Une tribune pour les luttes

Les fêtes de l’internet

La NTI, technologie salvatrice ?

par Hamid Hajami

Article mis en ligne le samedi 29 avril 2006

La Nti est elle une technologie salvatrice capable de relancer la resolution des problémes dont soufre le tiers monde ?

La nouvelle technologie de l’informatique a suscité de nombreuses controverses dans les milieux intellectuels tiers-mondistes, bien que la plupart des voix qui s’élèvent pour applaudir ou maudire la NTI déchoient parfois dans la pure simplicité en approchant sous un angle romantique le phénomène, s’éloignant ainsi de l’objectivité nécessaire à toute tentative de conceptualisation ou de jugement.
Loin d’être la baguette magique d’Alice ou la lampe merveilleuse d’Aladin, qui, d’un clin d’œil, réalisera le miracle, la nouvelle technologie s’introduit dans le tiers monde à l’instar des autres outils précurseurs de la communication, avec sa procession manichéenne, ses bons et ses mauvais côtés, et malgré tout elle demeure tributaire ou dépendante d’autres critères de nature principalement socio-économique, et comme c’était le cas pour les outils antérieurs, elle ne peut être pensée hors du champ de ces critéres.

Inégalité d’accès au NTI

Pareillement aux autres outils de la communication, la NTI est inégalement accessible dans le monde, et selon de récentes statistiques réalisées par l’Union internationale de télécommunication, il existe une flagrante inégalité dans l’accès à l’Internet ; le nombre de serveurs, par 1 million d’habitants, qui dépasse le millier dans les pays développés ne dépasse pas quelques dizaines dans la plupart des pays sous-développés, ce qui incite à penser que la fonction civilisatrice de la NTI ne peut se réaliser pleinement sans la résolution de ce problème d’inégalité d’accès. Bien plus, l’analyse des principales statistiques de l’évolution et de la croissance de la NTI révèle que l’essor de cette dernière ne peut se déployer sans une infrastructure qui permette à tout un chacun de bénéficier de nouveaux moyens de communication, sans une volonté politique, voire sans cohésion sociale, puisqu’il s’avère vain de parler d’essor d’Internet ou de NTI sans un respectable produit national brut par habitant.

La Censure

La censure - du fait que la NTI est à peu près aussi contrôlable que la circulation des magazines et des revues - l’empêche de remplir sa tâche civilisatrice, pédagogique, éducatrice, voire libératrice, car elle constitue un véritable obstacle ajouté aux autres obstacles qui entravent la liberté d’expression. Ainsi, de nombreux Etats policiers se sont dotés déjà de dispositifs spéciaux, fournis par le soin méticuleux de leurs mécènes nordiques, dans le but de renforcer la « sécurité de la nation » dans des nations vassales et dans le but vantard, illégal, de surveiller les probables rêves virtuels susceptibles de menacer « la paix de la nation », pour bien sûr être à jour, après avoir maté à coups de matraque et de persécution les rêves exprimés.

Naguère, lors d’une campagne de soutien à un internaute persécuté en Tunisie, nombre de sites furent censurés pour avoir osé soutenir un innocent internaute condamné parce qu’il avait usé de son droit fondamental d’expression ; c’est le cas du portail de journalisme Categorynet. Et tout en fermant l’œil sur les sites malsains et banals qui favorisent la désintégration sociale et poussent au choc de cultures, ces gouvernements s’acharnent dans leur vigilance ; au lieu de remplir sa fonction libératrice, la NTI se transforme en un outil redoutable de persécution et de contrôle illégal et pervers de la population, et au lieu d’être un outil de communication avant-gardiste au service des bonnes causes, il se métamorphose en outil réactionnaire et d’arrière-garde de dressage et de remodelage idéologique des masses, pour le conditionnement de futurs consommateurs. Il convient aussi de soulever la question des services d’Internet, étant donné que les produits virtuels qui sont à la portée de minorités dans les pays sous-développés ne représentent pour la plupart que des bribes de services, le strict minimum, rudimentaires dans leur ensemble, insuffisants et sans grande valeur comparativement à la multiplicité infinie des services qu’offre l’univers du Web .

