Une tribune pour les luttes

La bataillle de Kobanê :

entre offensive djihadiste, complicité turque et résistance kurde

Organisation Communiste Libertaire

Article mis en ligne le dimanche 5 octobre 2014

L’offensive de l’État islamique (EI) lancée sur Kobanê, l’un des trois cantons Kurdes de Syrie, le 15 septembre, se poursuit et marque un épisode crucial à la fois de la guerre en Syrie et de la révolution lancée par les mouvements de la gauche kurde.
L’enjeu de cette bataille détermine le sort du Kurdistan tout entier et de l’ensemble du Moyen-Orient.

Kobanê, troisième ville kurde de Syrie, peuplée avant la guerre d’environ 300 000 habitants, mais abritant aujourd’hui plus de 200.000 réfugiés, est depuis plus d’une semaine le théâtre d’une des opérations militaires des djihadistes les plus brutales, et après celle de Homs, la plus cruelle.

Une conséquence du renforcement des islamistes

L’origine immédiate de cette attaque se trouve à l’extérieur de la Syrie. En Irak, l’EI a réussi à s’emparer d’un énorme butin d’armes, en partie du régime de Saddam Hussein mais surtout d’une énorme quantité d’armes lourdes et de blindés abandonnés par les États-Unis et la "nouvelle" armée irakienne. Quand, au mois de juin, l’EI a occupé Mossoul, il a trouvé des arsenaux presque intacts. En août, le groupe islamiste se lançait contre Sinjar parce que cette ville est pour l’essentiel peuplée de yézidis. Le but de l’EI est d’exterminer littéralement toute religion qui n’est pas musulmane sunnite. Ces événements ont provoqué une réponse internationale et les États-Unis ont commencé à bombarder des positions de l’EI permettant ainsi une certaine reprise du terrain de la part des troupes kurdes irakiennes (barrage de Mossoul notamment).

Lors des évènements de Sinjar, la principale milice kurde Syrie, les YPG (Yekîneyên Parastina Gel / Unités de défense du peuple), vont intervenir pour la première fois sur le sol irakien pour sauver des dizaines de milliers de réfugiés, abandonnés de tous, en envoyant des renforts depuis le Rojava (Kurdistan de Syrie). Des renforts qui ont joué un rôle fondamental dans les monts du Sinjar, en organisant des couloirs humanitaires et en organisant les premières unités d’auto-défense yézidis, mais aussi sur d’autres points de la ligne de front, en particulier en reprenant, avec les combattants du PKK accourus eux-aussi, la ville de Makhmour et les villages alentours.

Paradoxalement ou pas, les bombardements américains, qui ont certainement sauvé de nombreux civils en Irak, ont provoqué cette attaque brutale sur le territoire syrien. Il n’est pas possible d’agir en Irak sans réfléchir à l’échelle globale, particulièrement sur les développements en Syrie, car cela revient à se protéger sur un flan en laissant l’autre à découvert.

Mais les États-Unis ne semblent pas avoir une stratégie qui aille au-delà de la protection des champs pétroliers et du rétablissement des anciens cadres nationaux et institutionnels. En ce sens, frapper l’EI en Irak (et surtout en Irak), récupérer Mossoul et les riches provinces du nord, aider à consolider le régime autonome du Kurdistan irakien, ce qui revient simultanément à faire refluer les djihadistes et les renvoyer en Syrie (où ils seront plus utiles pour les Occidentaux en combattant à la fois le régime de Damas et les kurdes ‟terroristes‟ du PKK-PYD), apparaissent comme l’axe principal des États-Unis et de la coalition qu’ils entendent mettre sur pied et diriger.
Les bombardements récents sur le sol syrien obéissent à cette ligne générale, même s’ils ouvrent apparemment un second front anti-djihadiste ayant pour visée et effet attendu d’affaiblir le régime de Bachar el-Assad.

Kobanê est située dans la province de Raqqa qui est la place force de l’EI, sa ‟vraie” capitale, vers laquelle se replieront les troupes djihadistes en cas d’offensive majeure sur Mossoul (province de Ninive) et sur l’ouest irakien (la grande province d’Al-Anbâr au ¾ désertique mais avec les villes rebelles de Ramadi et Falloujah et des frontières incontrôlées avec la Jordanie et l’Arabie Saoudite).

Lire la suite de l’article

P.-S.

Source : oclibertaire.free.fr

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 420