Une tribune pour les luttes

Un exemple de discrimination systémique

L’affaire des Chibanis retraités de la SNCF

Le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP13)

Article mis en ligne le jeudi 11 mai 2017

La SNCF, condamnée par le Conseil des Prud’hommes de Paris, pour discrimination à l’encontre de 843 Chibanis marocains le 21 septembre 2015, a fait appel le 24 novembre 2015.

Entreprise publique sous tutelle du ministère des transports et du ministère du travail, elle a privé de droit près de 2000Chibanis. Ce sont des discriminations structurelles, supervisées par l’État contre lesquelles se sont battus les Chibanis, sans le soutien des syndicats qui ont ainsi par leur silence cautionné cette injustice caractérisée. 
Ces 2000 personnes furent embauchées à partir des années 1960 sous statut contractuel dit « PS25 ». Ce non statut, aggravé par une tradition scélérate de préférence nationale en vigueur dans les entreprises publiques, empêcha ces travailleurs étrangers d’obtenir le statut de cheminot avec les avantages qu’il comporte en cours de carrière puis en matière de retraites.

Sur ces 2000 travailleurs seul 843 ont saisi le conseil des prud’hommes. Le Gisti et l’ATMF ont demandé au Défenseur des droits d’intervenir en soutien à la requête mais aussi, dans le prolongement de la délibération de la Halde de 2009 sur les emplois fermés, d’agir pour que la condition de nationalité qui figure encore dans les statuts de la SNCF soit abrogée.

Le défenseur des droits éclaira la SNCF et les syndicats, s’il en était besoin, sur les multiples discriminations subies par ces 843 salariés.
La lecture de ce rapport du défenseur des droits est instructive : la SNCF a été condamnée sur deux critères de discrimination par rapport à l’origine des Chibanis ; le Défenseur Des Droits en désigne sept.

Cet appel de la décision par la SNCF est non justifié. Il constitue à notre sens une preuve supplémentaire du mépris de l’État — via la SNCF — à l’égard d’une catégorie de population sans défense, de plus étrangère, qui n’était bonne que pour effectuer des travaux pénibles et peu enviables. L’affaire passera devant la cour d’appel de Paris les 15 et 16 Mai 2017.

Pour dire notre colère et notre dégoût face à cette discrimination systémique. Pour rappeler aux syndicats des cheminots leur devoir de solidarité à l’égard de leurs anciens collègues.

Pour que justice soit rendue aux Chibanis victimes de cette arnaque de l’État !

Le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP13)
appelle à un rassemblement le 
lundi 15 mai 2017 à 18 h 30
en haut des escaliers de la gare St Charles
13001 Marseille
Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

MARSEILLE c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45

Racisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 70