Une tribune pour les luttes

Sans droit ni titre ? Pourtant des droits, on en a !!

Article mis en ligne le mercredi 8 mai 2019

Conférence de presse et rassemblement de soutien au Collectif 59 St-Just
ce jeudi 9 mai 2019 à 14h00
Devant le Tribunal d’Instance de Marseille

Les habitant.e.s et solidaires du bâtiment occupé au 59 avenue de St-Just sont convoqué.e.s en urgence ce jeudi 9 mai au Tribunal d’Instance de Marseille, dans le cadre de la procédure d’expulsion lancée par le Diocèse, actuel propriétaire du bâtiment.

Loin des caricatures véhiculées par celles et ceux qui en réclament l’expulsion, le 59 St-Just constitue, depuis plus de 4 mois, un lieu d’habitation sûr, rassurant et bienveillant pour les personnes en très grande précarité qui y trouvent refuge pour fuir la rue et ses dangers. Actuellement, 80 mineurs vivent dans le bâtiment, dont 20 ont moins de 5 ans ; au total 147 personnes pour lesquelles le Collectif 59 St-Just a mis en œuvre l’accès à leurs droits, au relogement ou à une mise à l’abri, à la scolarité, aux soins, à un accompagnement et à un suivi personnalisé.

à ce titre, le Collectif déplore la volte-face opérée par le Diocèse. On se souvient de la "solidarité naturelle" revendiquée en décembre dans les médias par ses représentants ; solidarité qui se voulait illustrée par le rétablissement du gaz et de l’électricité, et par le refus de demander l’expulsion en l’absence de solutions de relogement durable pour tous et toutes les habitant.e.s de St-Just. Il n’y a pas eu de relogement durable pour tous et toutes de la part des institutions responsables : la Préfecture, l’OFII et le Conseil Départemental. Le Diocèse aurait pu choisir de poursuivre ces institutions qui ne respectent pas leurs obligations légales. Désormais, il n’est plus question de sa part que d’une volonté d’expulsion.
Ci-gît la charité chrétienne.

Parce que le « problème » de St-Just n’est pas celui de rendre sa propriété privée au Diocèse, mais celui du non-respect des droits par le CD, la Préfecture et par l’OFII de leurs obligations d’hébergement et de mise à l’abri. Sur ces questions, la Préfecture et l’OFII font la sourde oreille et le CD donne plus d’importance au retrait d’une banderole qu’aux mineur.e.s dont il a la charge.
Ci-gisent les obligations légales.

Ce procès sera-t-il celui d’une occupation d’un bâtiment diligentée par le Diocèse ou celui des institutions qui sont réellement responsables de l’hébergement des habitant.e.s de St-Just ? La justice reconnaîtra-t-elle le péril que courent les personnes qui n’ont pour seul lieu d’habitation que les trottoirs de Marseille ? Reconnaîtra-t-elle la légitimité pour les mineur.e.s isolé.e.s et les familles de se mettre à l’abri par leurs propres moyens dans des bâtiments vides, quand ils et elles se trouvent confronté.e.s aux défaillances des institutions qui ont l’obligation de leur proposer un toit ? Accordera-t-elle un délai à ce lieu d’abri temporaire, le temps que soient ouvertes des places d’hébergement en quantité suffisante, tel que le requiert la loi ? Ci-gît le droit inconditionnel à l’hébergement ?

Le Collectif appelle à une conférence de presse et à un rassemblement de soutien devant le Tribunal d’Instance de Marseille ce jeudi 9 mai à 14h00 pour rappeler cette évidence : le droit au logement doit primer sur le droit à la propriété d’un bâtiment vide, d’autant plus lorsqu’il est question d’enfants, d’autant plus quand les habitant.e.s sont victimes de la démission invraisemblable des pouvoirs publics, département et préfecture en tête.

Le Collectif 59 St-Just
collectif59stjust chez gmail.com

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4465

MARSEILLE c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 55

Migrations c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 125