Une tribune pour les luttes

Amazon, la culture et le capitalisme moderne

par ingirumimus

Article mis en ligne le mardi 15 avril 2014

Au moment où les libraires se battent pour leur survie, parait un livre fort instructif sur les conditions de travail chez Amazon qui est le plus gros distributeur de produits culturels en France : Jean-Baptiste Malet, En Amazonie, infiltré dans le meilleurs des mondes, Fayard, 2013 | 05 avril 2014. On sait maintenant les dégâts qu’Amazon a généré dans le secteur. Certains pensent qu’à terme il adviendra la même chose aux libraires que ce qu’il est advenu pour les disquaires il y a quelques années.

La propagande libérale, souvent relayée par les gouvernements successifs argue du fait qu’Amazon est à la pointe de la modernité, et que refuser de se soumettre à sa logique est la preuve d’un mauvais esprit, passéiste. En effet, Amazon a construit son succès mondial sur le développement d’Internet qui permet la vente en ligne. Acheter sur Amazon a deux avantages pour le client. Celui-ci peut consulter un catalogue d’ouvrages et de produits culturels qu’aucun libraire ne peut avoir à sa disposition. Et il n’a pas besoin de se déplacer car il est livré rapidement. L’inconvénient de ce service est qu’il ne convient pas à ceux qui aiment flâner dans les librairies pour découvrir des ouvrages auxquels ils n’auraient pas songé. C’est un inconvénient majeur parce que eu égard le grand nombre de parutions, le client, même le plus averti, a besoin de ce contact direct avec le livre pour s’y retrouver.

Ça, se sont des généralités bien connues. Les réseaux de libraires s’évertuent de diffuser ce genre d’information sans grand succès d’ailleurs, les lecteurs potentiels sont isolés dans leur bulle informatique et ne regardent que leur intérêt immédiat : un vaste choix, la rapidité du service. Pourtant derrière cette réussite commerciale, il y a plusieurs points très obscurs qui demandent à être analysés. Le premier est que le développement de ces plateformes qui emploient des milliers de travailleurs, il y a la destruction de milliers d’emplois. En effet, on a calculé qu’un emploi créé par Amazon équivaut à la destruction de 18 emplois ailleurs, fermeture de librairies, compression de personnel ou faillite pure et simple de ceux qui comme Virgin avaient misé sur le développement de supermarchés de la culture. Évidemment la loi sur le prix unique du livre protège encore un peu les librairies. Il est donc faux comme l’ont fait Montebourg et d’autres membres du PS de présenter l’implantation d’une plateforme logistique d’Amazon comme une création d’emplois. C’est effectivement la même chose pour les hypermarchés : on avait calculé il y a une trentaine d’années qu’un emploi créé dans ces types de structures détruisaient 5 emplois ailleurs.

Pire encore la malignité de ces entreprises de la grande distribution est souvent de draguer des subventions pour la création d’emplois. Cela augmente les profits qu’elles distribuent aux actionnaires bien sûr, mais cela revient à ce que les finances publiques financent la destruction de l’emploi et donc la montée du chômage !

Également Amazon s’est fait épingler par le fisc. Sa tête de pont étant basée au Luxembourg, paradis fiscal au cœur de l’Europe libérale, cette firme déclare payer ses impôts dans ce pays. La France va donc lui réclamer de l’argent, mais des démarches similaires sont en cours aussi en Grande-Bretagne pour récupérer des taxes non versées. On peut appeler cela de la concurrence déloyale, concurrence déloyable qui vient s’ajouter à l’avantage technologique qu’elle possède déjà. […]

la suite ici :
http://www.blogg.org/blog-108630-billet-jean_baptiste_malet__en_amazonie__infiltre_dans_le_meilleurs_des_mondes__fayard__2013-1518469.html

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Capitalisme/anticapitalisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 155

Tribune libre c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 245