Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours

Article mis en ligne le lundi 3 décembre 2018

Nouveaux articles

** "Contribution à l’émergence de territoires libérés
de l’emprise étatique et marchande" **

par Ernest London - 30 novembre 2018

Fort du constat que "jamais la terre et la vie n’ont été dévastées,
avec un tel cynisme, pour un motif aussi absurde que cette course au
profit", Raoul Vaneigem se prête au jeu du "que faire ?". Il tente
d’échapper aux vaines injonctions au "devoir de lucidité" en
livrant ses proposions : réunir "la conquête du pain et la conquête
de la vie authentique" par l’émergence de territoires libérés de
l’emprise étatique et marchande.

Raoul Vaneigem commence par un traditionnel état des lieux, dézingue
à tout va : la dictature du profit et le culte de l’argent, le
totalitarisme démocratique qui a "si bien gangrené les mentalités que
personne ne refuse de payer à l’État des impôts qui, loin
d’améliorer le sort des citoyens, servent désormais à renflouer les
malversations bancaires", la désertification de la terre et de la vie
quotidienne, la colonisation consumériste, le capitalisme spéculatif et
financier et la résignation qui entérine le tout. Le capitalisme moderne
a réduit la valeur d’usage à zéro tandis que la valeur marchande tend
vers l’infini : "La valeur spectaculaire est une valeur marchande."
(...)->https://www.lavoiedujaguar.net/Contribution-a-l-emergence-de-territoires-liberes-de-l-emprise-etatique-et

** Un défi, une autonomie réelle,
une réponse, diverses propositions
et quelques anecdotes sur le nombre 300 **

par SCI Galeano, SCI Moisés - 28 novembre 2018

Suite et fin de la participation de la Commission Sexta de l’EZLN
à la rencontre des réseaux de soutien au Conseil indigène de
gouvernement et à sa porte-parole. Août 2018.

(...) dans notre autonomie et à propos d’elle — vu qu’on discute de
savoir si elle va être reconnue ou ne va pas être reconnue —, nous
avons fait ce raisonnement : l’autonomie officielle et l’autonomie
réelle. Celle qui est officielle est celle qui est reconnue par les
lois. La logique serait : vous avez une autonomie, maintenant je la
reconnais dans une loi, alors votre autonomie commence à dépendre de
cette loi et ne conserve plus ses formes, puis, quand il va y avoir
un changement de gouvernement, alors vous devez soutenir le "bon"
gouvernement, et voter pour lui, promouvoir le vote pour lui, car si
arrive un autre gouvernement, ils vont vous enlever la loi qui vous
protège. Ça fait donc de nous les pions des partis politiques, comme
cela s’est produit pour des mouvements sociaux dans le monde entier.
Ce qui compte, ce n’est plus ce qui s’effectue dans la réalité, ce qui
est défendu, mais ce que la loi reconnaît. La lutte pour la liberté
se transforme ainsi en lutte pour la reconnaissance légale de la lutte
elle-même. (...)->https://www.lavoiedujaguar.net/Un-defi-une-autonomie-reelle-une-reponse-diverses-propositions-et-quelques

** L’Escargot de notre vie
Le festival de cinéma "Puy ta Cuxlejaltic" **

par Joani Hocquenghem - 24 novembre 2018

Sur l’écran géant, les participantes à la Rencontre internationale des
femmes en lutte de mars dernier au Caracol de Morelia chantent et
dansent, échangent des expériences et des idées. Suivent les portraits
filmés de la commandante Ramona, d’Angela Davis, celui de Marichuy, la
candidate des zapatistes et du Congrès national indigène à l’élection
présidentielle, et des épisodes de sa tournée de l’an dernier à
travers le pays ("La candidata imposible" et "Gira").

Dans l’Auditorio Comandanta Ramona, la salle tout neuve, immense,
30 mètres sur 35 à vue de nez, au sol étagé suivant la pente de la
colline, où trône le gros projecteur 2K flanqué de baffles qui assurent
un son dolby tonitruant, deux mille ombres alignées sur les bancs,
silhouettes masquées de foulards et de passe-montagnes, les "bases
d’appui" des cinq zones zapatistes, cultivateurs de maïs et de café
tsotsiles, tseltales, choles, tojolabales, mames, zoques, observent,
prennent des notes sur des calepins, font des remarques, réagissent ou
restent silencieux, jaugent ou se distraient, chuchotent ou somnolent.
(...)->https://www.lavoiedujaguar.net/L-Escargot-de-notre-vie-Le-festival-de-cinema-Puy-ta-Cuxlejaltic

** Madagascar, 1947 :
les morts sans nombre d’une insurrection
Entretien avec Jean-Luc Raharimanana **

par Olivier Favier, Raharimanana - 19 novembre 2018

En 2007, l’écrivain malgache Jean-Luc Raharimanana a consacré à la
mémoire de cette insurrection un texte d’une grande force polémique et
poétique intitulé simplement Madagascar 1947.

Je viens à la question quels sont les vecteurs de l’histoire ? Je suis
à ma place, écrivain, artiste. Je reprends ces matières de l’histoire
car je constate que ce qui fait mon présent, une île en proie à la
misère et à la corruption, vient du fait que mon pays n’a pas pris le
temps de réfléchir à son histoire, nous nous sommes laissé submerger
par les événements et souvent les gens ne savent plus pourquoi ils se
détestent, pourquoi ils ne parviennent pas à travailler ensemble… Nous
n’avons pas eu de chroniqueurs ou d’historiens pour nous raconter les
deux pacifications. Par contre, nous avons beaucoup de témoignages
oraux. Est-ce de l’histoire ? Ce sont en tout cas des matières pour moi
écrivain. D’où l’exposition photographique "47, portraits
d’insurgés", avec Pierrot Men. Je mets des visages sur ces anciens
rebelles, des visages d’aujourd’hui, de vieux hommes, de vieilles
femmes, des porteurs de mémoire, avant qu’ils ne partent
définitivement, et avant que les générations futures ne se retrouvent
sans mémoire. (...)->https://www.lavoiedujaguar.net/Madagascar-1947-les-morts-sans-nombre-d-une-insurrection-Entretien-avec-Jean

P.-S.

LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 13675