Une tribune pour les luttes

Salut régulier et chaleureux à tous les exploités de ce monde pourri

Les grands ne nous paraissent si grands que parce que nous sommes à genoux. Levons nous !

Article mis en ligne le jeudi 23 mai 2019

Les grands ne nous paraissent si grands que parce que nous sommes à genoux. Levons nous !
Devise de l’Hebdomadaire : "Les révolutions de Paris" paru entre juillet 1789 et février 1794.

Depuis près de 6 mois, les Gilets Jaunes occupent l’Espace social – Rond-points, rues, magasins, etc., mais aussi l’espace médiatique - réseaux sociaux, télévisions, radios etc.

Pas un jour sans gilet jaune...
Le peuple des exploités a faim ! Son ventre crie ! Sa colère guide ses pas contre les exploiteurs, les capitalistes et leur État . C’est en effet le même État bourgeois, qui, depuis toujours nous exploite et chouchoute les riches ! Et pour cela, peu importe leur porte parole : Macron, Hollande, Sarkosy…).
Dans un premier temps, en novembre et décembre, l’État tremble, fait semblant de reculer, puis, pour espérer désamorcer la crise, propose un grand débat.
Alors que le peuple des exploités a faim !! Un grand débat ne remplit pas l’estomac ! Les Gilets Jaunes démasquèrent la manoeuvre du pouvoir. Ils refusèrent de participer à la grande mascarade.
Les illusions n’engagent que ceux qui y croient. Aussi pouvons-nous dire que nous ne sommes pas déçus de ce grand débat, car nous n’en attendions rien !! Il dévoile une fois de plus le parti pris de l’État et de ses pantins au service des riches capitalistes. Pour eux, seul leur profit compte ! Peu leur importe la misère qui s’accumule au sein de la société !!!
Cette misère au XXI° siècle est inadmissible. Aujourd’hui en 1 journée de travail on produit ce que l’on produisait en 40 jours en 1750 !! (productivité ). Matériellement, les forces sont là ! Et l’on pourrait vivre correctement à condition de produire pour les hommes et non pour le profit, l’opulence de quelques uns. Ce qui nous en empêche ???! C’est l’État, ses polices, ses armées, ses lois, toutes au service du Fric autrement dit le capital.

C’est l’avenir que nous allons construire qui donne sa force et sa poésie au mouvement des masses exploitées du XXI°siècle. Nous allons rompre avec ce passé et ce présent misérable. La critique que nous faisons de cette société détrompe l’homme. Cet homme détrompé doit graviter autour de lui même, c’est à dire autour de son véritable soleil. Pour cela, L’Homme qui a tout perdu devra être tout... C’est donc le peuple exploité, le peuple travailleur qui doit s’emparer de la société et la transformer.

C’est seulement à ce moment que L’homme sera tout pour l’homme.
Notre force de 30 000 à 300 000 Gilets Jaunes en colère a suffi à leur faire peur. Mais c’est aussi la sympathie de l’ensemble des travailleurs envers les Gilets Jaunes qui fait peur à l’État.
Il est important de rencontrer tous ceux qui luttent dans leurs usines, lieux de travail. Ensemble, avec tous les travailleurs, les exploités gagneront.
Il est important aussi de s’organiser. On peut toujours et encore rejoindre ou créer les assemblées générales dans chaque ville.
Non à la propriété privée des moyens de production (usines, grandes terres, immeubles, aéroports, trains, autoroutes, etc.)

Égalité des revenus !

Travail pour tous (y compris pour les grands patrons et actionnaires qui n’ont jamais rien foutu !)

Exigeons notre dû !

Nous sommes tous des derniers de cordée !

A bas ! A bas ! A bas les Exploiteurs. Abolition des privilèges !

Ce système capitaliste ne veut rien donner ou ne peut rien donner à ceux qui produisent les richesses.

A bas ce système d’exploitation ! il nous faut autre chose ! Un système sans aucune exploitation, réglé et organisé par l’ensemble des travailleurs en lutte.
Solidarité avec tous les travailleurs !

Pour l’union grandissante des exploités qui ne veulent plus l’être.
Nous ne sommes rien ??? Soyons tout !

Misère poète

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 13860