Une tribune pour les luttes

Projections

L’Amorce à Marseille les 21, 22, 23 juin

Coopérative de diffusion

Article mis en ligne le vendredi 21 juin 2013

3 jours de proj les 21, 22, 23 juin avec la Coopérative de diffusion et d’édition, l’ Amorce se pose pleins de questions pas con, et vient nous secouer les puces à Marseille. Le 21 à 19h30 à mille bâbords, le 22 à la nuit avec Primitivi à la Plaine, le 23 dès 15h au Polygone. Demandez le programme !

Cliquez la dessous pour avoir tout le prog en pdf ou lisez le dans l’article Affiche téléchargeable en bas de l’article

PDF - 1.7 Mo
le joli programme en pdf
petite brochure 4 pages qui reprend le programme et le manifeste de L’AMORCE

Il s’agit d’abord de ne pas rester seuls, chacun avec ses objets, à les envoyer dans les festivals, à chercher des lieux pour les projeter, à diffuser son petit DVD de main en main, à trouver les mots pour en parler, à se demander comment les montrer au mieux. Nous réfléchissons ensemble à la vie des films une fois qu’ils existent comme objets finis. Comment les porte t-on ? De quelles projections ont-ils besoin ? De quels lieux ? Comment circulent-ils et avec quelles attentions ? Comment permettre que d’autres s’en emparent ? Quelle hospitalité inventer pour les films qu’on fabrique ? Nous nous interrogeons sur la continuité entre les gestes de fabrication et les gestes de partage des objets. Les lieux d’accueil des films, du fait de leur logique propre, sont souvent le lieu d’une rupture de cette continuité. Nous avons besoin de lieux où quelque chose puisse se déployer après le partage d’un film. Autre chose que des bruits de couloirs. Nous ne savons pas ce qu’il peut se passer à l’occasion d’une projection.

VENDREDI 21 JUIN Mille Bâbords - 61 rue consolat

19h30 Présentation du collectif L’Amorce

- Appunti, notes à propos du film DODICI DICEMBRE de Jean-Baptiste Leroux, 45’

Il y a d’abord la rencontre avec les images d’un film tourné entre 1970 et 1972 par des militants de Lotta continua, Pier Paolo Pasolini et des techniciens du cinéma à Cinecittà : DODICI DICEMBRE. Un film de contre-information, une enquête, un voyage du nord au sud de l’Italie, entre l’urgence de témoigner et celle de donner à voir. On a tenté de déplier cette archive au présent, au cours de vagabondages dont la caméra super 8 se voulait le témoin.

Dans ces repaires que sont un marché, la cour d’un immeuble, un potager collectif, un gymnase de quartier ou la cantine occupée d’une usine, la question de lieux pour vivre s’est peu à peu substituée à celle de l’archive – comme si ce qu’on y cherchait en réalité, ce sont des lieux pour aujourd’hui.

- + Le prologue d’Anna d’Alberto Grifi 10’

SAMEDI 22 JUIN Plein air à La Plaine avec Primitivi 21h

- Ikaria d’Isabelle Gressier, 12’ - Le passage à un acte qui pourra libérer le rêve de toutes ses contraintes. L’imaginaire pourra t-il devenir reél ?
- Notes sur le système de transport collectif de la ville de Mexico de Romain André, 40’ - Un film qui constate, avec joie, au fil des rencontres, l’impossible gestion des flux humains.
Films Primitivi

- Supervision, 13’ - Gaudin inaugure en grande pompe le centre de supervision de vidéosurveillance. Ministres, berlines, femmes en fourrure, la supervision c’est chic !
- Carnaval de la Plaine et de Noailles, 13’ - "Carnavas es arribat, Fuma la pipa fuma la pipa". Cette année, les tribus ont convergé vers la Plaine, en baladant un cerbère à 3 têtes symbolisant marseille, capitale européenne de la culture. Les pandores pour l’occasion avaient mis leur tenues anti-émeutes. Au terme d’un procès rondement mené, le caramentran fut condamné au bûcher. Tremble Carnaval, le pire est à venir.
- 101 raisons de lutter, 5’ - En 2012, l’équipe des 100 jours, qui avait déjà sévi en 2007, renouvelle son expérience. Pendant les 100 jours qui précèdent le deuxième tour des élections présidentielles, un réalisateur diff érent chaque jour propose un fi lm de 5 minutes autour de ce qu’il a dire de la politique.
- Sur les murs , 6’ – A ceux que l’on nomme shahîd, « témoignage » : fi gures persistante dédiée à la communauté et consacrée après la mort.

- + Quelques souvenirs du camp de Dheisheh en Palestine d’où Primitivi revient tout juste.

DIMANCHE 23 JUIN Au Polygone étoilé - 1 rue Massabo 13001 Cinéma International de Quartier géré par le collectif Film flamme

15 h
- The story of dragon’s eggs de Houcine, Younes, Aziz, Nikos, Clément, Anouk, Jeanne et Noémi, 9 mins : Court-métrage, réalisé pendant une semaine d’ateliers avec des migrants et des habitants de Mytilini, île de Lesvos, Grèce.
- Magume de Joachim Gatti et Jean-Baptiste Leroux, 56 mins : Buta, dans le sud du Burundi. Quarante élèves d’une école s’organisent en ateliers pour réfléchir, quatre mois durant, à la guerre qui touche leur pays depuis 1993.
- La machine d’enregistrement , de Wisam, Firas, Tamara et Noémi, 10 min, Super 8, film réalisé en atelier au camp de Deisheh, Palestine. Qu’est ce que c’est de se saisir d’une caméra là-bas.
- Panier Ciné Journal (1997-2001-), film en 16mm réalisé dans le cadre d’ateliers, Le quartier du Panier à Marseille (qui est le coeur historique de la ville) filmé de l’intérieur par ses habitants, Accompagnement artistique : Jean-François Neplaz et Gaëlle Vu, cinéastes, assistés de Jo Abad et Pierrot Miger.
- 19 h Repas
- 21h30 projection films en dialogue du collectif Film Flamme

JPEG - 1 Mo
Affiche
Affiche de l’Amorce
Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

MARSEILLE c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 50

Mille Bâbords c'est aussi ...

0 | 5 | 10

Primitivi c'est aussi ...