Une tribune pour les luttes

Lundimatin #38 | 1er décembre

Article mis en ligne le mercredi 2 décembre 2015

voir en ligne

Bonjour,

La semaine dernière nous avons relayé un appel à braver l’état d’urgence dimanche 29 novembre à l’occasion de l’ouverture de la COP21. Il nous paraissait important de susciter, d’appuyer et d’assumer cette démarche. Certains lecteurs y ont vu de l’aventurisme, nous en ressentions la nécessité. La semaine écoulée est venue confirmer tout ce que cet appel suggérait. S’il était nécessaire de mettre à nu les ressorts et soubassements de l’état d’urgence, le gouvernement s’en est chargé avec brio.

Des dizaines de personnes perquisitionnées et assignées à résidence, un dispositif policier hors du commun pour étouffer toute possibilité de manifestation, des manifestants gazés en tire-tendu, des centaines de personnes maintenues dans une nasse 3 heures durant et 317 personnes placées en garde-à-vue.

À cela s’ajoute une propagande féroce visant à rendre les manifestants responsables de ce coup de force policier. Pour toutes ces raisons, nous n’avons pas été en mesure de préparer correctement l’édition de cette semaine. Exceptionnellement, lundimatin paraît donc plutôt mardi matin.

Bonne semaine.

De la Zad à la Commune de Versailles

« En 1871, Les versaillais avaient écrasé la commune de paris. Les zads sont aujourd’hui comme autant de nouvelles communes libres. Et nous affirmons ici que ces communes ne se laisseront plus expulser. Nous avons contenus les troupes policières à l’automne 2012, et avons mis en défaites les politiciens pro-aéroport. Nous les mettrons en défaite une nouvelle fois s’ils s’entêtaient à revenir dans le bocage de notre dame des landes. Il n’y aura pas d’aéroport, la zad continuera à fleurir. »

Samedi 28 novembre, château de Versailles. Une gigantesque banderole accueille les touristes venus du monde entier : "Gardez le Bourget, on prend Versailles. Vive la Commune !". Ambiance inhabituelle pour cette ville-musée que de mauvais esprits pourrait qualifier de Disneyland réactionnaire.
Cela faisait une semaine que plusieurs convois cyclistes de "Zadistes" traversaient la France afin de converger jusqu’à l’inauguration de la COP21. Régulièrement escortés ou contrôlés par des hordes de CRS tout au long de leur périple, les pelotons eurent à commettre quelques belles échappés afin de semer l’état d’urgence. S’il ne devait rester qu’une anecdote elle revient au préfet d’Eure-et-Loire. Averti de l’arrivée imminente de 200 vélos, M. Quillet avait annoncé par voix de presse les avoir préventivement interdit de territoire. Mais c’était sans compter la porosité de nos satanées frontières. Mis devant le fait accompli, le préfet dû rétropédaler et autorisa la caravane Zadiste sur ses terres, au prétexte que cette "manifestation" n’était pas "politique" mais sportive. Comme quoi l’état d’urgence n’implique pas l’abolition du sens de l’humour.

La ligne d’arrivée de cette épopée devait originairement être le plateau de Saclay. Un paysan avait accepté d’y accueillir les différents convois afin que soit organisé un grand banquet auquel tout un chacun était convié. Malheureusement, les services de l’État en décidèrent autrement. Au prétexte de la proximité de sites sensibles tels que les bureaux du Commissariat à l’Energie Atomique ou l’école Polytechnique, la préfecture bloqua intégralement les accès aux communes de Gif-sur-Yvette, Orsay, Palaiseau, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan et Villiers-le-Bâcle. C’est l’état d’urgence, il était donc nécessaire de « prévenir toute tentative de pénétration dans les établissements à caractère sensible présents dans le périmètre ». Il faut s’attendre à ce que le prochain Tour de France ne compte que des étapes de montagne.
Suite à cette déviation forcée, les convois n’eurent d’autre choix que de se rabattre sur le château de Versailles. Ce qui pourrait indiquer que les nouveaux versaillais ne se cachent plus dans les musées mais à polytechniques ou au CEA, qui sait ?

Nous publions ici la déclaration émanant du convoi, ce jour-là :
https://lundi.am/De-la-Zad-a-la-Commune-de-Versailles

Digressions sur l’ennemi, le complot, l’argent et le peuple. - par Guillaume Allardi

« Mais dans ce monde, quand nous voulons nous tourner vers les vrais coupables, nous ne trouvons que des êtres affreusement banals, des politiques incultes et visiblement peu intelligents, des patrons avides et vulgaires et des banquiers libidineux, servis par une armée émasculée d’employés de bureau. Nous voyons beaucoup de ses représentants, mais jamais nous n’apercevons le mal en personne. »

ici : https://lundi.am/Digressions-sur-l-ennemi-le-complot-l-argent-et-le-peuple

La farce républicaine

Réflexions sur la manifestation du 29 novembre place de la République
Par un manifestant anonyme

ici : https://lundi.am/La-farce-republicaine

Radicalités
Une réponse à Olivier Roy

Le 24 novembre, le "politologue spécialiste de l’Islam" Olivier Roy publiait une tribune dans les pages débat du Monde. À propos des attentats du 13 novembre, celui-ci écrivait « Il ne s’agit pas de la radicalisation de l’islamisme, mais de l’islamisation de la radicalité ». Un lecteur de lundimatin s’appuie ici sur Mission Cléopatre d’Alain Chabat afin de décortiquer ce sophisme et d’en démontrer les enjeux politiques.

ici : https://lundi.am/Radicalites

L’hommage impossible

« Cette mascarade réduit le deuil à un circuit fermé : ramener les choses à soi. La tristesse est ainsi saisie, canalisée, et réorientée pour produire un nouveau système d’équilibre, moletonné par des parois sécuritaires. »

ici : https://lundi.am/L-hommage-impossible

Une lectrice de lundimatin nous a fait parvenir ce texte, extrait du recueil “Vendredi 13 ou la Vie sauvage”, publié par Parisoire à la suite des attentats.

ici : http://www.parisoire.com/13-novembre

La dictature du chagrin

« La semaine passée nous a appris que le chagrin pouvait être utilisé... »

ici : https://lundi.am/La-dictature-du-chagrin

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 2070

Lire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 325