Une tribune pour les luttes

Commission bibliothèque de Mille Bâbords

Invitation aux ateliers autour de la Révolution russe de 1917 et du communisme

MàJ du 19/04/17 : Deux nouveaux documents en annexe

Article mis en ligne le jeudi 9 mars 2017

Aujourd’hui le communisme semble chose du passé. Qu’est donc devenu le vieux spectre que décrivait Marx en 1847 ? Nos contemporains n’y voient plus qu’un cadavre. Le « mouvement réel qui abolit les conditions existantes » n’a en apparence accouché que d’un monstre. L’espoir d’émancipation intégrale que portait le communisme s’est évanoui. Il a cédé la place à une réalité tragique, un sombre tableau peint aux couleurs du sang, de la mort et du travail forcé, à côté de laquelle le parlementarisme bourgeois fait figure de moindre mal. La « construction du socialisme », qui devait nous mener au ciel, nous a conduit en enfer. Loin d’avoir été abolis, l’État, l’économie, l’exploitation de l’Homme par l’Homme se sont renforcés. La période de transition indéfiniment prolongée n’aura finalement débouché que sur le vieux monde.
Le communisme n’était-il donc qu’une illusion, une noble idée mais qui ne marche pas, un simple article de foi à reléguer au musée des croyances déçues ?
Afin de pouvoir répondre à cette question, et dans le prolongement naturel des précédents ateliers (http://www.millebabords.org/spip.php?article28684 ; http://www.millebabords.org/spip.php?article29414), la Commission Bibliothèque a décidé d’organiser une nouvelle série de débats autour de la révolution russe et du communisme. Il nous semblait en effet important de descendre du ciel des idées à la terre de l’histoire, en nous arrêtant plus précisément sur la nature et le sens de la révolution de 1917, et des régimes qui en sont issus. Ce faisant, nous essaierons de répondre à la question de savoir s’il est possible aujourd’hui de sortir le communisme de son caveau et de redonner vie à son spectre.

Nous vous proposons de réfléchir ensemble autour de trois axes majeurs, qui pourraient constituer trois ateliers :

1) La révolution de 1917 était-elle une révolution communiste ?
Comment a-t-elle pu éclater là et non ailleurs : influence des facteurs objectifs internes (poids des conditions matérielles russes) et externes (l’environnement international) ; rôle et intérêts des différentes forces sociales en présence (prolétaires, paysans, bourgeoisie) et des différents acteurs politiques (bolcheviks, socialistes, anarchistes) ? Comment ceux-ci ont-ils pu peser sur sa destinée ultérieure ?

2) Dictature du prolétariat ou dictature sur le prolétariat : le cas soviétique.
Le problème du pouvoir en période révolutionnaire. Rôle de l’État, du parti, des Soviets. Comment se sont constitués ces derniers ? Ont-ils existé ailleurs qu’en Russie ? Quelle fut leur destinée ? Et quel est aujourd’hui leur actualité ?
A la lumière de l’exemple russe, est-il encore pertinent d’utiliser les concepts de « dictature » et de « période de transition » aujourd’hui ?

3) Qu’en est-il de la possibilité de la révolution aujourd’hui ? Présent et avenir du communisme.
- Facteurs objectifs : qu’en est-il des conditions matérielles de la révolution communiste ?
- Facteurs subjectifs : le prolétariat et la conscience de classe.
- Théorie et pratique de la révolution : quelle place pour les pensées totalisantes aujourd’hui ?

Le prochain atelier aura lieu le 22 avril 2017, 15h00, au local de Mille Bâbords. Nous tenterons de répondre à la question « La révolution de 1917 était-elle une révolution communiste ? »
Pour que les ateliers se déroulent de manière constructive, nous vous proposons deux principes méthodologiques : d’une part, les discussions prendront appui sur plusieurs textes, sélectionnés par nous et que nous mettrons progressivement en ligne afin que vous puissiez les lire et les digérer ; d’autre part, les ateliers n’ayant pas vocation à ressembler à des cénacles de spécialistes contemplant leur objet avec satisfaction, nos réflexions/débats seront en permanence orientés par notre souci du présent et de l’avenir.

Pour tout renseignement, vous pouvez envoyer un mail à contact-biblio[at]millebabords.org !

