Une tribune pour les luttes

du 24 au 29 octobre

dernière semaine de l’enquête publique sur le Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers (sans incinération !)

Article mis en ligne le jeudi 20 octobre 2005

Le gouvernement (via le préfet) et des dirigeants de MPM veulent imposer l’incinérateur en prenant de vitesse le Plan Départemental sans incinération (avec tri, recyclage, compostage) fait par le Conseil Général.

Il est donc très important que les citoyens se fassent entendre.

Participons à l’enquête publique sur le Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers (sans incinération !).

Cette enquête est en cours jusqu’au 29 octobre (ainsi que l’enquête sur le projet d’incinérateur de MPM à Fos), aux lieux indiqués ci-dessous.

La volonté du gouvernement (via le préfet) et des dirigeants de MPM de passer en force en imposant l’incinérateur est inadmissible aussi bien du point de vue de la santé publique que du respect de la volonté des populations. Ils veulent prendre de vitesse le Plan Départemental sans incinération (avec tri, recyclage, compostage) fait par le Conseil Général et qui est sur le point d’entrer en vigueur. Il est donc très important que les citoyens se fassent entendre. Pour cela, l’enquête publique départementale est l’une des occasions. Ce n’est pas une simple formalité administrative, car une faible participation à cette enquête pourrait servir de prétexte à la prolonger, ce qui imposerait un retardement au Plan Départemental. (En même temps se déroule à Fos et dans les communes voisines l’enquête sur le projet d’incinérateur, et la population exprime massivement son opposition. Il faut montrer que cette opposition existe à l’échelle départementale).

Le Plan Départemental est un cadre de solutions concrètes permettant de se passer d’incinérateur dans notre département. S’il réussit, ce sera un argument pour un abandon de l’incinération un peu partout en France. C’est cela que le gouvernement veut empêcher, sans doute sous la pression des grandes entreprises de l’incinération.
Certes le Plan est peut-être imparfait (pas assez de réduction des déchets à la source ; discussions sur le découpage des secteurs de traitement ...) mais il pourra être amélioré par une poursuite de la concertation avec les associations et les collectivités locales. Par contre, si l’incinérateur se fait, vu la durée d’amortissement d’une installation aussi énorme, on en prend pour vingt ans.

Rappelons les principaux arguments en faveur d’un plan sans incinération :

- il est un pas dans une désescalade de la pollution qui est très importante dans le département. Par contre l’incinération crée des polluants qui n’existent pas dans les ordures initiales, dont les dioxines qui sont cancérigènes et mutagènes même à très petites doses ; sans compter les autres polluants (plomb, acide chlorhydrique, etc.)

- des défaillances dans le filtrage des dioxines sont apparues en 2004 et 2005 dans trois incinérateurs modernes : à Mulhouse, Gien (Loiret) et Lunel (Hérault).

- l’incinération ne pollue pas seulement l’air, mais le sol et les eaux, par les mâchefers qu’on utilisera en sous-couche de routes.

- le tri, la récupération, le recyclage des matériaux, le compostage créent dix fois plus d’emplois, et dans des conditions mieux contrôlables par les collectivités locales, que l’incinération, qui impose de passer des contrats longs avec de grandes entreprises en position de monopole technologique.

- respect de la démocratie : partout où la population a pu s’exprimer, elle refuse l’incinération ; en revanche le traitement écologique des déchets demande de la concertation, il est par nature ouvert à la démocratie participative et permet une responsabilisation progressive des citoyens.

- il est faux de prétendre que l’incinération permettrait de se passer de centres de stockages, puisque quelque soit le mode de traitement, il laisse des déchets ultimes. Le plan départemental prévoit des lieux de stockage en quantité suffisante. En revanche l’incinération crée des déchets ultimes polluants (les mâchefers) voire hautement polluants (les résidus de filtrage des fumées), dont le stockage présente des dangers.

LIEUX OU LES REGISTRES SONT CONSULTABLES

- Hôtel du département, 52 avenue de St Just, 13 013 Marseille,
- Maison Départementale de la Jeunesse et ses Sports, 15 place de La
Joliette, 13 002 Marseille,
- Maison de la Nature et de l’Environnement, 2 place Jeanne d’Arc, Aix en
Provence,
- Siège de GHB, 932, avenue de la Fleuride, ZI des Paluds, 13 400 Aubagne,
- En mairies d’Arles, de Châteaurenard, de Fos-sur-Mer, de Martigues, de
Peypin, de St Remy, de Salon.

Les horaires et autres info sont consultables sur le site du Conseil Général :

http://www.cg13.fr/?page=envactu.lancement

Pour en savoir plus, appeler :
- Joël Martine 04 91 92 61 77 (Recyclons 13)
- ou Jean-Baptiste David 06 77 05 82 52 (Ecoforum).

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 655