Une tribune pour les luttes

Menace d’expulsion imminente dans le 3e arrdt de Marseille

Appel à la lutte solidaire

Collectif La fabrique des partages

Article mis en ligne le mercredi 3 octobre 2018

Dans une caserne désaffectée du 3ème arrondissement de Marseille appartenant à la ville, 3 rue Masséna, se sont réfugiés, depuis plusieurs mois, une centaine d’exilés, faute de solutions d’accueil institutionnel dans notre ville.
Ces personnes vivent en bonne intelligence avec l’ensemble des habitants du quartier. Face à leur dénuement et à leur fragilité, le voisinage, des habitants et des associations de la Belle de Mai et d’ailleurs ont décidé d’organiser des formes de solidarité pour répondre à leurs besoins fondamentaux.

Nous exigeons des conditions d’accueil et de vie qui respectent la dignité humaine.

Un large collectif s’est constitué sur le quartier de la Belle de Mai : « la Fabrique des partages » afin d’apporter une réponse collective face aux besoins en couvertures, vêtements, produits alimentaires et d’hygiène. Des membres du collectif les accompagnent aussi dans leurs démarches administratives et de santé. Des matches de foot s’organisent pour créer du lien et offrir un moment de détente à ces personnes que l’État maltraite.

Ce mercredi 26 septembre, des policiers accompagnés de personnels de la métropole et de la mairie centrale se sont introduits dans la caserne pour signifier aux résidents demandeurs d’asile de quitter les lieux dans les 15 jours à venir, avec une menace d’expulsion imminente qui n’est pas officiellement déclarée par la préfecture.

NOUS AVONS MAINTENANT LA CERTITUDE QUE CE SERA LES 7 ET 8 OCTOBRE

Devant l’urgence de cette expulsion intolérable, nous exigeons pour ces personnes en demande d’asile comme pour tous les habitants de notre quartier et de notre ville, le respect de leurs droits humains fondamentaux :

Logement – éducation - santé – sécurité –
Liberté de circulation.

Nous demandons le relogement de toutes ces personnes dans des conditions dignes.

Nous refusons cette mesure administrative et policière inhumaine qui condamnera des habitants de notre quartier à l’errance.
Nous appelons dès à présent à la mobilisation citoyenne la plus large et, dès information de la date de l’intervention policière de mener ensemble une action de résistance.

Des logements, des bâtiments publics sont libres à Marseille, demandons la RÉQUISITION pour loger toutes les personnes concernées par les expulsions.

Le Collectif « la fabrique des partages », pour des infos, pour nous soutenir :
lafabriquedespartages chez gmail.com

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Migrations c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 115

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1140