Une tribune pour les luttes

vendredi 7 avril 2017

MARSEILLE

19 h

Mille Babords, 61 rue Consolat, 13001

Commission bibliothèque de Mille Bâbords

Présentation de La Fabrique du Musulman de Nedjib Sidi Moussa

Entre le marteau et l’enclume : racisme anti-musulmans et enfermement identitaire
- Dans le cadre du cycle de débats : "Comment lutter contre le racisme ?" la commission bibliothèque de Mille Babords a décidé d’organiser une discussion autour du livre La fabrique du Musulman (Libertalia) de Nedjib Sidi Moussa, en présence de l’auteur.

Mille Babords : VENDREDI 07 AVRIL, à 19H00

Les Arabes pas traités comme humains en Allemagne. Avant ça va. Mais depuis la catastrophe de Munich, c’est plus bon. [Extrait du film Tous les autres s’appellent Ali (1974)]

En France (comme en Allemagne), le racisme anti-arabe ne date pas d’aujourd’hui, et il n’a pas attendu le 11 septembre ni les récents attentats pour s’exprimer. Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’importance, d’un côté de comme l’autre, du thème religieux. La laïcité et la défense de la République contre l’islam servent souvent de prétexte à un recyclage du bon vieux racisme anti-immigrés et anti-maghrébins en particulier. Du côté de ces derniers l’islam va souvent servir de marqueur identitaire, d’autant plus fort « qu’il » semble attaqué. Le racisme et la réaction identitaire vont ainsi s’alimenter mutuellement, enfermant chacun dans des identités figées et ne laissant debout, l’un face à l’autre, que la République de la matraque et la « religion des opprimés ».
Face au raidissement de la société française, oublieuse de son passé révolutionnaire et de plus en plus enfermée sur elle-même, face aux tentatives de fragmentation et de segmentation de la classe ouvrière, une partie de la gauche radicale en est venue à confondre la défense des musulmans contre le racisme d’État avec la défense de la religion en tant que telle. Au nom de l’adage selon lequel les ennemis (ou présumés tels) de mes ennemis sont mes amis se sont ainsi forgées d’improbables alliances entre religieux et libertaires, gauchistes et frères musulmans. Comme s’il suffisait de retourner le discours du pouvoir et de l’inverser, pour obtenir la vérité ! Comme si la religion avait jamais fait bon ménage avec la révolution ! Pris entre le marteau de la République et l’enclume de la religion, les présumés « musulmans d’apparence » (selon la formule d’un certain Sarkozy) se retrouvent coincés.
C’est en pensant à tous ceux et celles, athées, mécréants, libre-penseurs, qui se retrouvent ainsi privés de parole et d’existence sociale et politique, de tous ces « Musulmans » et « Musulmanes » présumés, ayant préféré la lutte des classes et la poursuite de la liberté à la quête des origines, et qui refusent de choisir entre la république de l’abjection et la religion de l’enfermement, que Nedjib Sidi Moussa a écrit La fabrique du musulman, qui éclaire d’une façon plus générale la manière dont le pouvoir instrumentalise les questions religieuses et identitaires afin de désamorcer toute perspective émancipatrice.

P.-S.

contact chez millebabords.org

Tél. 04 91 50 76 04

Répondre à cet article

Agenda de la semaine

mardi 27 juin 2017

mercredi 28 juin 2017

jeudi 29 juin 2017

vendredi 30 juin 2017

samedi 1er juillet 2017

dimanche 2 juillet 2017

mercredi 5 juillet 2017