Une tribune pour les luttes

Appels communs

Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs
Manifestation du samedi 1er février 2014 du Vieux Port de MARSEILLE au World Trade Center.

Article mis en ligne le mercredi 5 février 2014

Manifestation marseillaise

JPEG - 245.8 ko
JPEG - 190.1 ko
JPEG - 188.2 ko
JPEG - 174.7 ko
JPEG - 191.8 ko
JPEG - 205.4 ko

Au World Trade Center

JPEG - 220.5 ko
JPEG - 259.4 ko
JPEG - 249.5 ko
JPEG - 242.5 ko

Et comme toujours, sous la pluie, La Lutte enchantée.

JPEG - 210.4 ko
JPEG - 215.2 ko

Manifestation parisienne
Photos Claudine Dannequin

JPEG - 367 ko
JPEG - 318.6 ko
JPEG - 380.1 ko
JPEG - 232.3 ko
JPEG - 264.5 ko
JPEG - 246.2 ko
JPEG - 256.8 ko
JPEG - 260.7 ko
JPEG - 377.6 ko
JPEG - 377.3 ko

Petit travail de la MMF Paris : Des slogans sur des pancartes : Manifestation du 1er Février 2014 – Paris et ailleurs

S’il y a des oublis, nous sommes preneuses

Aborto Si ? Aborto No, Eso yo decido
Avortements clandestins, plus jamais
Ceci n’est pas une poule (avec le dessin d’un œuf sur le plat)
C’est moi qui décide
Désolée Mamie, ça recommence, non à la régression
Droit à l’avortement un jour, droit à l’avortement toujours
Enlève tes sales pattes de mon utérus
Et la vasectomie, on en parle ?
Gardez vos prières loin de nos ovaires
IVG de confort = vasectomie de détente
IVG, mon droit, mon choix, ma santé
J’ai avorté et je vais bien, merci
Je choisis qui entre et qui en sort
Je déculpabilise mon utérus de l’impérialisme
Je suis ici, mais c’est seulement… parce que maman m’a voulue
Jouir plutôt que reproduire
Lachez-nous la chatte et léchez-nous tranquille
La loi Veil on y veille
La femme décide, Ni les politiques, Ni les religions
L’austérité et les réacs nuisent gravement à l’IVG
La grossesse est une maladie comme les autres, et je me soignerai
L’avortement est un droit, il doit être garanti à la femme qui le choisit
L’IVG, c’est sacré
L’IVG c’est jamais marrant, mais avoir le choix c’est important
Le droit d’avorter c’est un choix pas un chemin de croix
IVG PMA même combat
IVG remboursés = allocs allégées
Les aiguilles, s’est fait pour tricoter, pas pour avorter
Les femmes sont au-dessus du niveau de la mère
Ma chatte, mes droits
Ma vie, mes joies, mes peines, mon corps, mon choix
Maintenant, le persil c’est de la salade, et les aiguilles du tricotage
Mêle toi de ton anus, pas de mon utérus
Mémé, je manifeste pour ta mémoire
Mon corps, mon choix
Mon utérus n’est pas un concile
Morale mon cul ! Domination masculine !
Les sondes, c’est pour aller sur Uranus pas dans mon utérus
Non au retour des aiguilles, pour un avortement sûr et légal pour toutes
Occupez-vous de vos prières, on s’occupe de nos ovaires
Paris Madrid, même combat pour l’IVG
Peut-être chrétienne, mais de mon corps je reste la capitaine ; pour l’IVG même si je suis baptisée
Plus jamais la mort d’une femme pour un refus d’avortement
Rien n’est acquis, tout est à prendre, femmes combattons pour nos droits
Si ce fœtus était gay, vous battriez-vous pour ses droits ?
Si l’avortement est un crime, alors la masturbation est un génocide
Thank God, I can abort
Tes lois dans mon utérus, mon poing dans ta gueule !
Vous êtes contre l’avortement ? Optez pour la vasectomie !


Gérard Lanux (La Marseillaise du 2 février 2014)

4.000 personnes ont défilé hier à Marseille pour le droit à l’IVG en solidarité avec les Espagnoles. Les Marseillaises et les Marseillais n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire de cette mobilisation un grand succès.

