Une tribune pour les luttes

ATTAC Marseille solidaire des salarié.e.s de McDonald’s

Article mis en ligne le dimanche 12 août 2018

La chaîne de fast-food américaine a décidé de fermer parmi ses restaurants ceux dont les chiffres sont déficitaires. En particulier le McDonald’s de Saint-Barthélémy, qui emploie 77 personnes, dont 55 en contrat à durée indéterminée. Les salariés se mobilisent depuis des mois et occupent l’établissement. Selon eux, il n’y a pas de repreneur fiable et leurs emplois sont en danger.

Mardi 7 août, le conflit a pris une tournure dramatique avec la tentative du sous-directeur de s’immoler. L’homme est finalement sorti du restaurant, et les salariés occupent toujours le restaurant après la décision de suspension par le tribunal. Depuis, le projet de reprise de six restaurants marseillais McDonald’s, dont celui de Saint-Barthélémy, a été suspendu.

L’audience du tribunal de grande instance de Marseille aura lieu le 20 août, et déterminera alors si les ventes des Mcdonald’s vont être annulées ou non.

Le système McDonald’s, c’est une "enseigne", ou plus exactement, une multinationale, qui s’enrichit quoi qu’il arrive : sur la santé de ses clients, sur leur désir de faire plaisir à leurs enfants, sur le dos de ses salariés, sur le dos des services publics puisqu’elle se soustrait à l’impôt en France et en paye très peu ailleurs.

McDonald’s, ce sont 1 400 restaurants en France dont 80 % de franchisés : 24 % de leur chiffre d’affaires part dans les paradis fiscaux - 1 milliard d’euros d’impôts évités en 4 ans !

Géant de la restauration rapide, McDonald’s est présent dans les plus grandes métropoles mondiales et dans de très nombreux pays : son chiffre d’affaire mondial avoisine les 30 milliards de $.

Le système des franchisés, c’est zéro risque et le gain assuré. En effet, un franchisé verse d’abord et obligatoirement des “royalties” à son franchiseur, en échange de la renommée de l’enseigne du franchiseur. Le franchiseur profite par là des bénéfices du franchisé, mais ne supporte jamais une partie des pertes si les affaires tournent mal pour le franchisé. Ainsi la multinationale – McDonald’s en l’occurrence-, est gagnante quoi qu’il arrive.

Que des salariés soient maltraités, que certains propriétaires cumulent les magasins, que quelques restaurants coulent et les salariés avec, elle s’en moque !

Que ses salariés aient été scolarisés et formés dans les écoles de la République : c’est tout bénéfice !

Qu’un repreneur ait des méthodes de voyou, se paye des gros bras pour agresser les salariés en lutte, ce n’est pas son problème !

Les salariés de McDonald’s de Saint-Barthélémy se battent pour leur emploi.

Nous invitons chacune et chacun à les soutenir et à faire connaitre leur lutte.

Attac France est membre du collectif « McDo passe à la caisse » qui mène des actions partout en France pour réclamer la relocalisation des bénéfices de McDonald’s, qu’il paie ses impôts et 13 € de l’heure pour tous les salarié·e·s. Joignez-vous aux actions dans votre région et à Marseille qui se dérouleront du 8 au 15 septembre dans le cadre de la campagne européenne #PasAvecNotreArgent.

Attac Marseille, le 12 août 2018.

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Attac Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4425