Une tribune pour les luttes

Marseille

Actions des jeunes du parc Bellevue lundi et mardi matin pour obtenir des emplois.

soutenue par le Collectif des Quartiers Populaires de Marseille. et environs (CQPM)
Lire leur lettre ci-dessous

Article mis en ligne le mercredi 15 janvier 2014

Chantier (fin ?)

Une 100aine de personnes ce midi pour se faire expliquer l’accord obtenu hier soir en préfecture. Et pour débattre, autour d’une pizza, de son application : 3 + 7 emplois, lesquels, suivi avec pt mensuel....
Jean 6/4

JPEG - 322.2 ko

Les jeunes de Félix Pyat/Parc Bellevue et le CQPM invitent tout le monde demain à partir de midi au stade gris de Félix Pyat/Parc Bellevue pour fêter les 10 postes de travail obtenus par la délégation qui a été reçue ce soir par le Préfet de Région.

Chaque apporte à manger et à boire pour fêter cette... première victoire.

Le CQPM

JPEG - 59.4 ko


Chantier 3e jour.

L’accès du chantier a été effectivement débloquée, après l’accord trouvé hier soir. Même si un container obstrue encore partiellement l’entrée ce matin. La lutte a payé.
(...)
A midi, un rassemblement de bilan doit se tenir.
Jean 6/4


Sous les fenêtres de la cité Bellevue-Félix Pyat où le taux ce chômage est d’au moins 50%, Nexcity a entamé un chantier gigantesque sans embaucher de jeunes ou de personnes du quartier qui pourtant en nombre avaient déposé des demandes.


Compte-rendu et photos de Jean 6/4 de mardi 14 janvier 10h.

Comme promis (voir la Provence du jour), le chantier des Docks libres a été de nouveaux bloqué ce matin dès 6h. Une 40aine de personnes, dont certaines venues après l’info diffusée sur Fr Inter ds le jrnal de 7h30.
Les camions, échaudés, n’ont pas fait d’apparition inutile. Par contre, les travailleurs, portugais pour la plupart, embauchés au cp par cp, se tenaient soigneusement à l’écart . (...)
Vers 8h30 un envoyé de l’entreprise est venu s’enquérir de la situation et des revendications .
La lutte continue.
Jean 6/4

JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 613.1 ko

La Marseillaise
Parc Bellevue, les jeunes veulent travailler

par piedad belmonte

http://www.lamarseillaise.fr/marseille/societe/25844-parc-bellevue-les-jeunes-veulent-travailler

mardi 14 janvier 2014

Pour le recrutement des habitants sur le chantier des Docks Libres, à l’initiative du Collectif des quartiers populaires.

Chantier des Docks Libres 5h30, lundi 13 janvier. Ils avaient prévenu qu’ils seraient là, les jeunes de la cité du Parc Bellevue (3e) ont tenu promesse parce que leur volonté de travailler est plus forte que celle de les embaucher.

Ce n’est pas faute d’avoir bataillé depuis 6 mois annoncent-ils bien avant le commencement des travaux, en octobre, prévoyant la construction d’environ 700 logements sous les fenêtres des habitant(e)s de ce quartier populaire, « le plus paupérisé de France, avec un taux de chômage de 75 % », relève Soraya Larguem, militante du Collectif quartiers populaires (CQP) de Marseille qui soutient activement cette initiative de blocage du chantier, pas contre les travailleurs mais pour que les jeunes de la cité aient du boulot. « Il y en a marre de tenir les murs ! lance Karim, père de 3 enfants, le chantier est devant nous. Ils croient qu’on voit pas les millions qui transitent et on n’arrive pas à trouver du travail, ils se foutent de nous  ».

(...)

Tout(e)s font corps devant la porte du chantier où aucun intérimaire ne rentrera. En face, un jeune coffreur martégal, qui travaille sur le chantier depuis 4 mois, donne raison aux jeunes privés d’emploi d’être là.

Un autre précise qu’ils sont une quarantaine d’intérimaires à bosser en ce moment et que l’activité augmentant, les besoins vont se chiffrer à près de 100 emplois. 5 % des heures travaillées auraient dû profiter à ces jeunes, selon les clauses de la charte d’insertion sociale s’appliquant aux habitant(e)s des Zones urbaines sensibles. 5% correspond à 1,5 poste, insuffisant aux yeux des militant(e)s du Collectif marseillais des quartiers populaires qui en demandent 20%. Soraya crie son exaspération : «  on les balade de missions locales à Pôle emploi, ras-le-bol de passer par des intermédiaires pour ne rien obtenir, on veut avoir une discussion directement avec les patrons. Tant qu’il n’y aura pas d’emploi, on bloquera le chantier ».

(...)


La Provence du 14 janvier 2014

PDF - 1.5 Mo


Lundi 13 janvier 2014

Sous les fenêtres de la cité Bellevue où le taux ce chômage est énorme, Nexcity a entamé un chantier gigantesque sans embaucher de jeunes ou de personnes du quartier qui pourtant en nombre avaient déposé des demandes.

