Une tribune pour les luttes

Des nouvelles du front

A propos de Thomas Piketty, le retour !

Au sujet de l’activité éditoriale de Thomas Piketty

Article mis en ligne le vendredi 20 septembre 2019

Je n’ai pas lu Le Capital au XXIe siècle et je ne lirai probablement pas Capital et idéologie. Les remarques qui suivent seront donc extrêmement lacunaires, je me contente de considérer l’entretien publié dans Le Monde du 6 septembre 2019 et celui dans Libération du 11 septembre comme des textes se suffisant en eux-mêmes.

Soit, comme Piketty, il s’agit de réformer la propriété à l’intérieur de la propriété (tout en disant qu’on la « dépasse » mais on la conserve aussi – voir entretien à Libération), mais alors les exclusions et inégalités inhérentes à la propriété persistent, soit il s’agit d’abolir la propriété mais alors il faut considérer la propriété comme une forme juridique nécessaire, mais inhérente au rapport de production que sont le travail productif et l’exploitation, c’est-à-dire la séparation du travail et de ses conditions qui sont l’essence et la raison d’être de la propriété dans le mode de production capitaliste (ce qui explique les quelques ambigüités de Marx qui parfois situe les formes juridiques dont la propriété dans les « superstructures » et parfois dans la « base économique »). Il faut distinguer l’appropriation du surtravail qui appartient aux rapports de production du « droit de propriété ». Quel que soit le « droit de propriété », le capital d’une société coopérative s’approprie le surtravail des coopérateurs soumis à l’échange et leur surtravail entrant dans la péréquation générale. Dans le chapitre sur la Genèse de la rente foncière capitaliste, Marx indique que le « sceau de la loi » est un « facteur indispensable de chaque mode de production qui doit prendre la forme d’une société solide, indépendante du simple hasard et de l’arbitraire. » (Le Capital, éd. Sociales 1967, t.8, p.174). Le rapport entre la propriété des moyens de production et le travail salarié productif n’est pas de nature juridique bien qu’il soit nécessaire qu’il prenne cette forme en raison de la « solidité de la société » et de la nature même du mode de production capitaliste. En effet, c’est seulement sur la base du mode de production capitaliste que l’ensemble des éléments de la structure économique se répartit intégralement en marchandises (y compris la force de travail) et en échangistes.

Si la propriété est beaucoup plus large que celle des moyens de production c’est cependant sur la base de la séparation travail/ capital que se produit cet « élargissement » dans la mesure où toute la production étant production pour l’échange elle implique partout la reconnaissance de la propriété (pas d’échange sans propriété). La propriété ne fait ni les classes, ni la dépossession, ni la pauvreté (de ce point de vue, il faudrait cependant faire un sort à part, média, à la propriété foncière). C’est la présence nécessaire des catégories marchandes dans le procès de production qui explique la présence nécessaire des catégories juridiques. Non seulement chez Piketty il y a indistinction des rapports de production et du juridique (de l’appropriation et du « droit de propriété »), mais encore cette indistinction fait disparaitre les rapports de production eux-mêmes au profit du « droit de propriété » et, qui plus est, ce dernier n’est que l’effet de « l’idéologie propriétariste ». La seule propriété significative du point de vue du procès de production est celle des moyens de production dans la mesure où ils absorbent, s’approprient le travail vivant, chez Piketty, c’est la propriété juridique en général, un droit de consommation quelconque. La propriété des moyens de production n’est plus qu’une forme particulière de cette propriété juridique générale.

Pour Piketty, la propriété est suffisante par soi, subsistant par soi. Le rapport de production dont elle est l’existence nécessaire est l’interdit inscrit dans, circonvenant et définissant sa problématique. Cet interdit fait de son discours proprement une idéologie, revendiquée il est vrai comme telle mais pas dans ce sens. C’est le propre de l’illusion idéologique de l’idéologie sur elle-même que de s’auto-destiner à transformer le réel qu’elle a mis, ici, entre parenthèses comme développement économique neutre (progrès). Voir sur ce dernier point l’incroyable inversion historique et causale effectuée par Piketty entre le mode de production capitaliste et la révolution industrielle (entretien dans Le Monde). Cette dernière pour Piketty aurait précédé le capital et sur elle d’autres visées idéologiques auraient été possibles. Il est vrai que globalement, principalement dans l’entretien du Monde, la grande fresque historique, tant vantée dans les médias, laisse l’histoire de côté. Il n’y a pas, chez Piketty, d’histoire du capitalisme avec des périodes qui arrivent à leurs limites, des crises et des restructurations sur les limites précédentes, mais un développement neutre sur lequel se greffent en parasites des choix idéologiques parfaitement substituables les uns aux autres et réversibles. « L’inégalité n’est pas économique ou technologique, elle est idéologique et politique » (entretien à Libération).

