Une tribune pour les luttes

Communiqué

Libérez Mama Africa !
Solidaire au 59 St Just

Article mis en ligne le dimanche 5 mai 2019

Appel à rassemblement devant le TGI de Marseille Lundi 6 Mai à partir de 12h

Hier, samedi 4 mai, vers 18h, au squat Saint-Just, Marseille, se sont présentés 4 fonctionnaires de police. Ils disaient venir pour faire retirer une banderole exposée sur la façade du bâtiment depuis le mois de décembre. Cette banderole rappelle la responsabilité de la présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône quant à la non-prise en charge des mineur.e.s isolé.e.spar les institutions :

« SOS MINEUR.E.S EXILÉ.E.S. Martine VASSAL HORS LA LOI ».

Cette journée de samedi était dédiée à un moment de solidarité, avec diverses activités et la préparation d’un repas collectif en soirée. La situation était comme d’habitude parfaitement paisible et conviviale. L’arrivée de la police a immédiatement créé de la peur, de l’incompréhension et de la tension. La situation s’est envenimée lorsqu’un des policiers a commencé à filmer les personnes présentes (solidaires et habitant.e.s) et à prendre des photos avec son smartphone.

Une des solidaires, surnommée « Mama Africa » par les habitant.e.s, présente depuis le mois de décembre au squat, et particulièrement investie dans la vie de la maison auprès des familles et des jeunes, a été interpellée, plaquée au sol, menottée, avant d’être enfermée en garde à vue.

- Nous dénonçons l’intervention sans motif légitime de la police et nous questionnons l’origine de cette opération. Elle survient à quatre jours de l’assignation au tribunal des habitant.e.s du squat, par l’actuel propriétaire, le Diocèse de Marseille, dans le cadre de la procédure d’expulsion lancée à l’encontre du 59Saint-Just. Le procès aura lieu ce jeudi 9 mai à 14h.

- Nous dénonçons les moyens dépensés et le déploiement policier dans l’objectif d’ôter une banderole tandis que les mêmes institutions ne portent pas secours aux personnes qui dorment à la rue.

- Nous dénonçons les conditions violentes dans lesquelles ont eu lieu cette interpellation et l’emploi injustifié de la force.

-  Nous dénonçons les pratiques policières consistant à la prise en photo des solidaires, des habitant.e.s,sans leur consentement.

- Nous exigeons la libération immédiate de notre amie solidaire, sans aucune poursuite judiciaire.

RAPPEL

Ce bâtiment appartenant au Diocèse a été ouvert le 18 décembre 2018 pour dénoncer le fait que de nombreuses personnes, dont une majorité de mineurs, se trouvent en danger, sans hébergement, et dorment dans la rue, à la gare Saint-Charles ou la Halle Puget. Les familles en demande d’asile devraient être hébergées par la Préfecture tandis que les mineur.e.s isolé.e.s étranger.e.s devraient être mis.e.s à l’abri parle Conseil Départemental.

Nous condamnons encore une fois la répression menée contre les solidarités envers les personnes migrantes comme dans la vallée de la Roya ou au col de l’Echelle. Elles s’ajoutent à la politique actuelle réprimant toute forme de contestation du pouvoir, de mouvement d’entre-aide ou qui lutte pour plus de Justice Sociale.

NON A LA TRAQUE DES SOLIDAIRES !!!
NON AU DÉLIT DE SOLIDARITÉ !!

Le Collectif 59 St-Just / fb : Collectif 59 St Just / collectif59stjust chez gmail.com

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4480

Migrations c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 135