Lue sur une pancarte brandie par une militante du Collectif 13 des droits des femmes, cette petite phrase : « Vos rosaires sont à nous, nos ovaires sont à nous. » Dès 14h30, sur le Vieux-Port, le ton de la manifestation, qui s’est déclinée dans toute l’Europe en soutien aux droits des femmes espagnoles à l’avortement lourdement menacé par le gouvernement Rajoy, était donné. «  Nous n’allons pas laisser le terrain et la rue aux partisans du retour au Moyen-âge, au pouvoir de l’Eglise qui s’est toujours alliée aux forces les plus réactionnaires et obscures des sociétés dans lesquelles elle a sévi, dont l’Espagne est un douloureux exemple. (...)


MARSEILLE

Manifestation pour nos droits, pour nos choix !
Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs
2014 : pour nos droits, pour nos choix !

20 décembre 2013, le gouvernement espagnol Rajoy veut annuler la loi autorisant l’avortement, rappelant les sombres heures du franquisme.

Il revient sur la loi obtenue en 2010 qui légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines (22 pour raison médicale) au mépris des recommandations des textes internationaux. Renouant avec des pratiques qui dénient la liberté de choix aux femmes, au mépris des droits humains fondamentaux, il annonce clairement son projet de société : maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission.

Cette attaque du gouvernement espagnol s’inscrit dans l’offensive européenne des opposants aux droits des femmes comme l’a illustré en décembre 2013 le rejet du rapport Estrela par le parlement européen (rapport sur la santé et les droits reproductifs, traitant de l’accès aux contraceptifs et à l’avortement, de la procréation médicalement assistée, de l’éducation sexuelle et de la liberté de conscience). Ce rapport proposait que l’avortement soit de la compétence de l’Union européenne encourageant ainsi tous les états membres à l’autoriser. Ce refus d’accepter le droit des femmes à disposer de leur corps, cette persistance à les considérer comme des sous citoyennes incapables de décider par elles-mêmes désigne l’enjeu : quelle société voulons-nous ?

Autorisé jusqu’à dix semaines de grossesse au Portugal contre vingt-quatre au Royaume-Uni ; intégralement remboursé en Italie mais à la charge de la femme en Lettonie ; très réglementé ou carrément interdit en Irlande en Pologne et à Malte... il existe presque autant de législations sur l’avortement que de pays en Europe. En France, le droit à l’avortement n’est pas remis en cause mais ses opposants souhaitent faire entendre leur voix. À l’instar du ministre espagnol de la Justice, Alberto Ruiz Gallardon, "convaincu" que sa loi sur l’avortement s’étendra en Europe, le collectif "En marche pour la vie" (proche de "La Manif pour tous" et des milieux catholiques) a défilé à Paris le 19 janvier pour demander l’abolition de l’avortement avec le soutien du pape François.

Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre, et nous le soutiendrons ici et ailleurs, car il est le combat de celles et ceux qui veulent l’égalité entre les femmes et les hommes. Il rejoint les luttes que nous avons menées et que nous continuons à mener dans notre pays. Car si le droit à l’avortement est bien inscrit dans la loi française, la concrétisation du droit à travers des centres d’avortement nombreux, permettant un accueil et des soins de qualité, n’est toujours pas assurée de manière satisfaisante dans toutes les régions.

C’est aussi un soutien à toutes les femmes obligées de se rendre dans une autre région ou dans un autre pays parce que là où elles vivent l’accès à l’ avortement est difficile, voire interdit.

Nous appelons à :
- lutter pour une Europe où toutes les femmes pourraient disposer librement de leur corps sans contrainte étatique et religieuse et qui intègre ces droits à la charte européenne des droits fondamentaux
- soutenir le combat des femmes espagnoles pour conserver l’acquis qu’elles ont gagné de haute lutte

Les féministes espagnoles, les organisations syndicales et démocratiques organisent une manifestation à Madrid le 1er février.

Mobilisons nous pour les soutenir. Manifestons ensemble le samedi 1er février Rassemblement à 15 h

Non à l’ordre moral qui veut gérer nos vies, oui à nos droits, tous nos droits et la liberté de choix d’avoir un enfant ou non.

Femmes d’Espagne, de France et d’ailleurs, unies dans le même combat : « Un enfant si je veux, quand je veux » !

