Une tribune pour les luttes

Article de Jean Birnbaum in Le Monde du 10 juin 2017

La gauche déchirée par le « racisme antiraciste »

suivi de la réponse de Mille bâbords

Article mis en ligne le jeudi 22 juin 2017

Analyse. L’usage militant de notions comme « la race » ou l’« islamophobie » suscite un malaise croissant dans le mouvement social.

De mémoire anarchiste, ce fut une soirée plus agitée que les autres. Le 28 octobre, à Marseille, la librairie Mille Bâbords fut le théâtre d’une bagarre inédite. Un débat
organisé sur le thème « S’opposer au racialisme » fut interrompu, non par les habituels « nervis fascistes » mais par... d’autres libertaires !

Après avoir provoqué un tohu-bohu dans le local, une trentaine d’activistes se présentant comme des « personnes racisées » diffusèrent un tract qui mettait en garde les « anti-racialisateurs » et autres « petits gauchistes blancs de classe moyenne » : « Nous saboterons toutes vos initiatives », prévenaient les auteurs dudit tract, qui venaient déjà de joindre la pratique à la théorie, puisque les tables avaient été retournées, les livres éparpillés, des boules puantes lancées et une vitrine brisée...

Encore sonnés par les gifles qu’ils venaient de recevoir, des militants protestaient : parce que nous refusons de parler de race, voilà qu’on nous traite de racistes ! A l’initiative de cette réunion se trouvaient en effet des libertaires inquiets de voir nombre de leurs camarades substituer la question raciale à la question sociale.

Intitulé « Jusqu’ici tout va bien », le texte censé nourrir la discussion disait ceci :

« Ironiquement, aujourd’hui, refuser les termes de “race” ou d’“islamophobie” expose à l’infamante accusation de racisme, visant à étouffer ainsi toute possibilité de débats, de critiques et de refus. Certains anarchistes en sont rendus à proscrire le slogan “Ni dieu ni maître” sous prétexte d’islamophobie et certains marxistes pensent que pour être antiraciste, il est urgent d’ajouter la race à la classe. »

Malaise

Apparemment anecdotique, cet épisode n’en révèle pas moins le malaise que suscite, dans une partie de plus en plus large de la gauche, non seulement l’utilisation de notions comme celles de « races » ou d’« islamophobie », mais aussi des initiatives visant à promouvoir une « non-mixité racisée », à l’instar du festival afroféministe Nyansapo, qui se déroulera à Paris fin juillet (voir Le Monde du 31 mai), ou du « camp d’été décolonial » tenu à Reims en 2016.
Dans la galaxie des gauches contestataires, ce n’est pas au nom de la République
d’Elisabeth Badinter ou de la laïcité façon Manuel Valls que l’on récuse « l’idéologie racialisatrice » : c’est au nom de l’universalisme dont sont porteuses les luttes sociales. Il s’agit d’affirmer que le combat contre le racisme et les discriminations nécessite un front uni des opprimés, front que la grille de lecture « postcoloniale » menacerait de faire imploser.

Dès 2005, réagissant à « L’Appel des indigènes de la République », le philosophe Daniel Bensaïd, qui avait été de tous les combats depuis les années 1960, et qui reconnaissait la pertinence de la non-mixité sexuelle dans le mouvement féministe, soulignait les ambiguïtés d’une telle pratique sur le terrain ethnique. Il craignait une « autonomie identitaire de repli et de fermeture » qui introduirait parmi les opprimés « une forme pernicieuse de droit du sang », voire cette forme d’intolérance que Frantz Fanon nommait le « racisme antiraciste ».

Dans ses Fragments mécréants (Lignes, 2005), Bensaïd pointait « les confusions charriées par la notion non clarifiée de postcolonialisme », dont les usages militants ne sont pas toujours à la hauteur de leur théorisation académique.

