Une tribune pour les luttes

Les grosses ficelles du CRIF

+ Lettre de la CIMADE PACA à la présidente du CRIF Marseille Provence

Article mis en ligne le lundi 25 février 2013


La Cimade refuse une invitation du Crif

lundi 11 février 2013

Lettre de la CIMADE PACA à la présidente du CRIF Marseille Provence

Madame,

Vous nous avez fait l’honneur de nous inviter au 70° anniversaire des rafles du centre-ville de Marseille. Il est vrai que la Cimade est maintes fois mentionnée dans « le livre des Justes » pour les actions très courageuses que nombre de ses membres ont menées au cours de la seconde guerre mondiale, en faveur de toutes les personnes recherchées par les autorités allemandes et françaises : Juifs essentiellement, mais aussi opposants politiques, Tsiganes/Roms, homosexuels.

Ils l’ont fait au nom de valeurs éthiques qui plaçaient le respect de toute vie à la première place. Nous leur restons fidèles lorsque nous affirmons :

- L’humanité avant la nationalité : Notre allégeance première va à l’humanité, ce qui veut dire à chaque être humain et à toute l’humanité, et non à un Etat national, quel qu’il soit.

- La responsabilité avant l’obéissance : Un-e citoyen-e digne de ce beau titre, cherche à être responsable plus qu’obéissant, c’est-à-dire à « répondre » de réagir et d’assumer personnellement comme collectivement, face aux situations qu’il rencontre.

- Le Droit avant les lois : Notre idéal démocratique est l’Etat de Droit qui ne doit pas être confondu avec « l’état des lois ». Lorsque des lois violent les droits fondamentaux de la personne humaine deviennent « hors-le-Droit ». Le citoyen doit alors désobéir à ces lois pour sauvegarder le Droit.

Vous mettez à juste titre l’accent sur le « devoir de mémoire » du CRIF. Nous croyons, quant à nous, que le devoir de mémoire n’est pas que le devoir de se souvenir, de ne pas oublier ; il est aussi et surtout le devoir de ne pas répéter les horreurs commises, même sur une moindre échelle.

C’est pourquoi aujourd’hui, au nom de ces mêmes valeurs, nous luttons contre toutes les formes de xénophobie, de racisme et d’apartheid ; nous nous engageons pour un « vivre ensemble » sans discrimination, tant ethnique, sociale ou religieuse ; nous agissons pour une société hospitalière, animée par la justice sociale et économique ; nous sommes partie prenante des Forum Sociaux Mondiaux qui militent pour « un autre monde possible ».

Au nom de ces mêmes valeurs, depuis de nombreuses années, nous nous sommes également engagés contre la politique, à nos yeux, coloniale, discriminatoire et guerrière de l’Etat d’Israël à l’encontre des Palestiniens, en violation du droit international. Nous ne sommes pas unilatéraux, et encore moins antisémites, mais nous croyons que la justice et la paix auxquelles tant de personnes aspirent, de tous côtés, passent par la reconnaissance des principes de base du droit international.

Nous comprenons que ces positions puissent vous paraître inadmissibles et ne rendent pas souhaitable notre présence lors de votre commémoration. Nous ne pouvons garder silence sur nos convictions, mais ne souhaitons pas non plus faire scandale. Nous vous souhaitons une commémoration profonde et paisible.

Recevez, Madame, nos salutations cordiales.

Françoise Rocheteau et Jean-Pierre Cavalié
Délégués régionaux en région PACA


LES GROSSES FICELLES DU CRIF

http://www.ujfp.org/spip.php?article2597

mercredi 20 février 2013

Le CRIF de Marseille Provence s’offusque dans une tribune [1] du 18 février du fait que la Cimade PACA ait décliné son invitation à une cérémonie en mémoire des victimes juives du nazisme qu’il organisait [2] .

Tout est dans le titre de la tribune : antisionisme et boycott versus mémoire victimes juives et nazisme.

La Cimade n’a rien à démontrer au CRIF ou à quiconque sur sa relation à la Résistance pendant l’occupation et à la déportation des Juifs de France, de Chambon sur Lignon aux filières de sauvetage organisées, son action parle pour elle. Et c’est à ce titre d’ailleurs que le CRIF de Marseille Provence l’a invitée.