Premiers signataires : Planning Familial 13, Féministes pour une autre Europe, Amicale du nid, Marche mondiale des femmes Paca, Collectif 13 droits des femmes (Ailes De Siligi, Atouts Femmes, Centre évolutif Lilith, Collectif mixité CGT, Céramistes et artistes de Lilith, Evreux 13, Femmes solidaires, Forum femmes Méditerranée, FSU, Gauche anticapitaliste, Images & Paroles, Les Femmes et la ville, Mouvement de la paix, Mouvement jeunes femmes, Parti communiste francais, Association Galère, SOS Femmes, SOS Viol, Snuipp13, Laiques, Osez le féminisme 13), Solidaires, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche

P.-S.

http://www.leplanning13.org


Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs !

La liberté face à l’obscurantisme !

2014 : pour nos droits, pour nos choix !

Les féministes espagnoles organisent une manifestation à Madrid le 1er février

Mobilisons nous pour les soutenir

Manifestons partout ensemble SAMEDI 1° FEVRIER

14h – Paris - Place Joffre (École Militaire) jusqu’à l’Ambassade d’Espagne

20 décembre 2013, le gouvernement espagnol Rajoy veut annuler la loi autorisant l’avortement, rappelant les sombres heures du franquisme.

Il revient sur la loi obtenue en 2010 qui légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée (22 pour raison médicale) au mépris des recommandations des textes internationaux de l’Organisation Mondiale de la Santé et de l’Organisation des Nations Unies.

Renouant avec des pratiques qui dénient la liberté de choix aux femmes au mépris des droits humains fondamentaux, il annonce clairement son projet de société : maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission.

Cette attaque du gouvernement espagnol s’inscrit dans l’offensive européenne des opposants aux droits des femmes comme l’a illustré en décembre 2013 le rejet du rapport Estrela par le Parlement européen (rapport sur la santé et les droits reproductifs traitant de l’accès aux contraceptifs et à l’avortement, de la procréation médicalement assistée, de l’éducation sexuelle et de la liberté de conscience). Ce rapport proposait que l’avortement soit de la compétence de l’Union européenne, encourageant ainsi tous les états membres à l’autoriser.

Ce refus d’accepter le droit des femmes à disposer de leur corps, cette persistance à les considérer comme des sous citoyennes incapables de décider par elles-mêmes désigne l’enjeu : quelle société voulons-nous ?

Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre, et nous le soutiendrons ici et ailleurs car il est le combat de celles et ceux qui veulent l’égalité entre les femmes et les hommes.

Il rejoint les luttes que nous avons menées et que nous continuons à mener dans notre pays. Car, si le droit à l’avortement est bien inscrit dans la loi française, la concrétisation du droit à travers des centres d’avortement nombreux, permettant un accueil et des soins de qualité, n’est toujours pas assurée de manière satisfaisante dans toutes les régions.

C’est aussi un soutien à toutes les femmes obligées de se rendre dans une autre région ou dans un autre pays parce que là où elles vivent l’accès à l’avortement est difficile, voire interdit.

Nous appelons à :

- Lutter pour une Europe où toutes les femmes pourraient disposer librement de leur corps sans contrainte étatique et religieuse, et qui intègre ces droits à la Charte européenne des droits fondamentaux ;

- Soutenir le combat des femmes espagnoles pour conserver l’acquis qu’elles ont gagné de haute lutte.

