Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours

Article mis en ligne le lundi 11 juin 2018

Nouveaux articles

** Désir de Mai **
par Tomás Ibáñez
- 25 mai 2018

Quelle que soit l’intensité de notre désir de voir rejaillir Mai 68
un beau jour, rien ne sert de nourrir la nostalgie de ce qui est à
jamais révolu. L’irréductible singularité de cet événement l’a
solidement enraciné dans l’histoire, le transformant du coup en un
événement qui ne saurait se répéter. Mais soyons prudents, dire que
Mai 68 ne peut resurgir ne signifie pas du tout qu’il ait cessé de
résonner fortement au sein de notre temps, ou que ses effets se
soient éteints avec le passage des ans.

Incontestablement unique, Mai 68 se réinvente néanmoins dans
l’accomplissement de chaque geste de rébellion collective, depuis
la jungle Lacandone, jusqu’à la place Taksim, en passant par
Notre-Dame-des-Landes ou par les places surpeuplées du 15 M en Espagne,
parmi bien d’autres épisodes de révoltes. Mais ne nous précipitons
pas, ici non plus, parce que dire que Mai 68 se réinvente de temps en
temps ne signifie pas qu’il n’y ait pas des différences notables entre
ses diverses réinventions. (...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Desir-de-Mai


** Sur le voyage
Scotch et bière **

par Natalie
- 22 mai 2018

Abidjan, le 21 mai 2018
Chers,

Il y a de cela une semaine, à l’aéroport Charles-de-Gaulle, quelques
jeunes enragés (pour certains déménageurs de grilles propriétés du
théâtre de l’Odéon) ont tenté de convaincre des passagers qui se
rendaient au Caire, de protester, de refuser de mettre leur ceinture,
d’exiger de parler au pilote, seul maître à bord. En vain. Soit que
les passagers aient été pressés d’arriver à destination, soit que le
pilote ait été sourd, l’avion a décollé à l’heure.

À son bord, il y avait M., un homme égyptien vivant, avec de sérieux
problèmes de santé, en France depuis onze ans. Tout juste sorti d’une
hospitalisation, devant les portes même de l’hôpital, M. avait été
arrêté et "placé" en centre de rétention. Sans accès à son
traitement durant quarante-trois jours, M. voyagea, au 44e jour,
bouche scotchée, sous escorte policière. (...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Sur-le-voyage-Scotch-et-biere


** Ce fut aussi cela, Mai 68 **
par Henri Simon
- 21 mai 2018

En mai 1968, j‘avais quarante-cinq ans et déjà derrière moi vingt
et trois années de militantisme syndical et politique (bien que j’aie
toujours renié le titre de militant, refusant le sens classique de ce
mot d’œuvrer ardemment pour une cause politique précise). À la fois,
j’étais animateur d’un groupe d’opposition syndicale dans la boîte
où je travaillais depuis 1945, et en partie animateur du groupe de
travailleurs Informations correspondance ouvrières (ICO) — issu du
groupe Socialisme ou barbarie — qui ne rassemblait guère plus d’une
vingtaine de travailleurs à Paris. Dès les premiers jours de Mai  68,
ICO s’était soudainement gonflé d’un afflux de près d’une centaine
de sympathisants, principalement des étudiants et des intellos. Tout
cela est une autre histoire et contrairement à nombre de ceux qui,
tous à la retraite, tentent de mettre sur le papier les faits et
méfaits de leur jeunesse d’alors, je n’écrirai rien sur ce que fut
"mon" Mai 68, sauf les quelques notes qui suivent. (...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Ce-fut-aussi-cela-Mai-68


** Notes anthropologiques (XIV) **
par Georges Lapierre
- 20 mai 2018

Bref éloge du cannibalisme
Première partie, la réalité

Le culte rendu à Xipe Tótec par les Mexica nous plonge aux fondements
religieux de la civilisation où l’être se confond avec sa nourriture :
l’homme de maïs. La nourriture, le maïs, est essentiellement
spirituelle, à la fois produit de la vie sociale et générant la vie
sociale, l’esprit se faisant chair. Au cours de la cérémonie
"tlacaxipehualiztli" consacrée à Xipe Tótec, "Notre Seigneur
l’Écorché", les prisonniers immolés en haut du temple aussi bien que
les captifs morts dans un combat simulé étaient écorchés et
dépouillés par les prêtres. Leur peau était portée comme un trophée
pendant les vingt jours du mois "tozoztontli" consacré au dieu ; et
les corps, dépecés et mangés au cours d’un banquet rituel, comme si
les Aztèques devaient prendre au mot l’expression "homme de maïs".
(...)
Lire la suite -> https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XIV


LA VOIE DU JAGUAR
informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et
collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 13575