Une tribune pour les luttes

Actions collectives

Non aux accords de gestion concertée de l’immigration imposés par l’Union Européenne aux pays limitrophes de l’UE

+ Signature à Bruxelles en catimini de l’accord de mobilité avec l’Union Européenne
Monsieur Jomaa, vous avez fait ce que le gouvernement de la troïka n’a pas osé faire !

Article mis en ligne le samedi 8 mars 2014

L’Union Européenne et la Tunisie ont signé, lundi 3 mars 2014, un accord de lutte contre l’immigration clandestine, en échange d’une promesse de simplification des visas et d’ouverture à l’immigration régulière. L’UE s’est engagée à favoriser une meilleure intégration des ressortissants tunisiens en situation régulière dans l’UE, ainsi que des migrants en situation régulière en Tunisie.

Nous avons appris ce que valent ces promesses soumises aux politiques restrictives des pays européens avec des quotas par profession, par exemple, en France.

En fait l’UE recherche avec ce type d’accord déjà signé avec un premier pays méditerranéen, le Maroc en juin 2013, ainsi qu’avec d’anciennes républiques soviétiques(Moldavie, Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan), à imposer à ces pays des accords de réadmission des migrants irréguliers et à transformer ces pays en gestionnaires des frontières extérieures de l’UE.

Alors même que les organisations démocratiques de Tunisie : Union générale tunisienne du travail (UGTT), Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) et de l’immigration tunisienne : Coordination des Assises de l’immigration tunisienne (FTCR - ADTF- UTIT - AIDDA - COLLECTIF 3C - UTAC - ZEMBRA - ATNF - ATML- FILIGRANES - ACDR - UTS - CAPMED - CFT – YOUNGA) avaient appelé le gouvernement tunisien à ne pas signer cet accord, l’Union européenne a soumis celui-ci à une pression intense et à un chantage à l’aide économique.

Nos organisations dénoncent cette politique de l’Union européenne, qui vise à fortifier une Europe forteresse par un glacis constitué par les pays limitrophes en usant de pressions inacceptables sur ceux-ci.

Paris, le 6 mars 2014

Signataires :
Ailes Femmes du Maroc, Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (ACORT), Association Femmes Plurielles, AIDDA, Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF), Assocaition des Marocains en France (AMF), Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF) ; Association des Tunisiens en France (ATF), Attac, CGT, Cedetim-IPAM, Centre d’information inter-peuples (CIIP Grenoble), Cimade, Collectif de soutien aux réfugiés algériens, FSU, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Gisti, LDH, MRAP, ,Réseau Euro-Méditerranée des Droits de l’Homme (REMDH), Réseau Euro Maghrébin Citoyenneté et Culture (REMCC), Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) ; Solidaires, Syndicat de la Magistrature ; Alternative Libertaire, Europe Ecologie Les Verts, NPA, Front de Gauche : Ensemble, PCF, PCOF, Parti de Gauche.


SIGNATURE A BRUXELLES EN CATIMINI DE L’ACCORD DE MOBILITÉ AVEC L’UNION EUROPÉENNE

MONSIEUR JOMAA VOUS AVEZ FAIT CE QUE LE GOUVERNEMENT DE LA TROÏKA N’A PAS OSÉ FAIRE !

Dès que vous avez été choisi pour conduire un nouveau gouvernement, nous vous avons adressé le 3 janvier 2014 nos remarques sur les questions vitales de l’immigration et des Tunisiens vivant à l’étrange.*

Cette adresse reprenait plusieurs demandes faites avec nos partenaires tunisiens et internationaux**demandant, force est de le constater, vainement une concertation. Nous vous y demandions de "Refuser la signature de l’accord de mobilité proposé par l’UE dont l’approche sécuritaire et plus qu’évidente et qui est une autre façon d’imposer une externalisation des contrôles migratoires" Malheureusement, vous avez préféré signer cet accord dans la précipitation et sans concertation en particulier avec les associations de l’immigration en Europe. Alors que le précédent gouvernement a cédé à la demande de la société civile Tunisienne et de l’immigration et n’a pas signé l’accord, malgré le fait que la commission européenne n’a pas cessé de le harceler faisant fi du grave contexte dans lequel se trouvait le pays.

Cet accord tourne le dos aux intérêts des Tunisiennes et des Tunisiens. Il est du même type et de la même nature que les accords antérieurs du temps du régime de la dictature de Ben Ali. Il est au service d’une politique migratoire indigne et égoïste qui choisit d’organiser la fuite des cerveaux et des jeunes diplômés avec les visas longs séjours. Alors que les milliers de jeunes ayant franchit la méditerranée au péril de leur vie sont exclus de l’accord et leurs demandes légitimes d’examen de leurs situations sont ignorées.

A cause de cette précipitation, la Tunisie sera obligée de prendre part à la politique répressive de l’Union Européenne et d’accepter les refoulements de sans-papiers quelles que soient leurs nationalités.

Les associations démocratiques de l’immigration tunisienne,

- dénoncent fermement la signature de cet accord lundi à Bruxelles, obtenue par un véritable chantage, et demandent à tous les députés de l’ANC de ne pas le ratifier.

- demandent l’ouverture immédiate de concertation avec le gouvernement afin de remettre à plat la politique migratoire tunisienne qui ne doit plus obéir au dictat de la Commission Européenne mais aux seuls intérêts des Tunisiennes et Tunisiens conformément aux principes de dignité amenés par notre révolution.

HALTE AU DICTAT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

NON A L’ACCORD DE MOBILITÉ

POUR UN DIALOGUE ET UNE CONCERTATION EN VUE DE FONDER UNE NOUVELLE POLITIQUE MIGRATOIRE DIGNE DE LA RÉVOLUTION TUNISIENNE

*Adresse à Mehdi Jomaa :http://www.citoyensdesdeuxrives.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=3446:-------adresse-a-m-mehdi-jomaa-nouveau-chef-du-gouvernement-interimaire&catid=201:associations-de-tunisien-nes&Itemid=173

**Communiqué de Presse des partenaires nationaux et internationaux : http://www.migreurop.org/article2318.html

Le communiqué de presse UE : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-208_fr.htm

L’accord UE/Tunisie : http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/e-library/documents/policies/international-affairs/general/docs/declaration_conjointe_tunisia_eu_mobility_fr.pdf

premiers signataires :

Association Démocratiques des Tunisiens en France - ADTF

Association Interculturelle de Diffusion et de Documentation Audiovisuelle – AIDDA

Association des Tunisiens en France - ATF

Comité des Assises de l’Immigration Tunisienne - CAIT

Collectif des Femmes Tunisiennes

Comité Pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie - CRLDHT

Collectif 3C

Collectif Tunisien pour la Démocratie et les Libertés - CTDL

Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives - FTCR

Mouvement des Citoyens Tunisiens en France - MCTF

Réseau Euro-Maghrébin Citoyenneté et Culture - REMCC

Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens - UTIT

Parti des Travailleurs de Tunisie (Section France)

Paris le 07 Mars 2014

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4520

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 425