Non à l’ordre moral qui veut gérer nos vies,

Oui à nos droits, tous nos droits

et à la liberté de choix d’avoir un enfant ou non


Premiers signataires : ANCIC, CADAC, Collectif Tenon XXe, Mouvement Planning Familial Confédéral, 40 ans de mouvement, 
APEL-Egalité, Association Droits des Femmes XXème, Association Nationale des Études Féministes, Association Nationale Sages-Femmes Orthogénistes, Collectif 8 mars pour toutes, Collectif Oui oui oui, Collectif National pour les Droits des Femmes
, Collectif de Pratique et de Réflexion Féministe Ruptures, Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes, 
Coordination lesbienne en France, Comité Femmes Manche 50, Demain les femmes (sud77), 
Du Côté des femmes, 
Encore Féministes, 
EGALE, Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes, Femm’Ecolos, 
Femmes pour le Dire Femmes pour Agir, 
Fédération Régionale d’IDF du Planning Familial, Féminisme enjeux Théâtre de l’opprimé, 
Féminisme et géopolitique, Féministes pour une Autre Europe, Femmes en Résistance, Femmes Solidaires, FièrEs, La Grande Loge Féminine de France, L’Assemblée des Femmes, Les efFRONTé-e-s, 
Lesbiennes of Color, Ligue du Droit International des Femmes, 
Maison des Femmes de Montreuil, Maison des Femmes de Paris, Marche Mondiale des Femmes France, Mouvement du Nid, Osez le Féminisme, Regards de femmes, 
Réseau Féministe Ruptures, Réseau de Jeunes Féministes d’Europe MMF, Solidarité féministe, SOS Sexisme, Association pour la Mixité l’Egalité La LaÏcité, Attac
, CNAFAL, Comité laïcité,République Coordination Nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, FASTI, Fondation Copernic, Groupe Cadre de vie, l’Inter-LGBT, Hétéros au boulot, Le Long Yang Club Paris, 
LGBT Formation Avignon, Les Enfants d’Arc-en-Ciel, Ligue des Droits de l’Homme, Marea Granate Paris, Médecins du Monde, Les Soeurs de La Perpetuelle Indulgence, Union des Famille Laïques, Union des associations laïques, LMDE, Confédération Générale du Travail, Fédération Syndicale Unitaire, 
Syndicat général des lycéens, UNEF, Union Syndicale Solidaires, UL-CGT 20, Alternative Libertaire, CAP21, Ensemble, Europe Ecologie Les Verts, Gauche Unitaire, Izquierda Anticapitalista (Espagne), Les Jeunes Écologistes, Lutte Ouvrière, Mouvement des Jeunes Communistes Français, Mouvement Jeunesses Socialistes, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Parti Socialiste, Parti Pirate, Union des Étudiants Communistes…

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

2 Messages

  • Le 1er février 2014 à 18:19, par messa

    Je n’avais encore jamais vu ce "bandeau" qu’on porte au torse. Il était turquoise bordé de rouge. Alors je m’approchai d’une nana pour lui demander ce qu’il voulait dire. Elle me répondit c’est la franc maçonnerie et ajouta nous sommes là pour les droits humains.
    Puis j’ai répandu la nouvelle,

    J’ai beaucoup entendu parlé des franc maçons, je n’ai rien lu sur eux mais c’est la première fois que j’en voyais et une vingtaine au moins.

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2014 à 09:24, par Christiane

    Annie Ernaux : "J’ai toujours été persuadée que rien n’était jamais gagné pour les femmes"

    http://www.humanite.fr/societe/les-femmes-seront-elles-obligees-de-retourner-chez-558271

    (...)

    Vous racontez dans le détail 
la sonde dans l’utérus par la faiseuse d’anges et l’hémorragie. Vous avez frôlé la mort ?

    Annie Ernaux. Oui. J’ai appelé le médecin pour ne pas mourir, alors qu’il y a des filles qui ne le faisaient pas, elles avaient honte. Je me suis fait traiter comme une moins que rien. Le médecin, appelé par le concierge de la cité universitaire, m’avait pris le menton et, en me tutoyant, me demandait de lui jurer de ne pas recommencer. Des médecins acceptaient d’enfreindre la loi si l’on était de milieu aisé. J’ai appris par la garde de nuit que le chirurgien qui avait fait le curetage ne savait pas que j’étais étudiante. Il avait honte de m’avoir traitée comme une ouvrière, m’a-t-elle raconté. Certaines femmes aisées allaient en Suisse. Pour moi, c’était horriblement cher. J’ai payé 400 francs la faiseuse d’anges. C’est cela qui risque d’arriver en Espagne : trouver l’argent et l’adresse des avorteurs.

    Quel message avez-vous envie d’adresser aux jeunes ?

    Annie Ernaux. Il faut absolument qu’elles se mobilisent. Sinon, 
c’est le retour à la faiseuse d’anges, aux médecins «  marron  », si l’on en trouve. Il me semble qu’elles ne sont pas suffisamment mobilisées. 
Il y a des militantes, mais le 
gros des filles ne luttent pas 
au niveau qu’il faut. Même 
le film de Claire Simon, les Bureaux de Dieu, en 2008, 
n’a pas eu l’écho qu’il fallait. Il n’y a que l’érotisme qui peut concerner les hommes. Le reste, c’est une histoire de « bonnes femmes ». Les femmes souffrent du manque de centres d’IVG. L’ex-candidat François Hollande avait promis leur ouverture. 
Est-ce juste une promesse 
de campagne ?

    (1) L’Événement, d’Annie Ernaux, 
éditions Gallimard, 2000.

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Féminisme/genre c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 130

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1095