Une tribune pour les luttes

Coordination antinucléaire Sud-Est

Disparition d’Alexandre Grothendieck : un scientifique antinucléaire de la première heure

Article mis en ligne le dimanche 7 décembre 2014

Alexandre (Alexander) Grothendiec, scientifique antinucléaire a connu dans sa jeunesse plusieurs camps d’internement tandis que son père, anarchiste juif et russe, mourait à Auschwitz après avoir participé avec sa mère à la guerre d’Espagne au sein des Brigades internationales. Pacifiste et précurseur en France de l’engagement intellectuel et de terrain d’opposition au crime nucléaire civil et militaire, il demeura convaincu que seule la conscience dans l’action pouvait permettre de contrer l’hydre démoniaque de la prédation atomique. Saluons un homme, un scientifique de conviction qui a toujours refusé de mettre son savoir et ses compétences au service de la domination des peuples et de la barbarie.

L’écologie française a perdu le 13 novembre 2014 un de ses fondateurs. Alexandre (Alexander) Grothendieck est né le 28 mars 1928 à Berlin, et a été naturalisé français en 1971. La guerre, Alexandre en porte les séquelles dans sa chair. Dans sa jeunesse, il a connu plusieurs camps d’internement tandis que son père, anarchiste juif et russe, mourait à Auschwitz après avoir participé avec sa mère à la guerre d’Espagne au sein des Brigades internationales. Il conserve de ces années noires son statut d’apatride et un antimilitarisme farouche. En 1958, L’IHES (Institut des hautes études scientifiques) est créé sur mesure pour Grothendieck par un mécène privé. Jusqu’en 1966, il ne se signale par aucune prise de position politique.

La dénonciation de la destruction atomique et l’audace d’expérimenter un autre monde.

La suite sur : http://www.coordination-antinucleai...

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Nucléaire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 205