« Tout se mêle et se confond dans une dénonciation brouillonne, au risque d’ajouter la division à la division, et de faire tourner à plein régime la stérile machine à culpabiliser. On aura beau user ses semelles à marcher contre la guerre, pour les droits des sans-papiers, contre toutes les discriminations, on sera toujours suspect de garder quelque part en soi un colonisateur qui sommeille. »

Imaginaire marxiste

Une bonne décennie plus tard, cette crainte s’est intensifiée, y compris chez des militants qui avaient pu adhérer aux thèses postcoloniales et qui voyaient plutôt d’un bon œil, jusqu’alors, les pratiques ponctuelles de non-mixité militante, ou la réappropriation politique du concept de « race ». Il faut dire que le rapport de force a lui aussi évolué. A l’époque de « L’Appel des indigènes », beaucoup, à gauche, reconnaissaient la nécessité de rompre avec un vieil imaginaire marxiste qui faisait de la lutte des classes l’enjeu central, la « contradiction principale » par rapport à laquelle d’autres enjeux (sexuels, raciaux ou religieux) devaient demeurer secondaires.

Aujourd’hui, nombre d’entre eux ont le sentiment que le bâton a été tordu dans l’autre sens, au point que toutes les luttes deviendraient secondaires par rapport à celles d’un « indigène » auquel les autres victimes de l’oppression auraient obligation de se rallier. « Les indigènes de la République appellent légitimement les autres forces émancipatrices à se décoloniser, c’est-à-dire à se débarrasser d’adhérences coloniales le plus souvent non conscientes. Mais ils refusent, en sens inverse, que ces forces émancipatrices les appellent à se défaire des préjugés et des pratiques inspirées par d’autres modes de domination : que le mouvement ouvrier les invite à se désembourgeoiser, que le mouvement féministe les invite à se démachiser, que le mouvement homosexuel les invite à se déshomo-phobiser... », note ainsi le sociologue Philippe Corcuff, aujourd’hui membre de la Fédération anarchiste, dans un texte paru en 2015 sur le site libertaire Grand Angle.

De cette inversion du rapport de force, certains trouvent une illustration dans la visibilité du Parti des indigènes de la République et de sa porte-parole, Houria Bouteldja, eu égard à la faiblesse militante de ce mouvement et à sa modeste implantation dans les quartiers populaires. Si ce parti marginal pèse autant, disent ses détracteurs de la gauche radicale, c’est qu’il peut compter sur l’appui exalté de quelques universitaires blancs, qui sont à l’« indigène racisé » ce que les « intellectuels petits-bourgeois » étaient jadis à l’ouvrier communiste : des compagnons de route qui barbotent dans les eaux enivrantes de la mauvaise conscience.

« Tétanie »

« Par le biais d’un chantage moral à la culpabilité blanche et collective, la non-mixité racisée est imposée comme une évidence dans le débat public, tonnent les auteurs d’un livre intitulé La Race comme si vous y étiez ! (2016, disponible sur Internet, 3 €). Alors que ces positions essentialistes issues de cénacles universitaires ne se donnent même pas la peine d’avancer masquées, une tétanie semble s’être emparée des milieux contestataires, et c’est un tapis rouge qui finit par être déroulé devant les tenants de la guerre de tous contre tous. Face à la publication d’un pamphlet ouvertement raciste comme Les Blancs, les Juifs et nous [Houria Bouteldja, éditions La Fabrique](...), les réactions sont d’une rareté et d’une timidité étonnantes. » L’outrance volontariste, parfois menaçante, du livre d’Houria Bouteldja, paru en mars 2016, semble bel et bien avoir constitué la provocation de trop pour maintes figures des gauches. Avec un tel programme, notait le directeur du Monde diplomatique, Serge Halimi,en août 2016, « toutes les balises historiques du combat multiséculaire pour l’émancipation - humaine (le rationalisme, le syndicalisme, le socialisme, le féminisme, l’internationalisme...) seront balayées par les torrents essentialistes et religieux ». Quant aux militants de Lutte ouvrière, ils faisaient valoir que les thèses de Bouteldja constituaient « la négation des idées communistes » : « Ce livre abject défend les idées les plus réactionnaires, à commencer par un antisémitisme nauséeux (...), une homophobie assumée, une exaltation de “la redoutable et insolente virilité islamique” (sic) et une prise de position contre le féminisme, dénoncé comme une exportation blanche », peut-on lire dans le mensuel Lutte de classe de février 2017.

