Une tribune pour les luttes

Un toit c’est un droit !

Noël des DALOs et des sans logis,
« Ni miette, ni bla-bla : respectez nos droits »

Paris M° Varennes, 25 décembre, 14h30.

Article mis en ligne le mercredi 26 décembre 2012

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean...

Plusieurs dizaines de familles de mal-logés ont fêté mardi Noël aux abords du ministère du Logement, à l’appel de l’association Droit au Logement (DAL), afin de réclamer l’application de la loi Dalo. «  Ni miette, ni bla-bla : respectez nos droits », pouvait-on lire sur une banderole.

Ces familles, reconnues prioritaires du Droit au logement opposable (Dalo), instauré en 2008, sont en attente de relogement depuis plusieurs années et survivent « dans des hôtels précaires, à la rue, dans des taudis, dans des squats ou chez des amis », a expliqué Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL.

Derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire « Ni miette, ni bla-bla : respectez nos droits », un sapin décoré de guirlandes avait été installé et des cadeaux ont été distribués aux enfants.

Comme chaque année, le scientifique Albert Jacquart et Mgr Jacques Gaillot participaient à la manifestation.

La loi Dalo permet aux familles démunies de faire un recours auprès d’une commission de médiation, qui détermine si elles peuvent être reconnues « prioritaires Dalo », c’est-à-dire si l’État a obligation de les reloger.

«  Toutes les familles qui sont ici sont des prioritaires Dalo en attente de relogement », a expliqué Jean-Baptiste Eyraud, rappelant que François Hollande s’était engagé dans un courrier au DAL daté du 27 avril 2012 : « Si les Français m’accordent leur confiance, la loi instituant le droit au logement opposable devra être respectée, en premier lieu par l’État. »

L’Ile-de-France comptait, en juin 2012, 27 534 ménages « prioritaires » attendant depuis au moins six mois un relogement.

Dans la manifestation, Fanta Soumahoro et ses trois enfants s’époumonnent : «  Un toit c’est la loi, un toit c’est un droit. »

«  On vit dans un squat à Aubervilliers », explique Fanta, dont la famille a déjà connu « 12 logements différents » mais jamais de vrai chez-soi. « Pourtant, je travaille à temps plein, et mon mari aussi », explique-t-elle.

Aliana, 31 ans, loge de son côté à l’hôtel avec ses 5 enfants. Régulièrement déplacés au gré des places libres, ils ont déjà connu « 18 hôtels », explique-t-elle, inquiète pour la scolarité de ses enfants. Elle est censée quitter au 31 décembre la dernière chambre d’hôtel qu’elle occupe, à La Plaine-Saint-Denis, pour cause de rupture de contrat entre l’hôtelier et le Samu social.

(...)

Selon l’Insee, rappelle le DAL, la France compte 2,4 millions de logements vacants, dont 330 000 en IDF.

L’association réclame la réquisition de 100 000 logements vacants, appartenant aux pouvoirs publics, aux bailleurs sociaux, ou à de riches propriétaires privés, afin de loger les prioritaires Dalo en attente et les 150 000 sans-abri que compte selon elle le pays.

Une délégation devait être reçue en fin d’après-midi au ministère, où elle entendait offrir à la ministre du Logement, Cécile Duflot, « un pied-de-biche doré » pour « accélérer les réquisitions de logements vides ».


Paris 24 décembre 2012

Les familles oubliées du DALO, parquées dans des hôtels précaires, à la rue, ou dans des taudis, en attente de relogement et reconnues prioritaires depuis plusieurs années, et leurs enfants, fêtent leur troisième noël dans la rue, à proximité du Ministère du logement, et comptent bien être reçues, comme le faisait le précédant Ministre.

Elles planteront le sapin, soit cité Vaneau (face à l’entrée du Ministère du logement), soit à la sortie du métro Varennes, à l’angle de la rue de Varenne et du Bd des Invalides si les autorités refusent l’installation devant le 72 rue de Varennes.

Un cadeau sera transmis, (ou remis) à la Ministre du logement, ainsi que des demandes de réquisition des prioritaires DALO, pour l’encourager à accélérer les réquisitions dont les premières devaient être livrées avant la fin de l’année.

Les familles lui demanderont à faire respecter et appliquer la loi DALO :

On compte près de 30 000 familles reconnues prioritaires DALO en Ile de France, non relogées, parmi lesquelles plusieurs milliers attendent depuis 2008 et 2009.

François Hollande s’était engagé dans un courrier au DAL daté du 27 avril 2012 : “ Si les Français m’accordent leur confiance, la loi instituant le droit au logement opposable devra être respectée, en premier lieu par l’État ”.

DAL vient rappeler cet engagement au Ministère du logement, tandis qu’un nouveau Préfet de région Ile de France vient d’être nommé, et que la crise du logement ne cesse de s’aggraver.

DAL demande, avec la plate forme logement la mobilisation ou la réquisition de 100 000 logements vacants, appartenant aux pouvoirs publics et à leurs entreprises, aux bailleurs sociaux, et aux riches propriétaires privés, afin de loger les prioritaires DALO en attente, et les 150 000 sans abris que compte désormais notre pays.

Un toit c’est un droit !

Droit au logement :

http://www.droitaulogement.org/

Fédération Droit Au logement – 29 Avenue Ledru Rollin - 75012 Paris
tél : 01 40 27 92 98 • fax 01 42 97 40 18
<http://www.droitaulogement.org/>

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

D.A.L. Droit Au Logement c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 985