Une tribune pour les luttes

Contre la répression

Suites à des brutalités policières, poursuites contre un porte parole de DAL pour violences à agent et refus de fichage ADN !

Article mis en ligne le dimanche 27 janvier 2013

Paris le 24 janvier 2013

Suites à des brutalités policières (le 29-11-2012)
des poursuites sont lancées contre un porte parole de DAL pour violences à agent et refus de fichage ADN

JB Eyraud, porte parole de DAL fédération, est convoqué vendredi matin à 10h au Commissariat du 15e arrondissement de Paris, 240 rue de Vaugirard, métro Vaugirard. Des militants l’accompagneront pour protester contre ce harcèlement judiciaire.

Une plainte pour violence ayant entraîné une ITT de 6 jours a été déposée par un CRS, celui qui justement avait fait preuve de brutalités a trois reprises contre JB Eyraud, le 29 novembre 2012, devant la Préfecture de région Ile de France. (voire communiqué du 29 11 12, ci dessous).

Une manifestation déclarée, et non violente avait été “encagée” par les forces de police, présentes en grand nombre, sans explications, conduisant les familles vers de cars de police stationnés le long de la Préfecture de région. Dénonçant ce traitement JB Eyraud était alors sorti du périmètre policier, et avait été brutalement repoussé, puis jeté à terre, après avoir reçu un coup de poing au visage.

Les choses en seraient restées là, si le policier brutal n’avait pas porté plainte. En effet, la préfecture de police avait cessé depuis d’employer ce dispositif répressif à l’encontre des mal logés.

Convoqué au Commissariat, jeudi à 15h, JB Eyraud a pris connaissance des causes de cette convocation. Puis la police lui a signifié son obligation de se plier a un prélèvement ADN, ce qu’il a refusé.
Après des menaces de mise en garde à vue, JB Eyraud est sortie libre du commissariat, muni d’une convocation pour un nouvel interrogatoire demain, à 10H.

Ce ne sera pas la première fois que la police tente de criminaliser des militants du DAL, et porte des accusations mensongères.
En 1997, lors de l’occupation d’un immeuble Place Iéna, 6 militants préalablement copieusement passés à tabac avaient ensuite été poursuivis. La vérité avait finalement été mise à jour, et les policiers avaient été condamnés, décision confirmée en appel, en 2000.

DAL est une association non violente, et à toujours respecté ce principe, malgré les violences policières, les brutalités et les provocations répétées depuis 20 ans.

Nous rappelons aussi que des poursuites sont engagées contre des cadres du DAL à Rouen, et à Poitiers, où un procès se tiendra le 1er Février à 9h.

Nous demandons l’arrêt des poursuites contre JB Eyraud et tout les militants du logement poursuivis , et que soit mis fin à ces nouvelles pratiques d’encadrement des manifestations, qui restreignent le droit de manifester.

Un toit c’est un droit !


Communiqué du 29-11-2012

Violence policière contre les DALOs et le porte parole du DAL devant la préfecture de région ile de France,

Pour le troisième mois depuis septembre, les oubliés du DALO avec Droit Au Logement, avaient décidé de se rassembler pacifiquement devant la Préfecture de région Ile de France (située 5 rue Leblanc, au RER C, Bd Victor, Paris 15e) pour exiger que l’État les reloge, en conformité avec la loi .
Une déclaration de manifestation avait été transmise à la Préfecture de police, sans que celle ci n’interdise l’initiative.

Sur place le traitement est hautement policé, comme si cette manifestation présentait une quelconque menace pour les institutions publiques, et l’ordre établi :

sortant du RER, les familles, essentiellement des femmes et des enfants, sont bloquées aux portes, encerclés, puis “encagés”, par une centaine de CRS équipés de boucliers, et sont poussées vers une place située à proximité de la Préfecture.
La présence de nombreux cars le long de la Préfecture, vers lesquels sont dirigés autoritairement les familles laisse penser qu’une interpellation est programmée.
A mi chemin, le porte parole du DAL JB Eyraud estimant que cet forme d’emprisonnement par des policiers lourdement équipés, et parfois brutaux, est dangereux, humiliant, qu’il constitue une atteinte à la liberté de manifester. Il décide de sortir de la “cage”. Il est alors rejeté brutalement à trois reprises, et jeté au sol. Il reçoit un coup de poing sur la mâchoire, ses lunettes et son sac sont projetés au sol. Il tente une troisième fois de briser la “cage” et est cette fois attrapé par le cou et projeté au sol.
Trois mères de familles ont reçu des coups de bottes de la part de CRS...

.../...

Droit au logement :
http://www.droitaulogement.org/

Fédération Droit Au logement – 29 Avenue Ledru Rollin - 75012 Paris
tél : 01 40 27 92 98 • fax 01 42 97 40 18 •

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 4425 | 4430 | 4435 | 4440 | 4445 | 4450 | 4455 | 4460 | 4465 | ... | 4475

D.A.L. Droit Au Logement c'est aussi ...