« Traître à sa race »

Même exaspération du côté des éditions Libertalia, dont le catalogue compte pourtant des auteurs peu suspects d’hostilité à l’égard des thèses « indigènes ». « Quand ce livre est paru, on s’est dit : “Ce n’est plus possible, on ne peut pas laisser la jeune génération ‘cortège de tête’, celle qui est née à la politique dans les manifs contre la loi travail, basculer là-dedans” », confie Nicolas Norrito, coanimateur de Libertalia. Quelques mois plus tard, la petite maison libertaire publie un essai en forme de riposte, La Fabrique du musulman (160 p., 8 €). Nedjib Sidi Moussa, docteur en sciences politiques de 34 ans, y fustige « une gauche cléricale à tendance racialiste » qui mine de l’intérieur les combats pour l’émancipation et prospère sur les défaites du mouvement social. Analysant textes et prises de position, Nedjib Sidi Moussa s’étonne notamment que des militants anarchistes puissent reprendre tel quel un mot d’ordre comme celui de la « lutte contre l’islamophobie », alors qu’il sert d’étendard à des islamistes en France et, sur la scène internationale, à des Etats aussi puissants que réactionnaires. Dans un contexte où les organisations du mouvement ouvrier sont en perte de vitesse, il est inquiétant de constater que « des libertaires en viennent à tenir un langage qui s’accorde avec celui de l’Organisation de la coopération islamique », avance le chercheur. Issu d’une famille naguère engagée dans le combat pour l’indépendance de l’Algérie, - Nedjib Sidi Moussa confie être coincé « entre le marteau de la confessionnalisation et l’enclume de la racialisation ». Bien sûr, le simple fait de dire ce qu’il dit en portant le nom qu’il porte lui vaut déjà le soupçon d’être un « traître à sa race », comme on parlait jadis de « trahison de classe ». Mais cela lui permet d’exhiber l’un des aspects qui suscitent le plus sa révolte dans le discours ethno-différencialiste d’une partie des gauches : à force de rabattre toute espérance universaliste sur une stratégie de domination blanche, ce discours cloue les individus au mur des appartenances identitaires et leur barre l’accès aux chemins de l’émancipation.

Par Jean Birnbaum


Réponse de Mille bâbords à l’article de Jean Birnbaum

publié dans Le Monde daté du 10 juin 2017, sous le titre :
« La gauche déchirée par le racisme antiraciste »



L’équipe de Mille Bâbords a lu avec grand intérêt votre article dans Le Monde du 9 juin qui nous a posé problème dès la première ligne puisqu’il présentait Mille Bâbords comme une « librairie »… Il est bien regrettable que vous ne vous soyez pas informé auparavant sur qui nous étions (cf. notre site www.millebabords.org entre autres sources).

Mille Bâbords n’est pas une « librairie » (serait-ce un anglicisme malheureux de votre part ?) mais une médiathèque militante (association loi 1901 et donc sans but lucratif) qui est aussi et surtout, depuis 17 ans, un lieu associatif : un « carrefour des luttes » sur Marseille et sa région, notamment à travers son site, son agenda militant et sa lettre d’infos hebdomadaire - "Cette semaine" envoyé à environ 3000 abonné.e.s - qui en fait son succès.

