Une tribune pour les luttes

Edito du Ravi n° 23

Bataille navale

Par leravi - 5/10/2005

Article mis en ligne le mardi 18 octobre 2005

http://www.leravi.org/ravi/

Cinq hélicoptères, cinquante gendarmes du GIGN armés jusqu’aux dents. Pour quoi faire, un pareil déploiement de force ? Reprendre le contrôle d’un navire de la SNCM détourné, au départ de Marseille, par des militants du syndicat des travailleurs corses (STC). Il faut saluer une première en France : l’utilisation d’un pareil arsenal et de commandos héliportés dans le cadre d’un conflit social. Tout va très bien madame la marquise ! Le dialogue social s’améliore de jour en jour... Bien sûr, les méthodes et les objectifs du très « nationaliste » STC sont souvent très contestables... On peut rappeler, pour ne prendre qu’un exemple, la longue grève de ce même syndicat, l’an dernier, pour réclamer la « corsification » des emplois de la compagnie maritime. Sur le continent, les marins CGT avaient à leur tour cessé le travail afin de dénoncer cette tentative d’introduire un « critère ethnique » dans le Code de travail.

Le détournement des militants corses a été précédé d’une autre tentative de passage en force. Celle du gouvernement laissant le soin au préfet de Paca d’annoncer, de but en blanc, le retrait total de l’Etat du capital de la SNCM, sa vente au fonds d’investissement Butler Partners Capital et 400 suppressions d’emplois. Depuis, le très diplomate Villepin a mis de l’eau dans son vin. L’Etat resterait actionnaire de la « Société nationale Corse Méditerranée » et, au côté de Butler, la Connex, qui gère des navettes entre la Seyne et Toulon, participerait au montage financier. Reste que la mauvaise impression initiale demeure : une entreprise publique, dans laquelle on promet de réinjecter 113 millions d’euros, cédée à une société privée pour seulement 35 millions, sans véritable projet industriel. Avec, en arrière fond, de prévisibles perspectives : « dégraissage » de la SNCM, abandon des activités les moins rentables, cessions avantageuses de celles qui rapportent... Le tout sur fond de chantage au dépôt de bilan.

Alors, les salariés se battent. Avec rage. Certains voudraient leur faire porter la responsabilité du déficit chronique de leur entreprise. Trop bien payés, trop attachés à leurs « acquis sociaux », trop protégés. Dans un pays où seulement 8 % des travailleurs sont syndiqués (15 % dans la fonction publique), faire valoir ses droits serait donc devenu un privilège. Une entreprise n’est pas une démocratie. Le salarié est « subordonné » à son employeur. Se regrouper, manifester, se mettre en grève, sont des leviers nécessaires pour rééquilibrer un rapport de force par définition inégalitaire et créer les conditions de possibilité d’une négociation. On peut reprocher à juste titre aux syndicats leur corporatisme, leur propension à rester repliés dans les derniers bastions qui les abritent au lieu de s’aventurer sur des terres plus hostiles, celles ou leur présence fait cruellement défaut. Mais pas d’exister.

Le Ravi

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4480

Le Ravi c'est aussi ...

0 | 5