Les barrières linguistiques

Les barrières linguistiques, elles aussi constituent des entraves à l’essor de la NTI, et comme pour la censure, l’outil unificateur oeuvrant au rapprochement entre les cultures dans la perspective de créer un monde meilleur se transforme en un outil de cantonnement et d’enveloppement, au lieu de développement. Et faute de contrôle, on sombrerait prochainement dans l’impérialisme linguistique. Les langues des pays économiquement dominants seront les langues dominantes culturellement, et par déduction, on pourrait parler de future extinction de certaines langues au profit d’autres.

Néanmoins, malgré toutes les entraves qui empêchent la NTI de jouer son rôle d’outil de communication inventé pour aider et non pour nuire, sa valeur pratique se trouve déterminée ou définie en fonction du degré de conscience de l’utilisateur, et aussi, peut-on avancer, du degré d’engagement moral de l’utilisateur, dont dépend la nature de l’utilisation de l’outil.

Depuis la nuit des temps, l’humanité a connu des inventions charnières, qui ont changé le cours de l’histoire, comme le langage, l’écriture, le feu, et bien d’autres encore.

Peut-on considérer l’Internet ou la NTI comme une invention de cette catégorie, révolutionnaire, au sens de progressiste ?

Certes, la rapidité et le gain en temps dans la plupart des communications relationnelles parviennent à changer et le rythme et la nature de la communication entre les êtres, et ceci d’une manière presque parfaite ; l’information, qui circule à une vitesse sidérale, la gestion du temps -qui revêt une importance indubitable et vitale dans tout type de communication-, tous ces facteurs font que la NTI passe pour devenir une variable d’une grande valeur dans l’existence de l’être humain.

C’est ainsi que se présente la notion de la NTI solidaire, ou de la NTI libre, ou mieux encore de la NTI révolutionnaire, et déjà bon nombre d’esprits libres se ruent dans ce chemin millénaire, et les résultats sont très prometteurs.

Oui, on peut se permettre de parler d’outil révolutionnaire, mais sans omettre que c’est un outil à double tranchant, susceptible d’être révolutionnaire dans les deux sens, et que la lutte pour un monde meilleur demeure toujours en cours. C’est seulement un outil de plus, qui s’offre à la portée des deux antagonistes, et le camp qui saura optimiser cet outil fulgurant sera le gagnant dans le combat perpétuel entre dominés et dominants, entre favorisés et défavorisés.

Pour les secteurs qui utilisent la communication comme fer de lance dans leurs campagnes d’ouverture sur l’extérieur, comme l’associatif, le culturel, le solidaire, l’Internet s’avère d’une utilité impériale, avec le gain en temps, en frais, qui devient à la disposition des acteurs de ces secteurs, puisqu’il permet de maintenir et d’entretenir les relations et les informations, les actions qui facilitent la communication, et permet une large marge de manœuvre qui tend à être déterminante dans la plupart des cas.

C’est pourquoi la NTI, certes, évoluera en fonction de la prise de conscience que pourra en avoir l’utilisateur, et ne pourra accomplir sa fonction révolutionnaire que si cette prise de conscience est suffisamment lucide pour l’optimiser et le transformer en une authentique valeur ajoutée, au service de l’humanité, pour contribuer au rapprochement des cultures et à une unification des esprits libres à travers le monde. Mais considérer cet outil comme une potion magique capable de résoudre les problèmes dont souffre le tiers monde serait le signe d’une incontestable inaptitude dans la compréhension de la nouvelle invention qui, déjà, ne cesse d’éblouir l’esprit humain par les perspectives qu’elle offre, et par les divers mondes et univers virtuels qu’elle engendre.

Cependant, on ne peut nier qu’une brèche, une petite brèche, dans la muraille qui sépare les divers mondes, est ouverte, et pour choisir une métaphore plus explicite encore, l’outil informatique jette des ponts virtuels entre les deux rives, ponts qui pourront à moyen terme réunir les hommes, où qu’ils vivent et quels qu’ils soient.

Hamid Hajami

libhamid chez yahoo.es

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Tribune libre c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 245