Une tribune pour les luttes

Contre la répression ! Pour la justice sociale !

Grève générale et interpro !

Article mis en ligne le lundi 18 mars 2019

Pour un coup d’arrêt à la politique gouvernementale et patronale de régression sociale continue, par le blocage de l’économie, la grève, la mobilisation la plus large possible, dans et hors des entreprises !

« Le plus important c’est que les gens rentrent chez eux ! »
Voilà ce que clament les journalistes vedettes de BFM et autres haut parleurs de la pensée dominante ! Du côté des médias, chiens de garde des grands patrons en passant par les professionnels de la politique, la panique gagne les représentants de la classe possédante ! Le mouvement des Gilets Jaunes aura permis entre autres choses, depuis maintenant dix-huit semaines, de réactiver dans les discours et les actes l’expression encore confuse mais déterminée de la lutte des classes.

Langage du pouvoir, faux débat et vraie parole
Le langage du pouvoir assigne toujours les contestataires à une meute sans voix et dont la parole inaudible ne compte pas ! Depuis dix huit semaines, celles et ceux qui battent le pavé ou occupent des ronds-points se conduisent non pas comme une meute illégitime ou des bêtes de somme bonnes qu’à être contraintes et endiguées par les rabatteurs de l’État, mais comme des femmes et des hommes ayant une parole authentique, qui n’expriment pas seulement de la colère ou de la souffrance, mais manifestent aussi et surtout une intelligence collective qui engage sur des propositions concrètes un destin collectif : une exigence phagocytée par un Grand pseudo-débat national !

Encore l’autoritarisme comme réponse
Ce mouvement populaire réclame d’abord d’en finir avec la politique autoritariste d’un président manager symbole arrogant d’un système cynique et avec la répression policière digne d’une démocrature !
Après avoir fait passer en force la Loi Travail par ordonnances dans un mépris total de l’ensemble des personnes concernées, les salarié•es, et sans même considérer les corps intermédiaires, le gouvernement continue son train de réformes antisociales (et ce malgré plus de trois mois de contestation réprimée dans la violence). En réponse à la colère, il n’offre que des miettes libérales et corporatistes (prime de 100 euros, heures supplémentaires défiscalisées…).

Toujours les mêmes attaques libérales
Alors qu’il est demandé plus de justice sociale et l’arrêt de sa politique libérale, le gouvernement continue à faire payer l’ensemble des personnes vivant de leur travail ou des dispositifs de solidarité. Ainsi, il s’attaque une fois de plus au principe même de l’Assurance Chômage et de Retraite sans oublier la Fonction Publique qui se verra soumise aux mêmes mesures déjà mises en oeuvre par la Loi Travail.

Alors se soumettre … ou se battre !

Nous ne pouvons pas accepter le diktat d’un gouvernement qui est visiblement au service des plus riches et des plus grosses entreprises, au détriment de l’ensemble de la population sommée de payer des impôts et des taxes au profit au final de ces « malheureux » qui possèdent la quasi-totalité des richesses.
Si ce gouvernement ne veut pas entendre notre colère, alors opposons à sa politique libérale l’exigence par « ceux d’en bas » d’une réelle justice sociale par la grève générale.

Même si Macron ne veut pas ...
Alors la lutte engagée contre les tenants d’un système radicalement injuste doit être menée jusqu’à son terme et même si Macron ne veut pas ... nous ne rentrerons pas chez nous !

Nous appelons tou•tes les salarié•es, retraité•es, lycéen•ne s, étudiant•es, les privé•es d’emploi, les Gilets Jaunes, syndiqué•es ou non, à se rejoindre dans des manifestations communes et à se se retrouver en AG sur les lieux de travail ou dans la rue pour décider ensemble de la poursuite de la lutte.

MANIFESTATION • départ Vieux Port
Mardi 19 mars 2019 • 10 h 30

PDF - 190.1 ko
CNT13 Tract 19 mars 2019
Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 21 mars à 11:49, par bernard

    Salut,
    J’ai lu le tract de la CNT pour la manifestation du 19/03. Puisque Mille Babords est un lieu de confrontation politique, je voudrais donc réagir aux positions contenues dans ce tract, et notamment sur le mouvement des Gilets Jaunes considéré comme "une expression confuse mais déterminées de la lutte de classe". Je suis très surpris qu’on considère de cette manière le mouvement des Gilets Jaunes comme une expression encore confuse de la lutte de classe. Pour ma part les Gilets Jaunes, ce n’est pas la classe ouvrière. C’est une masse confuse de citoyens qui petit entrepreneur, professions libérales, patrons de petites entreprises comme les Eric Drouet et autre Ludowsky et perdu dans cette petite bourgeoisie des ouvriers, nombreux certes, mais qui ne se considèrent pas comme faisant partie de la classe ouvrière mais du "peuple français" avec drapeau tricolore et Marseillaise, qui rappelons le est le drapeau et le chant des massacreurs de la Commune. Dans les manifestations ouvrières, c’est le drapeau rouge et l’Internationale. Deux mondes complètement différents. Dans les revendications ouvrières, ce n’est pas les taxes et autres impots qui sont réclamés, mais des augmentations de salaire, on manifeste contre la dégradation des conditions de travail. Le peuple est réactionnaire, la classe ouvrière porte en elle une autre société dans sa lutte contre le capitalisme, même si elle en est loin d’en avoir conscience aujourd’hui. Bernard

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

CNT 13 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 155