Son local est bien connu pour accueillir, outre sa Médiathèque, des réunions, débats, conférences, projections pour les associations et collectifs inscrits dans les luttes sociales, locales, nationales voire internationales, du moment qu’ils entrent dans le cadre des « Mille gauches » [1].

Et ce local n’est pas réservé, au nom même de notre charte, aux seules organisations libertaires.

C’est dans ce cadre que Mille Bâbords a accueilli le 28 octobre 2016 un débat sur le « racialisme » organisé par un groupe militant n’appartenant pas à notre association, mais avec l’accord préalable de l’équipe de coordination comme de nombres événements organisés dans notre local. Ce débat a été perturbé avec l’intention revendiquée de violemment s’opposer aux thèses annoncées et "d’empêcher cette discussion’, en employant des méthodes qui peuvent difficilement passer pour « libertaire », s’en prenant physiquement aux organisateurs, au public et finalement au local.

Nous récusons donc cette « facilité » qui consiste à réduire cet événement lamentable à une confrontation entre « libertaires » ennemis. Les clivages autour de ces questions brûlantes vont bien au-delà du seul courant libertaire et même de la seule extrême-gauche. Le 28 octobre ce n’était pas la question de l’anarchisme qui était « à l’honneur » mais des thématiques plus « identitaires » : « post-colonialisme », « racialisme », luttes des « premiers concernés », poids et place des pratiques de « non-mixité choisie », « intersectionnalité », limites ou universalité de la lutte de classes… Toutes ces questions sont bien mises en valeur dans le reste de votre article. Nous aurions cependant apprécié que le cas spécifique de Marseille et de Mille Babords eût été un peu plus approfondi et un peu mieux étayé.

Mille Bâbords a heureusement reçu un soutien important (y compris financiers pour les dégâts provoqués dans le local) de nombreux militants de Marseille ou d’’ailleurs qui ont largement dénoncé cette violence qu’on aurait plutôt attendu de « fachos » ou de milices pro-israeliennes radicales mais certainement pas de ces agresseurs qui n’ont d’ailleurs signé aucun des tracts qu’ils ont laissés sur place ou communiqués publiés par la suite, se revendiquant d’un "anti-colonialisme" ou se définissant comme "militant-es racisé-es majoritairement femmes, gouines, trans de différents horizons politiques marseillais" [2] !

Sinon, le fond votre article est très intéressant et recoupe des interrogations et réflexions qui traversent depuis longtemps les "milles gauches" à Marseille, ville multiculturelle par excellence et concernent donc évidemment aussi Mille Bâbords et tou.te.s qui le soutiennent et le font vivre. Nous profitons de cette occasion pour les remercier.

L’équipe de coordination de Mille Bâbords, Marseille, le 22 juin 2017


Sur le même thème, le podcast de l’intervention de Jean Birnbaum sur France Culture
Les Trois minutes des partenaires : Jeudi 8 juin 2017

Retour en haut de la page

Notes

[2Voir les Communiqués suite à la soirée du 28 octobre 2016 à Mille Bâbords : "Chronique d’une action d’autodéfense à Marseille" + "Communiqué d’organisateurs et de participants à la soirée du 28 octobre à Mille Bâbords" ; http://www.millebabords.org/spip.php?article30042

[4Voir les Communiqués suite à la soirée du 28 octobre 2016 à Mille Bâbords : "Chronique d’une action d’autodéfense à Marseille" + "Communiqué d’organisateurs et de participants à la soirée du 28 octobre à Mille Bâbords" ; http://www.millebabords.org/spip.php?article30042

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 23 juin à 16:54, par Bazar

    Comme contribution au forum un article écrit par des personnes de Caen il y a quelques mois. Bazar.

