Une tribune pour les luttes

Lettre d’information du site "La voie du jaguar"

Article mis en ligne le mardi 29 janvier 2019

Nouveaux articles



** Notes anthropologiques (XXIX) **
par Georges Lapierre - 22 janvier 2019

Le capital ou la visibilité de l’Idée (I)
Première partie, aperçu théorique

Il convient de prendre le mot "idée" dans le sens originel du terme :
l’idée qui se trouve au point de départ de l’activité humaine.
C’est dans ce sens originel que j’ai usé jusqu’à présent du
concept de pensée : la pensée comme activité pratique de communication.
L’idée est ce qui met en branle la pensée comme activité pratique de
communication, l’idée se réalisant grâce à la pensée spéculative
générant l’activité sociale. Je distingue, sans doute un peu
légèrement, l’idée de la pensée en précisant que l’idée active la
pensée. Le plus souvent, ces deux termes se confondent dans la mesure
même où l’idée anime la pensée. L’idée est contenue dans la
pensée, à la fois comme point de départ et comme point d’arrivée.
Elle est ce qui met en branle la pensée, qui déclenche son mouvement
créateur de réalité, l’étincelle qui met le feu aux poudres, en
quelque sorte ; le big-bang à partir duquel se développe tout le
procès de création du réel. Elle se trouve aussi à la fin du procès
de la pensée comme idée réalisée, comme réalité pleine d’esprit.
Cette distinction est seulement hypothétique, une hypothèse théorique
qui peut s’avérer intéressante, elle serait plutôt d’ordre
épistémologique : faciliter notre compréhension théorique de la réalité
— et, en ce qui nous concerne, la compréhension théorique de l’activité
marchande et de la marchandise. (...)
> https://www.lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXIX

** Le combat des zapatistes est le combat universel
de la vie contre la désertification de la terre **

par Raoul Vaneigem - 21 janvier 2019

Alors que les intérêts financiers et le totalitarisme de l’argent tuent
tout ce qui vit en le transformant en marchandise, le vent d’une révolte
se lève et se propage, issue moins du souffle des idées que de
l’existence intolérable imposées aux hommes et aux femmes du monde
entier.

Cela fait cinquante ans que ce qu’il y avait de plus radical dans le
Mouvement des occupations de mai 1968 a manifesté son refus de cette
imposture qu’était le "welfare state", l’état de bien-être
consumériste. Il y a vingt-cinq ans qu’a retenti le "¡Ya basta !"
par lequel les zapatistes manifestaient leur volonté de décider
librement de leur sort en formant des collectivités capables de mettre
fin à l’oppression qui depuis des siècles bafouaient leurs droits et
leur dignité d’hommes et de femmes. Si cette expérience d’une vraie
démocratie a très vite suscité des échos bien au-delà d’un petit
territoire, dont le mensonge médiatique aurait aimé souligner le
caractère strictement local, c’est que le volcanisme de cette éruption
sociale faisait resurgir dans l’émoi la ligne de rupture sismique
tracée par la liberté tout au long de l’histoire. (...)
>https://www.lavoiedujaguar.net/Le-combat-des-zapatistes-est-le-combat-universel-de-la-vie-contre-la

** Lettre internationale de solidarité et de soutien
à la résistance et à l’autonomie zapatistes
(janvier 2019) **

19 janvier 2019

(...) Nous partageons le rejet exprimé par l’EZLN face à des grands
projets qui affectent gravement les territoires autonomes et les formes
de vie des peuples indiens, en particulier des peuples mayas qui
habitent le sud-est du Mexique.

Nous dénonçons par avance toute agression contre les communautés
zapatistes, soit directement de la part de l’État mexicain, soit à
travers des groupes "civils", armés ou non armés.

Nous rendons le gouvernement mexicain responsable de toute confrontation
qui pourrait survenir dans le cadre de la mise en œuvre de ces grands
projets, qui correspondent à un modèle suranné de "développement",
insoutenable et destructeur, décidé depuis les sommets du pouvoir et en
violation ouverte des droits des peuples originaires.

Nous appelons les personnes généreuses à surmonter l’actuelle
désinformation concernant aussi bien l’expérience zapatiste que les
grands projets mentionnés, et à demeurer en alerte face au risque
d’agressions contre les communautés zapatistes et les peuples
originaires du Mexique.
>https://www.lavoiedujaguar.net/Lettre-internationale-de-solidarite-et-de-soutien-a-la-resistance-et-l

** Appel à converger vers Saint-Victor
pour les quatre ans de l’Amassada **

par L’Amassada - 17 janvier 2019

Un huissier accompagné de gendarmes a délivré aux occupants de
l’Amassada l’ordonnance du TGI de Rodez : "Ordonnons l’expulsion de
tout occupant se trouvant irrégulièrement sur lesdites parcelles et
ce sous astreinte de 2 000 euros par jour calendrier entamé par
infraction constatée et par personne contrevenante." Selon notre
avocat, cela présume une expulsion très rapide.

En assemblée, ce soir, nous avons décidé d’appeler : 1. À converger
dès maintenant sur l’Amassada car cette nouvelle façon de gérer les
luttes par l’amende doit être combattue en tant que telle. Cette
guerre psychologique est, semble-t-il, la nouvelle manière de
neutraliser les luttes territoriales et écologistes. Nous refusons de
nous y plier, c’est pour cela que nous serons au petit matin sur les
barricades. Garez vos voitures dans le village et montez à l’Amassada
masqué·e·s pour éviter les amendes. (...)
> https://www.lavoiedujaguar.net/Appel-a-converger-vers-l-Amassada

** "Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers États" **
par Ernest London - 14 janvier 2019

À la recherche de l’origine des États antiques, James C. Scott,
professeur de science politique et d’anthropologie, bouleverse les
grands récits civilisationnels. Contrairement à bien des idées reçues,
la domestication des plantes et des animaux n’a pas entraîné la fin du
nomadisme ni engendré l’agriculture sédentaire. Et jusqu’il y a
environ quatre siècles un tiers du globe était occupé par des
chasseurs-cueilleurs tandis que la majorité de la population mondiale
vivait "hors d’atteinte des entités étatiques et de leur appareil
fiscal".

La première domestication, celle du feu, est responsable de la première
concentration de population. La construction de niche de biodiversité
par le biais d’une horticulture assistée par le feu a permis de
relocaliser la faune et la flore désirables à l’intérieur d’un cercle
restreint autour des campements. La cuisson des aliments a externalisé
une partie du processus de digestion. Entre 8000 et 6000 avant notre
ère, Homo sapiens a commencé à planter toute la gamme des céréales et
des légumineuses, à domestiquer des chèvres, des moutons, des porcs,
des bovins, c’est-à-dire bien avant l’émergence de sociétés étatiques
de type agraire. (...)
>https://www.lavoiedujaguar.net/Homo-domesticus-Une-histoire-profonde-des-premiers-Etats

P.-S.

LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et
collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | ... | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | ... | 13865