Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours

Article mis en ligne le mercredi 31 juillet 2019

Nouveaux articles


** Sur le plancher des vaches **

par Natalie - 27 juillet 2019

Comme suggéré en conclusion des cieux précédents,
j’ai, dans ces parages, laissé traîner des assertions
quelque peu lapidaires. Aussi, de façon à m’en
expliquer auprès de vous, ai-je décidé d’établir
une nouvelle science nommée "technontologie",
laquelle se donne pour objet un champ d’investigation
suffisamment rébarbatif pour que jamais personne
n’ait envie d’en entendre parler, raison pour
laquelle j’entreprends de l’établir ici sur des bases
solides, soit scientifiques, ce qui enlève toute
possibilité d’en réfuter la nécessité ainsi que les
fondements.

Qu’est-ce donc que la technontologie ? C’est simple,
il s’agit de la science qui investigue l’ontologie
sise dans la technologie, laquelle ontologie transite
massivement par la culture mondialisée du travail,
souvent nommée managériale, ce que l’on pose d’emblée
ici comme réducteur. (...)
- > https://lavoiedujaguar.net/Sur-le-plancher-des-vaches

** Bure : le bois Lejuc est réoccupé ! **
par Bure résistance - 20 juillet 2019

Près de Bure, le bois Lejuc est réoccupé depuis le
18 juillet à 14 heures. De nombreuses personnes ont
réinvesti ce lieu, au sol comme dans les arbres,
pour réaffirmer leur opposition au projet de centre
d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, au
nucléaire et à son monde, industriel, colonial,
militaire.

Les forces policières qui occupaient jusque-là ce
lieu stratégique et protégeaient les intérêts de
l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets
radioactifs) ont été contraintes de quitter les lieux.
Nous appelons dès maintenant à converger dans le bois
Lejuc ainsi que dans les villages de Bure et
Mandres-en-Barrois, situés à deux kilomètres de la forêt.

Le bois Lejuc est sur la zone du projet de poubelle
nucléaire. L’Andra projette de le défricher pour y
faire des fouilles archéologiques et des forages, et
à terme de le bétonner pour y construire des puits
de ventilation. Le bois a déjà été occupé à deux
reprises auparavant, en juillet 2016 puis du
15 août 2016 au 22 février 2018, date à laquelle
500 gendarmes ont expulsé la forêt et détruit les
habitations des occupant·e·s. (...)
- > https://lavoiedujaguar.net/Bure-Le-bois-Lejuc-est-reoccupe

** Notes anthropologiques (XXXIX bis) **
par Georges Lapierre - 17 juillet 2019

Et si nous parlions encore une fois d’argent ? (IV)
Suite mexicaine à la "note anthropologique XXXIX"
consacrée à l’argent

Le Mexicain vit sans doute plus intensément le
caractère ambigu que représente l’argent :
l’argent est la monnaie d’échange reconnue
universellement dans l’univers de l’échange
marchand et cet univers de l’échange marchand
est en train de s’étendre sur toute la société,
personne ne peut y échapper et ne prétend pouvoir
y échapper, même s’il existe encore quelques
plages sans argent dans les interlignes de la
société mexicaine. L’argent est devenu une
nécessité pour tous les Mexicains. C’est le
premier point et il ne présente aucune ambiguïté.
C’est le deuxième aspect de la vie mexicaine qui
apporte une ambiguïté : l’attachement des Mexicains
à ce que j’appellerai l’échange cérémoniel.
Cet "échange cérémoniel", nous le retrouvons partout,
sous tous les aspects et sous tous les angles de la
vie sociale, de la naissance de l’enfant aux
funérailles de la grand-mère ou du grand-père en
passant évidemment par le mariage des parents et les
quinze ans de la fille. Il y a aussi les anniversaires,
l’entrée et la sortie de l’école, du collège, du lycée
ou de l’université. Ce ne sont là que les échanges
cérémoniels sur le plan familial mais au cours desquels
sont invités non seulement tous les membres du lignage
mais aussi les "compadres" et les "commadres", les amis
et les voisins. (...)
- > https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXXIX-bis

** Hugo Blanco : Le futur est indigène **
par Hugo Blanco - 15 juillet 2019

Dans une interview accordée au magazine en ligne
Guernica, Hugo Blanco, l’une des figures emblématiques
des luttes sociales en Amérique latine, parle des
mouvements autochtones d’aujourd’hui, du changement
climatique et de la protection de la nature.

Des milliers d’indigènes se gouvernent eux-mêmes
démocratiquement avec le principe "diriger en obéissant".
Les gens choisissent un groupe d’hommes et de femmes
comme gouverneurs, mais ne choisissent pas de président
ni de secrétaire général ; toutes les personnes désignées
ont le même rang. Après quelque temps, ils sont tous
remplacés, il n’y a pas de réélection, ainsi tout le monde
passe aux commandes et personne n’est indispensable.
Quand un sujet très important est débattu, ils organisent
une assemblée générale qui décide collectivement.
Aucune autorité, à aucun niveau, n’est payée. Ce sont
comme des fermiers et chacun a sa part. Les drogues et
l’alcool sont interdits. Je ne sais pas si l’on doit
appeler ça du socialisme, de l’anarchisme ou du
communautarisme et cela ne m’intéresse pas. J’ai bien
aimé ce que m’a dit une camarade : "Ils m’ont élue.
S’ils m’avaient élue comme gestionnaire de communauté,
ça n’aurait pas eu d’importance parce que j’aurais encore
pu cuisiner pour mon mari et mes enfants. Mais ils m’ont
élue pour la commune. Alors qu’est-ce que j’allais faire ?
Je devais voyager. Je devais apprendre à mes enfants à
cuisiner, et c’était bien, parce que maintenant les épouses
de mes fils peuvent accepter un poste éloigné et mes fils
savent cuisiner." Et donc ils avancent. (...)
- > https://lavoiedujaguar.net/Hugo-Blanco-Le-futur-est-indigene

P.-S.

LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie
individuelle et collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 13860