    " Faudrait pas prendre les enfants du bon dieu , pour des canards sauvages ! "

    LE 28 OCTOBRE DERNIER, devait se tenir à Marseille, dans les locaux de l’association Mille Babords, une discussion intitulée « S’opposer au racialisme ». Cette discussion a été attaquée par un groupe se définissant comme "racisé-e-s", et déniant, au nom de leur condition de " premiers et premières concernées ", toute possibilité aux organisateurs et organisatrices du débat, et à ceux et celles qui étaient présent-e-s la légitimité d’entreprendre toute discussion.
    Dans la foulée, des participants et participantes à cette discussion ont été frappés, un Infokiosk et une bibliothèque renversés et les vitres de Mille Babords brisées. Par la suite, ces identitaires ont expliqué qu’ils et elles n’étaient venus qu’ "armé-e-s de tracts", et que la baston avait été déclenchée par des organisateurs et des organisatrices, qui ont sans nul doute pris le soin de renverser bibliothèque et infokiosk, et de briser la vitrine de l’association qui les accueillait. Il n’en demeure pas moins que les assaillant-e-s avaient promis à ceux et celles-ci de ne pas leur laisser la parole.
    Cette attaque n’est pas inédite. Quelques mois plus tôt, ce sont les locaux de la bibliothèque anarchiste La Discordia à Paris qui ont été à plusieurs reprises dégradés. Ces agressions et ces manières d’envisager la lutte ne sont pas juste des considérations d’ordre exotiques, typiquement marseillaises ou parisiennes. Elles étendent déjà depuis un moment leurs boues dans le marécage militant caennais.
    Certains compagnons en ont subi les foudres publiques lors d’un débat organisé par un collectif féministe, où des positions anti-religieuses ont été réduites à l’intériorisation de réflexes racistes. Idem, lors d’un colloque organisé à l’université de Caen autour de Pierre-Joseph Proudhon. D’autres ont essuyé le même type d’accusations lors de la loi travail, dans des AG et des moments de lutte. Enfin plusieurs d’entre nous à travers des rapports plus interpersonnels autour de leur supposé sexisme.
    Ces énoncés implacables assignent à des rôles et font fi de l’épaisseur et de la complexité du vécus des individu-e-s ou des groupes visés. Elles ont le mérite, pour celles et ceux qui les professent, de clore le débat. Dans chacune de ces circonstances, malgré des intentions parfois contradictoires, ce sont des idéologies et des grilles de lectures sensiblement identiques qui travail- lent. Ce sont d’ailleurs ces mêmes dynamiques qui ont poussé des anarchistes participant au séminaire universitaire Pratiques et pensées de l’émancipation à prendre leur distance avec l’expérience après l’invitation de Zahra Alli, l’auteure à La Fabrique de l’ouvrage Féminismes islamiques, finalement remplacée par Hanane Karimi.

