Une tribune pour les luttes

Démarche et conseils destinés aux parents d’enfants mineurs victimes de blessures policières

Un jeune manifestant n’est pas un délinquant !

par le parent d’un jeune lycéen arrêté en marge de la manif du 28 avril à Marseille

Article mis en ligne le vendredi 13 mai 2016

ÉTAPE 1
• Se rendre aux urgences de l’hôpital.... afin de faire constater les coups, unique certificat médical reconnu par les autorités. Faire reconnaître la blessure psy qui demeure souvent latente et peu prise en compte, faire raconter l’histoire, recontextualiser auprès de personnes bienveillantes, la parole libère, l’accompagner dans sa reconnaissance de l’inacceptable.
Conseils : Bien relire le certificat médical le plus circonstancié possible avec des jours d’ITT (interruption temporaire de travail)

ÉTAPE 2
• Voir le médecin traitant aussi pour obtenir un certificat médical circonstancié
Conseils : voir un pédopsy au sein d’un C.M.P. Centre médico psychologique

ÉTAPE 3
• Se rendre dans un commissariat pour déposer plainte pour des faits de violences policières

ÉTAPE 4
• Saisir le défenseur des droits (www.defenseurdesdroits.fr) : remplir le formulaire en y joignant les documents en pièces jointes, c’est un signalement

ÉTAPE 5 - si refus de dépôt de plainte dans un commissariat de Marseille

• Saisir l’I.G.P.N. (Inspection générale de la police nationale de Paris 01 49 27 49 27) et sur le site du ministère de l’intérieur, joindre les documents. C’est un signalement qui vaut plainte.

• Écrire au Procureur de la république, T.G.I. (Tribunal de Grande Instance- 6 rue Amédée Autran 13006 Marseille) en relatant les faits de violences et le refus des commissariats de dépôt de plainte. Ajouter les documents médicaux.

Un mineur ne peut pas être en garde à vue avec 1 ou plusieurs adultes c’est contraire au code de procédure pénal et de déontologie....
Bien évidemment il faut contacter un avocat....

PDF - 50.2 ko
kit parents manif
Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 19 mai 2016 à 14:29, par azilis

    Bonjour,

    J’ai imprimé ce texte en plein d’exemplaires, et je compte le distribuer dans le plus de boîtes à lettres possible de ma ville (Nantes, où les violences et l’arbitraire de la police forcent l’admiration) (et le racket, aussi : chaque manifestant traîné par les cheveux, étranglé et poussé sauvagement dans le fourgon doit payer une amende de 200 à 300€ pour AUTANT DE FLICS qu’il y avait à le brutaliser, et motif de l’amende : violences envers les forces de l’ordre) (si c’est pas beau, ça ?)

    Je pense aussi placarder ce petit papier sur les murs de la ville.
    (Pensez à moi si je me fais embarquer ;-)

    Cécile

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1170

Violences policières c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 110