Une tribune pour les luttes

Communiqué RESF

Deux jeunes scolarisés expulsés... d’un pays d’accueil ?

Article mis en ligne le mardi 15 septembre 2015

Ali Sangare, 20 ans, Abdallah Moustefaoui, 20 ans. Migrants ? Réfugiés ? Demandeurs d’asile ? Immigrés ?


14 septembre 2015

Ali et Abdallah, deux jeunes majeurs, l’un venant de finir sa formation, l’autre empêché de faire sa rentrée scolaire, honteusement expulsés les 13 et 11 septembre 2015 par un gouvernement qui affiche accueillir d’une main et s’acharne à repousser de l’autre. Deux jeunes majeurs victimes d’une politique d’immigration globalement répressive, et qui concernant les jeunes étrangers a fait le choix de l’indifférence et du rejet. Pas une ligne à leur sujet dans les nouvelles mesures de la loi immigration présentée en juillet à l’Assemblée nationale. Pour les jeunes majeurs scolarisés, c’est toujours le couperet et les arbitraires préfectoraux dans l’application de la circulaire Valls de novembre 2012.

Ali a été expulsé en Côte d’Ivoire au bout de 41 jours de rétention, à la troisième tentative, et débarqué sans rien, dans un pays qu’il a quitté orphelin après l’assassinat de son père. En France depuis 3 ans, pris en charge comme mineur puis comme jeune majeur par l’ASE du Rhône, il avait suivi au lycée Chaplin-Becquerel de Décines (69) un CAP mécanique jusqu’en juin dernier. Il avait obtenu un récépissé de titre de séjour à sa majorité. Mais la préfecture du Rhône ne retrouvant pas la trace du règlement des 230 € de taxes à acquitter, a refusé dès lors de lui délivrer des papiers, même provisoirement. Arrêté le 3 août, il a été mis en rétention au CRA St Exupéry près de Lyon, puis amené de Lyon à Roissy après l’échec d’une première tentative d’expulsion. Les préfets du Rhône et de l’Ain ont été interpellés, comme les cabinets de Bernard Cazeneuve et de Manuel Valls.En vain. Une politique de brutes sourdes qui discrédite d’emblée leurs discours sur l’accueil et la nécessaire solidarité avec les migrants.

Abdallah, jeune majeur algérien de 20 ans, allait rentrer au lycée professionnel l’Estaque de Marseille en CAP ECMS (employé commerce multi spécialités), Abdallah a été enfermé le 11 août au centre de rétention de Marseille suite à un contrôle d’identité (au faciès cela va sans dire) à la gare de Bougainville. Après plus d’un mois d’enfermement pour ce jeune sans histoire, arrivé en France en 2013 et scolarisé en MODAC (module d’accueil pour les élèves nouvellement arrivés en France) au lycée St-Exupéry. Abdallah a été expulsé le 11 septembre par avion.

Deux arrachements inhumains et coûteux. C’est un gâchis financier, des années de prise en charge, de scolarisation pour rien, aux quels s’ajoutent 20 000 euros en moyenne pour une expulsion. Une faute aussi : une politique qui fait aussi peu de cas de la vie de ces jeunes, qui brise leur formation, les rejette au moment où ils peuvent commencer à rendre à la société ce qu’elle leur a donné est une politique dangereuse pour toute la société. Un message qui est le reniement des idées de progrès, de solidarité, de générosité qui étaient celles du socialisme.

http://resf.info/article52860.html

P.-S.

RESF 13 : 06 31 32 48 65

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 16 septembre 2015 à 17:49, par nicky

    La Honte ! j’ai honte de ce qui se passe chez moi en France terre d’accueil patrie des Droits de l’Homme
    j’ai mal pour ces jeunes qui doivent être dans l’incompréhension totale. Je ne comprend
    pas, plus cette attitude violente de rejet envers des jeunes qui n’ont qu’une envie s’intégrer.

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | ... | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | ... | 900