Ce qu’a dit courageusement la Cimade PACA c’est qu’elle n’était pas prête à participer à une manifestation de ce type AVEC LE CRIF. Et nous, UJFP, partageons son point de vue.

Pourquoi ?

Parce que nous ne reconnaissons pas la « représentativité » d’un collectif d’associations communautaires qui ne représente guère qu’une très petite fraction de la « communauté » des 600 000 Juifs français.

Parce que cette représentativité a consisté pour ces organisations juives communautaires, qui ont dérivé vers un néo-conservatisme redoutable, à confisquer la parole de 600 000 personnes au profit d’une cause détestable, celle de l’occupation et de l’oppression du peuple palestinien, et cela avec des outils encore plus détestables : la manipulation et l’instrumentalisation de la mémoire juive et l’amalgame entre critique politique et racisme antisémite, au risque de provoquer ce que l’on prétend vouloir éviter. Le CRIF se distingue par son attaque systématique de toute parole critique contre Israël qu’il étiquette comme antisémite. Il demande, exige, fait pression pour que toute intervention publique sur la question du dit «  conflit israélo palestinien » cherchant à soutenir la cause palestinienne, c’est à dire celle de l’opprimé, soit attaquée jusqu’à obtenir que soit interdite toute parole dans des universités, des grandes écoles, etc. Gageons que cela ne vous attire pas que des sympathies. Le CRIF a ainsi réussi la redoutable opération de transformer le statut de l’antisémitisme en France : de racisme dangereux et contre lequel chacun doit se mobiliser, en arme de guerre anti-palestinienne au service d’Israël. Or c’est précisément cette mutation qui ouvre les vannes et libère la parole antisémite quand et là où elle existe. En ce sens le CRIF fait un sale boulot. Nous l’avions déjà dit [3] .

Mais aussi parce que nous non plus nous n’accepterions pas de manifester pour le souvenir de nos morts déportés victimes du Nazisme ou même contre l’antisémitisme avec ceux qui ont soutenu les opérations meurtrières sur la population civile désarmée et assiégée de Gaza. Cela nous semble un détournement ignoble de notre héritage. Pour nous la seule « mémoire » est celle des devoirs conférés par l’horreur nazie : plus jamais ça pour personne, solidarité avec tous les opprimés, lutte contre toutes les formes de racisme.

Messieurs du CRIF,

Nous sommes aujourd’hui à des années-lumière de vous, et nous vous plaignons d’avoir perdu tout sens éthique et toute sensibilité à la douleur d’autrui.

Mais nous vous le disons : Il est trop tard ! pour traiter la Cimade PACA d’antisémite, trop tard et ridicule. Les ficelles sont devenues trop grosses. Il suffit de consulter votre site, lire vos écrits pour comprendre où sont les appels à la haine. Une attitude qui ne mérite à nos yeux que mépris. Pourtant ne vous leurrez pas, et ouvrez les yeux. Dans votre dos, ceux-là même qui vous soutiennent en apparence, par crainte d’être traités d’antisémites, vous haïssent en réalité à cause de votre attitude menaçante, arrogante et insultante ; et ils vous haïssent avec des termes antisémites : « Ils sont les plus forts,... ils sont partout... !! »

Nous luttons avec la Cimade et beaucoup d’autres dans ce pays, contre tous les racismes l’islamophobie, le racisme anti-noir, anti-Rrom, pour les droits des sans-papiers, pour un avenir partagé entre Israéliens et Palestiniens sur la base de l’égalité des droits. Cela fait sans doute aussi de nous aussi des antisémites à vos yeux.

Pourtant l’Egalité c’est la devise de la République que vous invoquez si souvent.

Bureau national de l’UJFP le 20-02-2013

[1] http://www.crif.org/fr/tribune/au-n...

[2] http://www.ujfp.org/spip.php?article2590

[3] http://www.ujfp.org/spip.php?article1259

Retour en haut de la page

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4525

Union Juive Française pour la Paix (UJFP) c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 130