Une tribune pour les luttes

PETITION - Projet de ferme-usine des 1000 vaches : Non merci !

Jeudi 21 novembre 2013, 6 opposants en garde à vue !

Le deux poids, deux mesures du gouvernement : Blocus de la FNSEA, paysans de Novissen en garde à vue

Article mis en ligne le jeudi 21 novembre 2013

On le savait, Michel Ramery avait porté plainte pour vol et dégradation suite à l’action syndicale de la Confédération paysanne, le 12 septembre sur le site de la ferme-usine des 1000 vaches. Aujourd’hui, des militants ont été convoqués à la gendarmerie d’Abbeville pour être entendus dans le cadre de l’enquête préliminaire. Au même moment, Michel Kfoury, président de l’association de riverains Novissen était entendu dans une autre gendarmerie.

Cette nuit-là, la Confédération paysanne a réalisé un tag 250m de long et 20m de haut « Non aux 1000 vaches  », et des engins de chantier ont été immobilisés. Les travaux ont ainsi pu être stoppés pendant plusieurs jours. Cette action syndicale a permis de mettre en évidence le risque que ce projet fait peser sur l’avenir des paysans, entrant ainsi en résonance avec la crise de l’agro-alimentaire breton.

La procédure judicaire engagée par Michel Ramery ne fera pas plier la Confédération paysanne dans sa détermination. Au contraire. L’Etat doit faire en sorte de stopper ce projet, et de mener une politique cohérente pour l’agriculture. Il s’agit aujourd’hui d’enrayer la disparition des paysans, notre disparition. Qu’avons-nous à perdre ?

Confédération Paysanne


Par fax de la Confédération paysanne 13 :

Le deux poids, deux mesures du gouvernement : Blocus de la FNSEA autorisé, paysans de Novissen en garde à vue

Alors que les grands céréaliers appelés par la FDSEA et les JA d’Ile de France bloquent impunément Paris, dans la Somme le porte parole de la Confédération Paysanne Laurent Pinatel, le président de l’association Novissen, Michel Kfoury, ainsi que Manuel Aze, paysan, et trois salariés du syndicat sont eux placés en garde à vue depuis ce matin.

Leur tort ? Dénoncer le projet dit "Ferme des Mille Vaches" comme l’a également fait le Parti de Gauche en alertant sur ce projet d’agriculture intensive d’une ampleur rarement atteinte à un tel niveau industriel, couplé à un méthaniseur surdimensionné.

Leur crime ? Selon un témoignage recueilli par le site Reporterre, "des engins ont été mobilisés et un slogan a été peint sur le site. Mais il n’y a bien sûr pas eu de vol : des pièces soustraites ont été remises le lendemain à Rennes au Salon de l’élevage." (http://www.reporterre.net/spip.php?article5039)

Le Parti de Gauche dénonce ce deux poids, deux mesures du gouvernement, irresponsable en plein grogne populaire et crise de l’agro-alimentaire. Les lanceurs d’alerte n’ont pas à payer pour ses incuries.
Il réaffirme son soutien à la Confédération paysanne et à Novissen dans leur combat.

Malgré la mobilisation et les recours de l’association Novissen qui regroupe plus de 2000 adhérents, le géant du BTP Ramery a commencé les travaux, suite à quoi une action avait été menée en septembre, entrainant une plainte pour "vol et dégradation". L’ironie du calendrier veut que cette garde à vue coincide avec le blocus routier de la FNSEA. Pour en savoir plus et soutenir Novissen : novissen.com

Communiqué PG -


Mis en ligne le 26 septembre 2013

Samedi 28 sept., à 14h, Manifestation unitaire organisée par Novissen près de l’emplacement de la future ferme-usine Sur la D928, entre Abbeville et Le Plessiel, l’emplacement sera fléché.


Pétition

http://www.1000vaches-nonmerci.fr/

La course au gigantisme et la soif du profit ont conduit un investisseur du BTP à envisager de construire une ferme-usine de 1000 vaches à Drucat dans la Somme.

Cette ferme-usine est à l’élevage ce que le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes est à la mobilité durable… un non sens !

Associé à un méthaniseur, cet élevage laitier géant repose sur :

- Un univers concentrationnaire où la souffrance animale est banalisée ;
- Un système agricole où l’éleveur n’est plus qu’un exécutant à la merci d’investisseurs cyniques
- Une pollution de l’environnement et de l’eau engendrée par le rejet de lisiers
- Un déni de démocratie où les riverains sont fermement invités à accepter ce projet ou déménager.

