Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours

Article mis en ligne le dimanche 10 février 2019

Nouveaux articles

** Anarchistes d’Espagne : les années Paname **
par Nedjib Sidi Moussa - 7 février 2019

Dans "Dédicaces. Un exil libertaire espagnol (1939-1975)", Freddy Gomez
raconte les années parisiennes d’anarcho-syndicalistes ayant fui la
victoire des troupes franquistes.

Dès l’incipit, Freddy Gomez souligne le caractère fictionnel de ces
"Dédicaces" tout en indiquant que son récit se déploie "au croisement
de la mémoire et de l’imaginaire". L’auteur — à qui l’on doit le
"bulletin de critique bibliographique" en ligne "À contretemps", fondé
avec sa compagne Monica Gruszka (1948-2016) — raconte, à mots couverts,
les circonstances dans lesquelles il a été amené à entreprendre son
récit.

Si les premières pages s’ouvrent avec gravité sur le deuil et la
défaite, le thème du roman demeure l’exil, celui des libertaires
espagnols entamé après la guerre civile et cette "révolution sociale
trahie, poignardée, empêchée". Son protagoniste principal, Cristobal
Barcena, relève de la fiction même si l’écrivain précise qu’il
"emprunte parfois à des personnages qui ont réellement existé". (...)
- > https://www.lavoiedujaguar.net/Anars-d-Espagne-les-annees-Paname

** Invitez-vous à l’Amassada ! **
par L’Amassada - 7 février 2019

Cinq arrestations le 7 février au matin

Ce matin à 9 heures, les habitants de l’Amassada ont été cernés par
les forces de l’ordre et arrêtés. Cinq personnes ont été mises en
garde à vue dans des commissariats de l’Aveyron. Les habitats de
l’Amassada n’ont pas été attaqués.

Qu’importe les tentatives de RTE (Réseau de transport d’électricité)
pour nous intimider et faire taire toute contestation, nous sommes
déterminé·e·s à défendre nos campagnes contre leur industrialisation
forcée, comme nous l’avons prouvé à nouveau en nous retrouvant samedi
19 janvier pour fêter les quatre ans de l’Amassada comme il se doit !
Des masques, des rires, des danses surtout, qui nous ont réchauffé le
cœur et le corps.

RTE ne pourra jamais détruire tout ce que nous avons construit pendant
ces quatre années, et nous continuerons à défendre ce hameau, symbole
de notre lutte. Ce fut un moment de joie et de chaleur, dont nous
avions bien besoin. L’hiver est parfois rude sur nos causses. Nos
chaumières laissent passer quelque vent glacial, et ce sont les êtres
qui passent, même en courant d’air, qui nous donne la force de tenir.
- > https://www.lavoiedujaguar.net/Invitez-vous-a-l-Amassada

** Notes anthropologiques (XXX) **
par Georges Lapierre - 5 février 2019

Le capital comme idée ou l’Idée comme capital (II)
L’art du détournement ou la mésaventure des pierres trouées
de l’île de Yap

Le capital est une idée qui agit, il est l’idée du genre qui se fait
effective, il est l’idée qui génère le genre humain. Ce n’est pas
une idée ordinaire, il est l’Idée avec majuscule, l’Idée majuscule,
celle qui génère l’être humain et qui donne naissance à la pensée,
et l’anime. Le capital est l’idée du genre qui anime l’être humain.
Il est à la fois l’idée qui constitue l’être, qui constitue
l’intimité corporelle de l’homme et de la femme, celle qui anime le
sujet, une idée éminemment subjective, mais cette idée créatrice du
sujet, du sujet pensant, se matérialise, se fait objective, elle
apparaît, elle se fait apparente, elle devient visible. Elle manifeste
son universalité en devenant apparente, en prenant forme, en devenant
objet du désir et de la passion de tout un chacun, elle déborde le
sujet, l’individu, femme ou homme, elle devient un article de foi, un
consensus social, elle concentre et cristallise l’esprit d’une
communauté, l’esprit créateur de la vie collective, générant la vie
sociale. Elle devient un objet fascinant, un objet magique et la magie
fonctionne. À l’origine de l’humain, se trouve la pensée magique.
Du fait de notre suffisance, nous ne voulons pas le reconnaître, et
pourtant… En elle (ou dans le capital) se conjuguent intériorité
et extériorité. Les deux, intériorité et extériorité, s’y mélangent
et c’est bien ce qui constitue l’énigme ou le mystère du capital. (...)
- > https://www.lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXX

** "La Rébellion zapatiste" **
par Ernest London - 3 février 2019

Jérôme Baschet analyse comment le zapatisme est une critique, un
dépassement du guévarisme. Il raconte le processus de transformation
d’un groupe d’avant-garde révolutionnaire en un mouvement indigène de
résistance. L’EZLN est une guérilla qui s’est transformée en armée
régulière en surmontant son extériorité avec la population paysanne,
en passant d’une lutte politico-militaire à une lutte plus politique
que militaire, en rupture avec la tradition latino-américaine.
"Le zapatisme est la guérilla de la fin de la guérilla."

