Une tribune pour les luttes

Communiqué du collectif de solidarité Roms de Martigues

Face à la décision de justice la SOLIDARITÉ avec les Roms s’amplifie !

Article mis en ligne le mercredi 18 décembre 2013

Le tribunal d’instance de Martigues, en ordonnant l’expulsion sans délai des personnes Roms installées sur la ville n’a pas su prendre en compte la situation des familles et leurs enfants qui se sont mises à l’abri dans une maison abandonnée.

Cette décision d’expulsion immédiate est une première dans le département, elle nous a profondément choqués et attristés. Nous faisons appel de cette décision.

Comment admettre en effet que l’on puisse mettre en danger, à la pluie et au froid des hommes, des femmes, des enfants en plein hiver ?

Face aux risques graves induis par cette décision judiciaire, nous attendons des
pouvoirs publics l’indispensable humanité et sa traduction pour permettre :
- Que les enfants terminent leur année scolaire.
- Qu’une solution de relogement digne soit envisagée.
- Que les soins médicaux en cours puissent être poursuivis.

Les organisations et individus composant le collectif de solidarité Roms de Martigues s’engagent à poursuivre leur travail de soutien et d’accompagnement.
Cet engagement a déjà permis de poser les premiers jalons d’une intégration.

Ces cinq familles ont fait montre d’un comportement civique exemplaire : la scolarité des enfants, des soins, une volonté de s’insérer, un état des lieux irréprochable... Nous refusons qu’elles servent de bouc-émissaires à la crise.
Nous serons toujours à leurs côtés pour qu’elles puissent, selon leurs souhaits,
rester à Martigues !

Pour le Collectif de Solidarité Roms de Martigues

Le 17 décembre 2013

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

2 Messages

  • Le 18 décembre 2013 à 18:34, par Christiane

    17 décembre 2013 |

    Honte ! Encore une autre expulsion pendant la trêve hivernale

    "les sans-papiers quittent un hangar, appartenant à la ville de Gentilly, où il faisait très froid et où ils partageaient avec les rats un espace exigu et sans sanitaire"

    C’est ainsi que le parisien tente de justifier l’expulsion ce matin, en pleine trêve hivernale, de soixante-dix sans-papiers d’un hangar qu’ils occupaient à Gentilly depuis huit mois. Au final, trente d’entre eux se retrouvent à la rue, quant à ceux qui ont obtenu un hébergement, personne ne dit pour combien de temps. Ils avaient été relogés là par la mairie de Gentilly suite à une expulsion là aussi soi-disant motivée par la sécurité des occupants.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2013 à 20:05, par

    Pas de trêve pour les Rroms sur les terres du ministre Valls. Quatre campement situés sur les communes de Ris-Orangis et d’Evry, en Essone, ont été expulsés.

    Ces campements comptaient entre 60 et 70 personnes, dont des enfants, à la veille de l’évacuation décidée en application d’arrêtés municipaux.

    «  Nous avons été malmenés et mis dehors », a indiqué une militante de l’ASEFRR, Colette Olczyk qui s’est insurgée contre ce démantèlement cinq jours avant Noël.

    Elle a également ironisé sur l’organisation d’un hommage à Nelson Mandela, dimanche à Ris-Orangis au regard de cette évacuation. «  C’est du cynisme. »

    Comme dans le cas de l’expulsion de Saint-Ouen, c’est là encore pour leur soi-disant sécurité qu’ils sont mis dehors.

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | ... | 4485 | 4490 | 4495 | 4500 | 4505 | 4510 | 4515 | 4520 | 4525 | 4530

Roms c'est aussi ...

0 | ... | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65 | 70