques sous le béton. A Angoulême la semaine dernière, le promoteur Vinci, qui a décroché le chantier de réaménagement de l’immeuble Charbonnaud à l’état de friche depuis des lustres, est tombé sur une nécropole, découvrant une bonne quinzaine de sarcophages [1], dont on ignore encore l’âge, mais dont les premières hypothèses laissent supposer qu’ils remontent aux VIIème, IXème ou Xème siècle [2].

    Mais plutôt que de signaler immédiatement la découverte, comme cela aurait dû être fait si la loi avait été respectée, Vinci a préféré continuer le chantier, et a commencé à saccager le trésor archéologique, faisant valser les squelettes à coups de pelleteuse. Ca se passe comme ça. Pas un mot au service régional d’archéologie, ces empêcheurs de bétonner en rond. "Réglementairement pourtant, je devrais en être informé" précise Jérôme Primault, responsable de l’archéologie préventive pour le département de la Charente, qui a finalement ordonné l’arrêt du chantier, uniquement sur la partie du site où se trouvent les sarcophages. Une réunion de la DRAC demain (16/10) doit décider si des fouilles doivent être menées.

    La question est déjà tranchée pour Jacques de Passemar, directeur régional de Vinci : les ossements, les sarcophages, l’archéologie, c’est pas ça qui va permettre de finir le chantier dans les temps. "Pour moi c’est peanuts. On va faire un plan de repérage pour les archives du lieu. Mais sur place on va continuer le travail" explique l’homme qui reconnaît à peine qu’en brisant les sarcophages, un de ses gars "a fait une connerie en manipulant la pelleteuse" à un endroit où il ne devait pas y avoir de creusement

  • Le 11 janvier 2013 à 09:51, par
Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 985