Le zapatisme est également une critique du léninisme dans le sens où il
refuse la prise du pouvoir, militaire comme électorale, mais construit
une nouvelle forme de pouvoir politique par en bas, une organisation
politique construite depuis la société elle-même, dans une logique
d’autonomisation et d’auto-organisation. Même si l’origine marxiste
du "cocktail zapatiste" n’est jamais niée, le zapatisme revendique
le droit à l’indéfinition et apparaît comme "une critique en acte
des expériences révolutionnaires du XXe siècle". (...)
- > https://www.lavoiedujaguar.net/La-Rebellion-zapatiste

** Communiqué du Congrès national indigène
et du Conseil indigène de gouvernement
pour le vingt-cinquième anniversaire
du soulèvement armé de l’EZLN **

par CNI - 29 janvier 2019

Nous, les peuples, nations et tribus qui formons le Congrès national
indigène et le Conseil indigène de gouvernement, saluons avec fierté le
vingt-cinquième anniversaire du soulèvement armé de l’EZLN, depuis que
le 1er janvier 1994, notre parole a arrêté de demander l’aumône pour
exiger la justice et pouvoir nous reconnaître dans les droits que nous
avons commencé à exercer depuis ce jour-là, non seulement au Chiapas,
mais dans tous les recoins indigènes de notre pays. Ce jour-là, un
nouveau chapitre dans notre vie collective a commencé à s’écrire.
C’est la tête haute que nous marchons sur les pas de nos ancêtres,
semant ceux des générations futures, avec la conviction de continuer
à rester des peuples, des nations et des tribus.

À travers la guerre qui se déchaîne contre nous, nous nous sommes vus
reflétés dans le cheminement des communautés indigènes zapatistes,
sachant que dehors il n’y a que des menaces à notre encontre, tout cela
au nom de la richesse pour seulement quelques-uns. Pour nous, ils nous
offrent le choix de migrer en abandonnant nos territoires, ils nous
offrent le deuil pour nos morts face à la violence, face à la pollution,
face à la persécution et la prison, ils nous offrent la peur et la
résignation. (...)
- >https://www.lavoiedujaguar.net/Communique-du-Congres-national-indigene-et-du-Conseil-indigene-de-gouvernement

** Paroles du CCRI-CG de l’EZLN aux peuples zapatistes
lors du vingt-cinquième anniversaire du début de la guerre
contre l’oubli **

par EZLN, SCI Moisés - 28 janvier 2019

Paroles du sous-commandant insurgé Moisés

(...) L’heure est venue pour nous, les peuples zapatistes, et nous
voyons que nous sommes seuls.

Je vous le dis clairement, compañeras et compañeros bases d’appui,
compañeras et compañeros miliciens et miliciennes, c’est comme ça que
nous le voyons, nous sommes aussi seuls qu’il y a vingt-cinq ans.

Nous sommes apparus pour réveiller le peuple du Mexique et le monde
entier, seuls, et aujourd’hui, vingt-cinq ans plus tard, nous voyons que
nous sommes seuls. Pourtant nous sommes bien allés le leur dire, nous en
avons organisé des rencontres, vous le savez bien, compañeras,
compañeros, vous en avez été témoins ; nous sommes allés les
réveiller, nous sommes allés le dire aux pauvres du Mexique, de la
campagne et de la ville.

Beaucoup nous ont ignorés ; certains s’organisent effectivement, et nous
espérons qu’ils continuent à le faire, mais la majorité nous a
ignorés.

Mais nous avons fait notre travail et il en reste encore beaucoup à
faire, et c’est pour cela que nous vous parlons clairement, compañeros
et compañeras. (...)
- >https://www.lavoiedujaguar.net/Paroles-du-CCRI-CG-de-l-EZLN-aux-peuples-zapatistes-lors-du-vingt-cinquieme

** Déclaration de la deuxième assemblée nationale
du Congrès national indigène ★ Conseil indigène de gouvernement **

par CNI - 28 janvier 2019

Depuis la deuxième assemblée plénière du Congrès national indigène et
du Conseil indigène de gouvernement [CIG], qui s’est déroulée du 11 au
14 octobre au Cideci-UniTierra à San Cristóbal de Las Casas, Chiapas,
nous nous adressons avec respect aux compañeras et compañeros qui font
partie des réseaux de soutien au CIG, ainsi qu’aux peuples de ce pays
et du monde afin de nous voir, de nous consulter et ainsi franchir de
nouvelles étapes dans la construction de ce nouveau monde dont nous
avons besoin.

Nous le disons avec urgence, parce que nous qui sommes peuples
originaires, au travers de notre lutte contre la grave maladie causée
par le capitalisme, nous tissons la vie, car c’est le devoir que nous
avons reçu de nos ancêtres. Celui-ci consiste, pour nous, à construire
la vie et la faire croître dans chaque recoin avec espoir, un espoir
qui parie sur la mémoire et sur les temps à venir. Nous tissons en
collectif en tant que peuples, et au fil de ce travail, nous nous
tissons aussi en tant que personnes.

Nous sommes des réseaux au sein de nos localités, où nous cherchons en
collectif à n’avoir qu’une seule parole qui soit le reflet de notre
terre-mère, de sa vie et du battement de son cœur. (...)
- >https://www.lavoiedujaguar.net/Declaration-de-la-deuxieme-assemblee-nationale-du-Congres-national-indigene-%E2%98%85

P.-S.

LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | ... | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | ... | 13865