Parce qu’un autre modèle agricole est possible, le projet de ferme-usine de Drucat dit des 1000 vaches doit être abandonné : Nous exigeons l’arrêt immédiat des travaux.


http://www.novissen.com/


(NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement)

Jeudi 12 septembre

Pendant la nuit sur le chantier des Mille Vaches à Drucat-Le Plessiel, puis à partir de 10h au Siège Social de l’entreprise Ramery àErquinghem-Lys(59), la Confédération Paysanne a organisé des actions "coup de poing" contre les ravages de l’agriculture industrialisée.

Se reporter à la rubrique "Médias 2013" pour trouver textes et images sur cette journée marquante ! !

— -

"Halte aux travaux !"

"Exigeons l’abandon total du projet Ramery !"

L’association NOVISSEN a été créée le 17 novembre 2011.
Son nom est l’acronyme de NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement.
Comme il se prononce " Nos vies saines ! ", il rappelle avec force notre souhait à tous.


Quel est ce projet ?

(Ceci est un résumé très bref, diffusé au dos du tract qui a appelé à manifester le samedi 23 juin 2012.

La "SCEA Côte de la Justice" de M. Ramery (entrepreneur de BTP du Nord-Pas-de-Calais) envisage d’implanter une étable de 1000 vaches laitières et 750 veaux, et un méthaniseur, sur les terres de Drucat-le-Plessiel et de Buigny-Saint- Maclou, dans les Communautés de Communes d’Abbeville et de Nouvion. Un projet hors normes, jamais vu en France !

Les risques sont énormes !

La santé est en danger. Même si, cyniquement, les rejets du méthaniseur sont déclarés « acceptables en termes toxiques et cancérigènes  », il y aura dans cette concentration animale, épidémies, abattages en masse, mutation incontrôlable de virus, utilisation d’antibiotiques augmentant l’ « antibio-résistance ». Ces bêtes, emprisonnées à l’année dans des conditions de vie contraires à leurs besoins physiologiques naturels, au régime alimentaire modifié pour produire au maximum, donneront un lait industriel, puis une viande de réforme, de piètre qualité. Pour les nourrir artificiellement, au lieu des pâtures favorables à leur bien-être et au bon équilibre général, il faudra des aliments importés (sans parler des OGM) ou poussant chez nous avec engrais chimiques et pesticides.

Le méthaniseur, prétendument agricole malgré sa taille, sera exempté des normes de sécurité industrielle : tant pis pour les accidents ! Il recevra des entrants multiples, récoltés dans un rayon de 110 km. Il faudra 2700 hectares pour épandre les 40 000 tonnes annuelles de boues résiduelles. Vingt-quatre communes sont déjà concernées. Les épandre, c’est risquer un air vicié, une terre polluée rendant les cultures impropres à la consommation, des infiltrations dans les nappes phréatiques. En Baie de Somme, on peut craindre des algues vertes, comme en Bretagne. Les véhicules lents, lourds, boueux dans la circulation déjà dense, multiplieront les risques d’accidents. Les riverains supporteront le va-et-vient, et payeront pour la réfection des chaussées dégradées. Certains épandages étant à 40 km, le bilan carbone (absent du projet !) est certainement défavorable.

Cette étable industrielle va accélérer la disparition des exploitations actuelles. M. Ramery, en rachetant beaucoup de terres, empêche les jeunes agriculteurs de s’installer. Et on nous fait miroiter la création d’à peine une dizaine d’emplois ! Et que penser de l’impact sur le tourisme en ce lieu proche d’une des plus belles baies du monde ? Ce projet s’inscrit dans une course effrénée à la productivité intensive, à des fins purement financières, au profit du seul promoteur. Et c’est avec des subventions publiques que M. Ramery (soutenu par des amis influents) prétend s’installer, alors que la population le refuse !

On n’a pas le droit d’entreprendre n’importe où, n’importe comment, et à n’importe quel prix ! Chacun souhaite un avenir plus respectueux de la Nature et des hommes. La décision d’autoriser ce projet est entre les mains du Préfet de la Somme. L’association Novissen a été créée pour s’opposer. Renseignez-vous sur www.novissen.com . Adhérez, faites adhérer. Signez la pétition actuellement en ligne.