JPEG - 162.9 ko
JPEG - 268.4 ko
JPEG - 150.8 ko
JPEG - 128.4 ko
JPEG - 282.7 ko


Depuis 6 heures ce matin, les jeunes et des soutiens ont bloqué l’accès du chantier pour attirer l’attention sur cette situation insupportable. Ils réclament des emplois du promoteur Nexity.

JPEG - 156.7 ko
JPEG - 146.5 ko
JPEG - 174.7 ko


Les engins de chantier n’ont pas pu entrer et les ouvriers après avoir pointé auprès de leur boite d’intérim ont reçu l’ordre de leur contremaître de rentrer chez eux et sont repartis sans manifester d’hostilité. Comme disaient les jeunes : "Notre ennemi, c’est le même".

JPEG - 167.8 ko
JPEG - 154.3 ko


Les médias étaient là en nombre (FR3, LCM, La Marseillaise, la Provence, europe1, I-télé, 360° et même plus, Radio Galère.....

JPEG - 170 ko

Et la police aussi qui provoquait en sortant ses flash-balls ce rassemblement pacifique

JPEG - 201.5 ko
JPEG - 162.7 ko

Compte-rendu et quelques unes des photos de Jean 6/4

Pas encore 6h ce matin. Chantier des Docks libres (3e arr, m° National).
A l’appel des jeunes de Bellevue (Collectif des Quartiers Populaites de Marseille) ; les 1ers habitants de la cité (jeunes, papas, qq femmes....) se rassemblent devant l’entrée principale de cet immense chantier de construction, qui est en train de s’implanter ds leur paysage (photo 7165). Le but est, après avoir cadenassé le portail, d’empêcher aujourd’hui tte activité. Car l’entreprise a négligé de faire appel à la main d’oeuvre locale de la cité : des gens qu’on accuse de "tenir les murs" tte la journée, mais qui ne demandent qu’à travailler sur ce chantier où les places de manoeuvres, maçons...ne manquent pas.
La Marseillaise est déjà là (21)
Bientôt déboulent d’autres personnes. Puis des politiques (PC avec Coppola, Cermolacce....(40), EELV avec Frentzel ; le PG aussi).

JPEG - 124.8 ko

Les télés. La police. Il y a désormais sur place pas loin de 150 personnes. Une certaine tension règne.

JPEG - 185.7 ko
JPEG - 192.8 ko

Les 1ers ouvriers à se présenter repartent prestement. Camions de matériaux, tracto-pelles...font de même. Un jeune cadre de l’entreprise avec sa serviette attend (78). Tt comme qq travailleurs étrangers sans-papiers, embauchés sans doute à la journée à la plate-forme du bâtiment, et qui vont perdre leur paye quotidienne (84).
Le blocus se poursuit, une banderole est déployée, les enfants passent en partant à l’école. Une délégation pourrait être reçue.
Et puis on apprend que le patron a demandé à rencontrer Lisette Narducci, l’élue de secteur. Il est 9h. La police rengaine ses flash-balls (!). Le vigile peut quitter son poste (98).

JPEG - 221.1 ko

Tt le mde se disperse lentement.
Affaire à suivre.
Jean 6/4



Ce lundi 13 Janvier, les jeunes de la cité Félix Pyat se mobiliseront, dès 6h/7h, pour l’emploi, sur le chantier hautement symbolique des Docks.

Bonjour,

Ce lundi 13 Janvier, les jeunes de la cité Félix Pyat se mobiliseront, dès 6h/7h, pour l’emploi, sur le chantier hautement symbolique des Docks.

Le CQPM soutient cette initiative et se permet de vous la relayer. Vous trouverez sur notre blog la lettre ouverte des jeunes.

http://cqpm.over-blog.com/2014/01/lettre-ouverte-des-jeunes-du-parc-bellevue.html

Pour toutes informations, vous pouvez nous contacter à cette adresse mail : lecqpm chez gmail.com

Le CQPM.

http://www.millebabords.org/spip.php?article25174
06 h
devant le chantier des Docks Libres, 13003 - entrée du chantier à hauteur du stade de foot, en face de la cité Félix Pyat, métro National


Lettre ouverte des jeunes du parc Bellevue

Parfois les médias parlent de jeunes en perte de repères, nous décrivant comme des personnes ayant fait un choix de vie négatif. Le choix de la facilité, de l’argent malhonnête, ou de l’oisiveté. Certains politiques nous désigne à la vindicte populaire et font de nous des parasites, des moins que rien, niant nos droits, nos aspirations tout en se foutant de notre humanité.

Car oui, et n’en déplaise à certains, nous sommes des jeunes d’un quartiers populaire de Marseille et cela nous le revendiquons comme une fierté et non comme un stigmate !

Nous sommes des femmes et des hommes et cela implique des choses que beaucoup taisent : nous rêvons, nous avons des projets, nous avons des opinions, nous aimons nos familles et nos amis et nos familles et nos amis nous aiment !!!

Plus qu’ailleurs nous souffrons de ce manque de considération, de cette relégation perpétuelle qui finit par se transformer en réclusion à ciel ouvert.

