Une tribune pour les luttes

Communiqué du Bureau d’Attac

LA VICTOIRE D’UN PEUPLE DEBOUT ET INFORMÉ

Article mis en ligne le lundi 30 mai 2005

Selon des résultats provisoires, le « non » aurait gagné avec 55 % des
voix contre 45 % au « oui ». Les abstentions ne s’élèveraient qu’à 30
%, chiffre le plus bas de toutes les consultations européennes depuis
qu’il en existe.

Le peuple français vient de dire non au traité constitutionnel. Un non
très majoritairement démocratique et européen. Ce faisant, les
citoyennes et les citoyens ont d’abord dit non au néolibéralisme, dont
le texte soumis à référendum constituait une éloquente défense et
illustration. Ce non est en même temps un oui à une Europe
indépendante, internationaliste, sociale, écologique et féministe ; un
oui à une Europe solidaire : solidaire avec le reste du monde, en
premier lieu avec le Sud, et avec les générations futures.

Mais c’est aussi un oui à la démocratie, honteusement tournée en
dérision par une propagande d’Etat agissant de conserve avec un système
médiatique dont la quasi totalité des acteurs a fait preuve d’une
partialité inouïe et d’une morgue insultante à l’égard des « moutons
noirs » qui avaient l’audace de ne pas prendre pour argent comptant les
arguments d’autorité assénés par les partis du « oui ». Les citoyennes
et les citoyens ont démontré avec leur bulletin de vote qu’ils étaient
allergiques au bourrage de crâne. C’est pourquoi cet événement, par sa
valeur d’exemple, a une portée historique, aux très importantes
répercussions dans le reste de l’Europe et du monde.

Attac rend hommage aux dizaines et dizaines de milliers de citoyens qui
se sont dépensés sans compter dans la bataille du référendum : les
membres de ses diverses instances, en premier lieu de ses comités
locaux ; les membres des collectifs unitaires ; les membres des autres
organisations politiques, syndicales et associatives qui se sont
mobilisés avec la même détermination ; et aussi les citoyens isolés ou
inorganisés qui ont accompli un travail de proximité particulièrement
efficace. Chacun, à sa manière, dans une dynamique unitaire a ¦uvré,
pour expliquer autour de lui les enjeux et le contenu du traité, et
donc pour assurer la victoire du non. Cette victoire n’appartient à
personne : elle est celle d’un peuple debout et informé. Les fêtes de
la victoire du NON seront l’occasion de faire le bilan de la campagne
et de débattre des perspectives.

Attac exprime sa profonde gratitude à tous les mouvements Attac du
monde, en premier lieu à ceux d’Europe, qui, sous de multiples formes,
ont fait preuve d’une solidarité sans faille à l’égard du combat de
notre association. Les Volontaires européens pour le non français,
venus d’une douzaine de pays, et qui ont sillonné la France de meeting
en meeting, méritent notre reconnaissance particulière. Démentant par
leur présence fraternelle les allégations calomnieuses des partis du
oui, ils ont authentifié le sens de l’engagement d’Attac : non pas
contre l’Europe, mais pour une autre Europe à construire ensemble.
S’est ainsi renforcé un début d’espace public européen appelé à
s’élargir. Dans le cadre des Volontaires européens, Attac France se
tient évidemment à la disposition des Attac des pays dans lesquels vont
être organisés des référendums, à commencer par le Luxembourg, le
Portugal et le Danemark, pour les aider dans leur combat.

La victoire du non place tous ses acteurs devant des responsabilités
nouvelles : il leur appartient, chacun avec sa spécificité, d’être à la
hauteur de l’immense élan populaire qu’ils ont contribué à faire
naître.

Pour sa part, Attac France va immédiatement engager, tant en son sein
qu’en liaison avec les collectifs auxquels l’association participe, un
travail de définition des politiques européennes répondant aux attentes
qui se sont exprimées ce 29 mai. Attac France va également proposer aux
autres Attac d’Europe la tenue, au début de l’automne, d’une Convention
des Attac d’Europe. Cette Convention pourrait déboucher sur une
plate-forme européenne commune, à soumettre à chaque gouvernement. Le
Forum social européen 2006 à Athènes prend de ce fait une dimension
particulière pour Attac, pour les mouvements sociaux et pour les
peuples européens.

Le néolibéralisme qui inspire le traité ne s’arrête pas aux frontières
de l’Union européenne. Il est également porté, à un niveau encore plus
élevé, et avec une particulière virulence, par les organisations
internationales : le G-8, le FMI, la Banque mondiale, l’OCDE et l’OMC.
La prise de conscience - grand acquis citoyen du référendum - de la
filiation entre les politiques nationales menées en France depuis plus
de vingt ans et celles décidées au niveau européen doit maintenant
s’étendre au niveau mondial. Deux importants rendez-vous doivent, à cet
égard, faire l’objet d’une mobilisation rapide et élargie : la réunion
du G-8 en Ecosse en juillet, et celle de l’OMC, à Hongkong en décembre,
où la libéralisation supplémentaire de l’agriculture et des services
(AGCS) sera à l’ordre du jour. Attac va proposer aux collectifs pour le
non français de s’inscrire dans ces deux grands combats, ainsi que dans
ceux des taxes internationales, des paradis fiscaux, des OGM et de
l’eau, entre autres.

Dans un avenir encore plus immédiat, il nous appartient de répondre au
défi, frôlant la provocation, que Tony Blair nous lance en proposant un
programme de travail ultralibéral pour la présidence britannique de
l’UE du second semestre. Nous devons être nombreux à la manifestation
de Bruxelles, les 16 et 17 juin, à l’occasion du dernier Conseil
européen de la présidence luxembourgeoise qui passera le relais au fils
spirituel de Margaret Thatcher. Il devra donner des signes tangibles
que le message des électeurs aura été bien reçu.

Attac demande aux citoyens qui ont voté oui en croyant rapprocher
l’heure de l’Europe sociale et combattre le néolibéralisme de se
joindre à nous tous pour livrer ces combats. Ils y ont toute leur
place.

Attac est un mouvement d’éducation populaire tourné vers l’action, et
le restera. Les recompositions politiques ne sont pas de son ressort.
En revanche, et en particulier dans l’élaboration des alternatives au
néolibéralisme, tant au niveau français et européen qu’international,
Attac va renforcer son rôle de proposition et d’aiguillon à partir du
chantier que l’association va mettre en route, et qui impliquera
toutes ses composantes, tous ses adhérents et ses comités locaux.

Attac appelle à l’organisation d’un tour des pays de l’Union. Attac
France sillonnera ces pays pour expliquer le NON français, rassembler
des forces à l’échelle européenne, mettre au point des alternatives.
Attac France appelle toutes les autres organisations à faire de même.

Attac, Paris, 29 mai 2005, 22 h.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Attac c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4490