Vous désirez nous contacter ? Ecrivez à : novissen chez free.fr
ou à notre adresse postale : 385 rue du Levant 80132 Drucat
(Si votre courrier est une adhésion, veuillez vous reporter à la rubrique "Pour adhérer")

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Retour en haut de la page

Répondre à cet article

5 Messages

  • Le 26 septembre 2013 à 07:40, par Christiane

    La Confédération Paysanne a envahi les dépôts de matériel et le chantier de ferme dite des 1 000 vaches près d’Abbeville, dans la nuit de mercredi à jeudi 12 septembre.
    Effraction de locaux, 28 engins et remorques de chantier dégradés, des repaires de construction détruits, les travaux sont stoppés pour plusieurs jours.
    Un tag gigantesque au sol, sur plusieurs centaines de mètres et visible d’avion reprend le slogan : Non aux 1000 vaches.

    Répondre à ce message

    • Le 5 octobre 2013 à 22:01, par

      Je trouve que c’est un beau projet ! Heureusement qu’il y a encore des gens entreprenant dans ce pays. La pétition est cousue de mensonges plus gros les uns que les autres ! JE NE LA SIGNEREZ PAS.
      Bravo M RAMERY ; tenez bon C’est eux qui sont devenus fous...

      Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2013 à 10:55, par michel

    Je suis absolument contre un tel projet.Que vont devenir les petits agriculteurs-éleveurs ?Ce projet rafle tout:la terre et les vaches.Il ne restera plus rien pour le petit.
    Comme dans beaucoup d’autres domaines c’est la loi du plus fort.Il faut que ça cesse !!!
    Je m’étonne que la FNSEA ne dise mot sur ce sujet.Elle préfère soutenir les "bloqueurs"
    de Paris.Je ne fais plus du tout confiance à ce syndicat .

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2013 à 09:59, par

    Ce projet n’est ni plus ni moins la construction d’un camps de concentration !!!
    Comment peut-on en arriver là ? Qu’ils nous fassent directement bouffer de la merde ça ira plus vite ! (c déjà le cas direz-vous).
    Une vache doit vivre en plein air.
    Arrêtez d’accepter n’importe quelle abération contre nature !!!
    C’est vraiment délirant.
    Faites vous entendre, peu de gens connaissent ce projet, il fait investir davantage les médias !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2014 à 13:57, par ouragan

    En Espagne, "Dans les Picos, les dommages des loups aux bovins battent des records historiques
    Les éleveurs ovins et caprins disparaissant, poussé a se retirer par le loup, celui ci se rabat sur les bovins et équins"."Du 1 janvier au 7 novembre 2013, 153 bovins y sont passés pour le seul parc des picos."

    Nos gouvernants prennent les devants en proposant des élevages industriel de remplacement, car la situation en France ne va pas tarder a ressembler a nos voisins
    En Italie, La région autour d’Orvieto et San Venanzo est très impactée (Allerona, Castel Giorgio ...) Un des éleveurs a eu 17 bovins et 4 chevaux tués l’année dernière (37000e) et 12 veaux déjà cette année (dommages 24000e). Les fonds de compensation manquent. Les éleveurs ont déposé une requête.
    Piémont, Lombardie, Toscane, Ombrie ... ils n’en peuvent plus ..

    Un éleveur a remplacé ses ovins par des bovins au fond d’une des vallées, pensant qu’il aurait moins de problèmes. Mais les loups ont attaqué plusieurs de ses veaux cette année ainsi qu’une mule. Les Italiens ont remarqué que la taille des meutes s’agrandit, signe que les loups sont bien nourris.

    Les élevage industriels se félicite du retour du loup et remercie leurs protecteurs mais ne comprennent pas que ces mêmes irresponsables qui détruisent les petits élevages, leur mènent la vie dure. Doivent ils augmenter les subventions indirectes qu’ils versent aux défenseurs du loup qui comme le dit l’association pour la protection des animaux sauvage, relayé par Férus, le loup une opportunité éco touristique, 2 millions de visiteurs dans le seul parc des abruzzes en Italie. ET tant pis si ça dérange le loup et l’ours !

    A lire dans "le loup dans le haut diois" article "les mensonge de férus" et "campagne d’intoxication pour la défense du loup" octobre 2013
    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/10/campagne-dintoxication-pour-la-defense.html
    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/10/les-mensonges-de-ferus.html

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Agriculture c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45

Environnement/écologie c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 100

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1020

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1180