Nous souffrons de ce manque d’empathie ou plutôt de cette antipathie réflexe gravée dans l’inconscient collectif comme une insulte faîtes aux valeurs dont se targue le pays des droits de l’homme !

Nous souffrons de ce manque cruel de perspectives et d’opportunités que la discrimination de masse et le mépris institutionnel ont érigé en système !

Nous souffrons de ce que les gens croient savoir de nous. Mais cette souffrance nous la vivons avec la dignité qui nous caractérise et nous ne nous complaisons pas dans la victimisation !

Cette réflexion globale est à replacer dans son contexte et de l’endroit d’où l’on parle. Le Parc Bellevue est bien connu des Marseillais, et il partage avec de nombreux autres quartiers le fait d’être devenu le symbole de l’inégalité en France, et le symbole de cette contradiction entre les discours qui prônent la mixité sociale, l’égalité et la justice sociale et les pratiques individuelles ou institutionnelles du quotidien. De là notre appel pose un certain nombre de questions à l’ensemble de la société :

Peut on s’intégrer dans le rejet ???
Peut on s’insérer socialement dans la relégation et les discriminations ???

Toute réflexion sérieuse finit par aboutir a une action, et pour lier les actes à la parole nous envisageons un blocage du chantier des "Docks Libres". Cette action ne vient pas du néant et elle n’est pas l’expression d’une propension à l’agressivité ou à l’hostilité de la part des jeunes de notre quartiers !!! Cette démarche doit mettre en lumière le fait que NOUS EXISTONS !

Et qu’après avoir épuisé toutes les voies de la diplomatie, après avoir déployer des trésors de courtoisie et d’écoute, nous ne pouvons plus attendre, nous ne pouvons plus nous contenter de promesses sans lendemain ou d’une hypothétique prise de conscience. Nous arrivons au bout du dialogue de sourds et du mépris et nous réclamons cette égalité de traitement inscrite dans la constitution.

Nous exigeons que les demandes d’emploi de notre quartier soient examinées sérieusement et si possible avec bienveillance !

Nous voulons vivre dignement et travailler !

Nous voulons que les quotas préconisés par la Charte Nationale d’Insertion soient rehaussés et appliqués !

Nous voulons que le autorités s’implique et soutiennent notre démarche citoyenne !

Nous voulons que Nexity comprenne l’obscénité de ce chantier pharaonique au porte du quartier et dont nous sommes exclus !

Ce chantier sous nos yeux est comme le mirage d’une fontaine au milieu du désert pour les assoiffés que nous sommes ! Assoiffés d’égalité et de justice sociale. Nous n’avons rien contre les travailleurs étrangers qui peuplent ce chantier, mais nous ne voulons pas être les victimes expiatoires du marché et de l’inexistence de l’Europe politique. Cette Europe qui devait se construire sur l’harmonisation fiscale, salariale, sociale et démocratique. Cette Europe qui n’est qu’un vaste marché de la concurrence entre les peuples, entre les pauvres !

Lundi 13 Janvier est la date du rendez vous que nous fixons avec toutes celles et ceux qui croient encore que le droit au travail est un droit inaliénable, que la Justice Sociale n’est pas qu’une tournure de phrase emphatique, que la discrimination de masse est une abomination !

Nous en appelons à toutes les bonnes volontés pour nous soutenir dans ce combat !

Les jeunes du parc Bellevue,

soutenus par le Collectif des Quartiers Populaires de Marseille et environs (CQPM)

info portfolio

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

2 Messages

  • Le 9 janvier 2014 à 04:41, par SCANGA André

    Que les jeunes " se bougent " c’est normal puisque, par définition, l’avenir leur appartient !

    Mais dans la pratique, un grand mouvement devrait avoir lieu à Marseille, dans les Bouches du Rhône et autres départements de France, réunissant les Sans Emploi, les Précaires, les Salarié(e)s en activité, les Retraité(e)s ! Peut-être que l’année 2014 sera celle où l’on verra une unité des forces populaires, tant dans le milieu associatif que politique et syndicale !

    Union Syndicale des Retraités CGT / Comité CGT Chômeurs et Précaires / Union Départementale des Syndicats CGT des Bouches du Rhône, de la Région Provence Alpes Côte d’Azur / Organisations Syndicales Nationales CGT /

    Comité CGT Chômeurs et Précaires
    Quartiers Nord
    20, rue de Lyon
    13015 MARSEILLE

    Permanence le lundi et jeudi

    14 h à 17 h

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier 2014 à 11:01, par messa

    J’y étais ce matin et les photos dessinent parfaitement le tableau qui se dressait sous les fenêtres de la cité Félix Piat.
    Et voir un flic exposer son arme à la façon d’un mannequin qui nous montre ses accessoires. Je me demande encore si cette posture peut s’assimiler à un enfant qui voudrait montrer son jouet ou à un plus grand voulant dévoiler un prolongement de son corps..... Ces photos ne manqueront sans doute pas de commentaires.
    C’est affligeant.......pour le moins !

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Chômage/précarité c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 90

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1010

Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 245

Quartiers/banlieues c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 50