PDF - 68.9 ko
Voline
PDF - 337.9 ko
Paul Mattick
PDF - 44.5 ko
Article du CCI
PDF - 70.8 ko
Bordiga, Gramsci et la révolution russe


Deux nouveaux documents :
PDF - 60.1 ko
Chronologie de la révolution russe
PDF - 49.1 ko
Bibliographie indicative

info portfolio

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

6 Messages

  • Le 17 mars à 21:57, par Jao Aliber

    La révolution d’Octobre n’était pas communiste mais capitaliste d’Etat.Mais un capitalisme qui n’avait jamais existé au cours de l’histoire donc très différent du capitalisme classique qui existait à coté de lui en occident.

    Sa différence avec le capitalisme classique n’était pas les nationalisations mais, par le fait que, contrairement au capitalisme classique, la production des moyens de production y croissait plus vite que la production des biens de consommation.

    C’est ce fait qui caractérise en profondeur, touts les régimes issus de la révolution de 1917(URSS, Europe de l’Est, Cuba, Chine avant Deng Xiaoping).

    Il les caractérise mais il était en même temps la condition d’un mode d’exploitation absolument nouveau différent du mode d’exploitation du capitalisme classique.

    Mais ce nouveau mode d’exploitation étatique générait de la pénurie de biens de consommation du fait de la production plus rapide des moyens de production.

    Répondre à ce message

    • Le 14 avril à 00:22, par bernard

      si je pousse ta logique, il ne faut pas parler de révolution puisqu’il s’agissait de mettre en place un capitalisme d’Etat. Et tous ces millions d’ouvriers, de paysans, qui se sont battus et qui sont morts, ils l’ont fait...pour le capitalisme d’Etat. Etrange façon de penser l’histoire. Alors continuons le raisonnement : ces ouvriers et paysans, qui ont déjà souffert de la première guerre mondiale et donc du capitalisme libéral se sont soulevés contre les gouvernements en 17/18, pas seulement en Russie, mais aussi en Allemagne, en Hongrie, en Finlande, en Autriche c’était pour se faire exploiter non par la bourgeoisie classique mais pour se faire exploiter par l’Etat, parce qu’ils pensaient que l’exploitation étatique serait mieux que l’exploitation du capitalisme libéral ? Comment pourrais tu expliquer tout cela ? Je ne comprends pas bien ta logique.
      Albert de la Commission Bibliothèque de Mille Babords

      Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 14:38, par

    En voila une idee qu elle est bonne
    je souhaiterais que beaucoup de monde y participe...
    Perso , bakounine , n a pas eut besoin d écrire une autre internationnal ; communiste libertaire est une tautologie.
    Dans le manifeste du parti communiste, il n est pas question de dictature du prolétèriat organiser par un quelquonque pouvoir central mais d expropriation des moyens de production...

    Répondre à ce message

    • Le 14 avril à 00:29, par bernard

      Nous aussi nous souhaitons que beaucoup de personnes y participent. Nous espérons que tu seras aussi présent avec nous. Ceci dit, tu évoques la question de la dictature du prolétariat qui ne serait pas abordé dans le Manifeste du parti Communiste. La Commission bibliothèque a déjà organisé un Atelier en 2016 sur cet ouvrage fondamental pour la pensée et l’activité des révolutionnaires. Sur le site de Mille Babords nous avons publié des articles et comptes rendus de ces discussions. Je t’invite à les consulter. Fraternellement Albert de la Commission Bibliothèque

      Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 20:50, par jack

    A titre de contribution au débat, un camarade participant à l’atelier nous suggère les pistes de lectures suivantes :
    http://classiques.uqac.ca/classique...
    http://www.sinistra.net/lib/bas/pro...
    Il a lui-même réalisé une courte synthèse dont voici le lien : http://www.millebabords.org/IMG/pdf...

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 12:40, par Bazar

    On pourra trouver ici : http://monde-nouveau.net/IMG/pdf/les_bolcheviks_et_le_contrle_ouvrier_-_1917-1921_-_maurice_brinton_2_.pdf une chronologie détaillée, en même temps qu’une analyse acérée des relations entre le bolchévisme et la classe ouvrière.

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

anarchisme c'est aussi ...

Communismes c'est aussi ...

0 | 5

Marxisme c'est aussi ...

Révolution c'est aussi ...