Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours

Article mis en ligne le jeudi 29 août 2019

Nouveaux articles

** Et nous avons brisé l’encerclement **
par EZLN, SCI Moisés - 25 août 2019

Communiqué du Comité clandestin révolutionnaire indigène
Commandement général de l’Armée zapatiste de libération nationale

Voici notre parole, la même qu’hier, qu’aujourd’hui et que demain
car c’est une parole de résistance et de rébellion.

En octobre 2016, il y a presque trois ans, lors de leur vingtième
anniversaire, les peuples frères organisés dans le Congrès national
indigène, main dans la main avec l’EZLN, se sont engagés à passer
à l’offensive dans la défense du territoire et de la terre-mère.
Poursuivis par les forces du mauvais gouvernement, les caciques,
les entreprises étrangères, les criminels et les lois, comptant
les morts, les agressions et les moqueries, nous, les peuples
originaires, les gardiens de la terre, avons décidé de passer à
l’offensive et d’étendre notre parole et notre action de
résistance et de rébellion.

Avec la formation du Conseil indigène de gouvernement (CIG) et la
désignation de sa porte-parole, Marichuy, le Congrès national
indigène (CNI) s’est donné pour tâche d’apporter, aux frères et sœurs
de la campagne et de la ville, la parole d’alerte et d’organisation.
L’EZLN est aussi passée à l’offensive dans sa lutte de la parole,
de l’idée et de l’organisation. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Et-nous-avons-brise-l-encerclement

** D’une gargote athénienne **
par Babis - 21 août 2019

Longtemps, Babis, alias "Kostas", a tenu une taverne souterraine
dans le quartier de Gazi à Athènes. Il évoque ici ce lieu qui
"réalisait la fusion entre le passé et le présent". La parole
est à l’ex-tavernier.

Dans le très renommé guide touristique américain "Frommer’s", un
fils d’immigrés grecs nommé Petros a voulu décrire l’originalité
de cette taverne athénienne dont je voudrais faire ici l’éloge…
par détours, paraît-il : "Le secret le mieux gardé d’Athènes.
Quand mon grand-père m’a parlé de cette petite taverne souterraine à
Gazi, ce devait être en 1985 ou en 1986, quelques années après la
fermeture de la polluante usine à gaz, événement qui a entraîné Gazi
et les quartiers environnants dans un délabrement considérable. Lui
et ses amis y venaient pendant la guerre, à l’abri des bombardements,
se régaler de plats chauds et de vin au tonneau. C’était au début de
l’occupation nazie et avant la famine. Dans leurs patrouilles nocturnes,
les nazis n’arrivaient même pas à trouver l’endroit, malgré les
nombreuses fois où le rébétiko y résonnait fort. Mon grand-père n’a
jamais cherché à retrouver la taverne après la guerre. Je pense qu’il
ne se doutait pas qu’elle était toujours là. Alors, imaginez ma
surprise… Il n’y a pas de nom, numéro de téléphone, pas de réservations
et les cartes de crédit ne sont pas acceptées." (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/D-une-gargote-athenienne

** Cinquième Fête du vent
du 6 au 9 septembre 2019 **

par L’Amassada - 20 août 2019

À l’Amassada, sur les hauteurs de Saint-Victor, l’occupation et la
lutte continuent…

Aujourd’hui il y a deux écologies, deux écologies incompatibles.
L’une, partant du sensible, entend libérer la Terre de sa dévoration
capitaliste. L’autre écologie, gouvernementale, se veut le fer de lance
de nouvelles formes de contrôle social et poursuit l’accélération de
la catastrophe sous toutes ses formes. Ce qui nous occupe à l’Amassada,
dans la lutte contre un des nœuds de cette écologie industrielle avec le
méga-transfo RTE-EDF est bien de problématiser ce conflit entre les deux
écologies. Et donc de problématiser notre rapport au monde. À son
habitabilité.

Partout, la farce de l’écologie capitaliste a fini de faire rire.
L’urgence est bien d’en finir avec une conception toxique du monde,
ne voyant en celui-ci que ressources à phagocyter, que matières à
transformer. Ici contre le projet de méga-transfo RTE-EDF, contre cet
échangeur géant des autoroutes de l’électricité soi-disant verte,
nous avons décidé d’interrompre localement le cours de cette
aliénation faite de béton, d’acier, de communicants livides, de
grillage sécurisés, de paramètres d’optimisation, d’intelligence
artificielle (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Cinquieme-Fete-du-vent-du-6-au-9-septembre-2019

** Suite mexicaine (III) **
par Georges Lapierre - 15 août 2019

La guerre sociale au Mexique
Première partie : un survol de la question

La guerre sociale apparaît comme une constance de la vie mexicaine,
elle n’est pas la "révolution qui vient", elle est un acharnement :
acharnement à défendre ce qui a été construit dans l’ombre,
acharnement à reconstruire une vie sociale entre les uns et les autres.
Cette vie sociale qui s’est construite dans les marges de la
civilisation de l’argent se trouve menacée par l’irrésistible ascension
de la civilisation de l’argent. Ce mouvement irrépressible de la
domination est en passe de coloniser les derniers noyaux, les derniers
bastions, de la vie communale, d’une vie sociale autonome reposant sur
la réciprocité et non sur la séparation entre ceux qui auraient la
pensée dans sa fonction sociale (les capitalistes) et ceux qui en
seraient dépossédés — vaste histoire de l’humanité à laquelle j’ai
consacré par ailleurs quelques notes brouillonnes.

Cette extension de la civilisation de l’argent, qui est la forme qu’a
pu prendre le mouvement de la domination à son apogée, a pris des
proportions énormes, à tel point qu’elle a suscité des réactions et
des guerres à caractère religieux avec le fondamentalisme musulman ;
pourtant la religion des clercs est déjà l’expression d’une pensée
séparée, un moment de l’aliénation, et, en ce sens, facilement
récupérable, quand elle ne se présente pas comme l’avant-garde du
mouvement de la domination et de la séparation. (...)
- > https://www.lavoiedujaguar.net/Suite-mexicaine-III

** Sur le plancher des vaches (II)
Bibles **

par Natalie - 12 août 2019

Paris, le 7 août 2019
Amis,

Vous en conviendrez aisément, la "technontologie" ne saurait débuter
autrement qu’en définissant de quelles "bibles" elle s’inspire. La
chose faite, il sera temps de s’intéresser aux "religions" y
afférentes, pour en arriver finalement aux "croyances et cultes"
(on envisage de conclure vraiment sur un chapitre "anecdotes").
Aujourd’hui, donc, il sera question des bibles. La description qui vous
en est proposée est à la fois partielle, longue et indigeste. Ce pensum
s’est toutefois révélé incontournable puisque c’est lui qui nous
permettra de faire ultérieurement une analyse des ressorts de quelques
moteurs à croyances, analyse qui ne saurait être qu’absolument
passionnante.

La "valorisation" de la démarche étant posée, nous allons pouvoir à
présent "challenger" ces deux évidences :

La culture professionnelle actuelle s’est mondialisée pas à pas,
depuis les années 1980, en suivant le mouvement de
fusion-acquisition-délocalisation des entreprises, lesquelles ont
évolué, tant que faire se peut, vers la forme de multinationales.

La culture professionnelle se transmet en particulier via la formation
continue, laquelle s’est mise en place de façon structurée en Europe
au cours des années 1970. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Sur-le-plancher-des-vaches-II-Bibles

P.-S.

LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 13880