    Nous n’entendons pas par cet appel nous poser en position de victimes, tant les positions de victimes ou de bourreaux sont interchangeables à l’envie, ou tant elles interdisent aujourd’hui en étant essentialisées tout débat. Nous n’entendons pas plus défendre l’idée, que dans ces histoires, il n’existe que deux camps.
    Nous ne sommes, pour notre part, pas opposés à la non mixité de quelque sorte qu’elle soit, si elle ne vise pas à prendre la parole au nom d’un peuple, d’une race fût-elle sociale, d’un genre ou d’une classe, et qu’elle interdise de la sorte toute autre prise de position. Nous confirmons que ces groupes permettent bel et bien à certains moments de déjouer des rapports de domination et d’exploitation qui peuvent traverser les groupes révolutionnaires ou les luttes. Des vécus ou des prises de conscience d’un vécu commun de femmes, d’esclaves, d’exploité-e-s, de colonisé-e-s ont toujours nourri, y compris de manière conflictuelle, les luttes révolutionnaires. A contrario, l’assignation d’individus, de groupes, de collectif, de luttes ou de Partis à priori à ces catégories et groupes sociaux ne préjugent en rien du caractère émancipateur de leur lutte. Par ailleurs, nous ne nions pas que le racisme est un rapport de domination, et affirmons depuis longtemps qu’il n’est pas un rapport de domination secondaire comme l’affirment nombre de marxistes.
    Là où par contre nous nous sentons solidaires avec des camarades révolutionnaires, c’est que dans ce débat, une poignée d’individus entendent faire taire toute parole au nom de leur prétendu race ou genre. Ce glissement est très dangereux, puisqu’il substitue à l’analyse du contenu et des intentions du discours, l’origine sociale essentialisée de celui ou celle qui le tient. Nous continuons de penser qu’une praxis révolutionnaire portée par un vieux mâle blanc est plus pertinente qu’une praxis nationaliste portée par une arabe ou une noire homosexuelle. Nous continuons également de penser par ailleurs que le racisme comme le sexisme ne sont jamais des rapports de domination univoques. La domination coloniale ou les formes d’oppression qui s’exercent sur les quartiers dits « populaires » ne peuvent, par exemple, être réduites au seul prisme du racisme, mais également à celui de l’exploitation capitaliste et étatique. Quant aux luttes décoloniales, elles ont souvent été traversées par des formes de domination : le maintien du joug capitaliste local soutenue par la construction d’Etats-nation.
    Nous continuons de refuser également de faire référence à la "race sociale", ou aux "racisé-e-s". Nous pensons non seulement que toute référence à la race, fût-elle sociale, est dangereuse dans un moment où l’éthno-différentialisme appuie ses théories racistes sur les différences culturelles, mais qu’en plus en dénonçant le stigmate, elle le renforce paradoxalement, et rend tout dépasse- ment des assignations très complexe. Nous continuons aussi de refuser d’utiliser le terme « islamophobie », parce qu’il nous semble qu’il rend difficile toute critique de l’islam, et que nous restons persuadés qu’une religion même stigmatisée reste un rapport de domination. Nous refusons également cette façon de concevoir la domination, pour ce qu’elle fabrique concrètement dans les luttes et nos relations. Enfin nous la refusons parce que, séparément ou communément, les grilles de lecture en terme d’"islamophobie", de "racisé-e-s" et de "races sociales" sont aujourd’hui l’objet d’OPA d’institutions, de groupes confessionnels et réactionnaires, de groupes douteux comme le Parti des Indigènes de la République, et d’une partie du milieu universitaire, qui visent à jouer dans le champ politique et institutionnel un rôle de représentation, et avec lesquels nous ne souhaitons entretenir aucune relation.
    Nous savons que de nombreux et de nombreuses camarades s’appuyant sur ces références ne suivent pas les mêmes lignes de lecture que ces groupes. C’est pour ces raisons que nous refusons de les assimiler. Par contre, leur refus d’exprimer clairement leurs divergences avec ces groupes, et la volonté autoritaire de certains d’entre eux et de certaines d’entre elles de faire taire toute opposition ou de légitimer les attaques de La Discordia ou de Mille babords, force à constater qu’ils et elles jouent aujourd’hui les petites mains d’un combat dans lequel ils et elles-mêmes risquent de se retrouver plus tard emporté-e-s.

    Nous exprimons donc par cette adresse, et malgré des désaccords avec certains et certaines protagonistes des débats en cours, notre solidarité à La Discordia et à Mille Babords, ainsi qu’aux compagnons et compagnonnes parfois très proches qui ont eu à subir les attaques de ces derniers mois. Nous organiserons dans les prochaines mois un certain nombre d’initiatives pour exprimer notre point de vue et notre solidarité, et appelons les compagnons et compagnonnes à ne pas détourner le regard de ce qui se joue-là, par crainte du conflit ou impression que ça ne les concerne pas, et à s’intéresser de plus près aux débats. Pour conclure nous n’entendons pas laisser intimider des camarades ou nous laisser intimider par des menaces, des insultes ou des violences.

    Caen, Février 2017. La bande à Velpo.

    http://www.millebabords.org/IMG/pdf/fin_de_concession.pdf

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 13390