Je laisse de côté l’idéalisation des « Trente Glorieuses » comme une période quasiment « anti-capitaliste », celle de la « cogestion » à l’allemande dans le cadre de laquelle les syndicats viennent, il y a quelques jours, d’entériner l’extension du chômage partiel et au travers de laquelle ils avaient également cogéré l’extension des emplois précaires à l’intérieur des grandes entreprises dont ils « partagent » la gestion.

Finalement, « tous propriétaires » et « tous héritiers » sont les derniers mots de sa « critique » de la propriété et de l’héritage. Jusqu’à quelques millions d’Euros ( ! ), la propriété correspond à ce que dans l’entretien du Monde Piketty appelle : « la propriété privée correctement redéfini dans ses limites et dans ses droits », celle qui, dans un langage quasi macronien, « fait partie des dispositifs institutionnels permettant aux différentes aspirations et subjectivités individuelles de s’exprimer ». Encensant le livre de Piketty, Marie Charrel, la journaliste du Monde qui en fait la promo, écrit : « L’obsession de la propriété conduit parfois à des extrêmes », admirable « parfois ».

Cette « redistribution permanente » est purement une utopie capitaliste. Le capital est une force sociale et son appropriation privée est constamment dans son histoire à la base d’une contradiction pour lui-même (voir chez Marx la façon de considérer les sociétés par actions et … les coopératives). Cette contradiction entre la force sociale et l’appropriation privée était même pour Lénine la contradiction principale de ce mode de production. On connaît la suite et la résolution de la contradiction en URSS … Piketty propose quant à lui « une autre forme de propriété, sociale et temporaire » plus ou moins confondue avec une certaine forme d’autocogestion (ce n’est pas une faute de frappe). Mais celui qui nous dit que « le dépassement de la propriété privée n’a rien d’utopique », déclare quelques secondes après : « il est normal que la personne qui a apporté le capital d’une société de 10 salariés ait plus de pouvoir que l’employé recruté la veille et qui partira peut-être monter son propre projet » et il « abolit la propriété privée » en « limitant à 10% les droits de vote de tout actionnaire individuel ». Enfin : « La petite propriété privée, elle, aurait toute sa place, tout comme l’entreprenariat (…) L’hyperconcentration du capital entre les mains de quelques personnes n’est pas un modèle efficace ni indépassable » (entretien à Libération). Cette hyperconcentration était déjà vue par Luxembourg dans L’Accumulation du capital, dans une tout autre perspective que Piketty, comme une menace pour le dynamisme du capital. Mais Marx et les théoriciens de la Social-démocratie allemande y voyait alors une condition du socialisme.

Le travail de Piketty fait partie des nombreuses réflexions actuelles sur les limites de la phase de la subsomption réelle initiée à la fin des années 1970, c’est-à-dire sur la mondialisation telle qu’elle s’est alors mise en place (fin du deal entre la chine et les Etats-Unis), sur la financiarisation du capital productif (je ne dis pas la domination de la finance), sur la disjonction entre valorisation du capital et reproduction de la force de travail, sur la double déconnexion (la disjonction précédente avec son zonage en abimes qui est devenu « disfonctionnel » ; déconnexion entre la consommation et le salaire comme revenu), sur la dénationalisation de l’Etat et finalement sur l’identité dans la crise de 2008 et celle à venir entre suraccumulation et sous-consommation (il y a fort à parier que celle à venir enveloppera cette identité dans une crise de la valeur sous la forme de la possibilité de la création monétaire). Tout cela amalgamé, jusque dans les notes du FMI, comme « question des inégalités » (ce qui n’a pas empêché récemment le FMI d’appliquer ses bonnes vieilles recettes aux Argentin, mais, fait nouveau, ils paraissent un peu s’en mordre les doigts).

Il faut prendre en compte le succès mondial du travail de Piketty, il est devenu une référence et le chef de file d’une des diverses écoles qui s’affrontent et proposent leurs services. Ces diverses écoles effectuent leur travail normal au service de la classe dominante, cela peut avoir des retombées juteuses pour elle, mais l’essentiel est le travail d’unification de l’idéologie dominante qu’elles effectuent non sans confrontations et rivalités internes (voir la ridicule rancœur de Galbraith de s’être fait « voler » son travail statistique par Piketty, Le Monde du 6 septembre 2019).

La crise et les modifications actuelles de la mondialisation et des rapports de classes dans lesquels elle baigne nécessitent une profonde refonte de l’idéologie. La classe capitaliste doit d’abord s’unifier elle-même comme classe, constituer une unité avec les alliés dont elle a besoin, elle doit aussi, actuellement, transformer les appareils d’Etat tels qu’ils existent et tout cela doit être couronné par une opération particulière d’unification idéologique. Ce travail d’unification se fait dans la confusion et les rivalités d’offres de service des intellectuels aux hommes politiques et aux think-tank de la grande et petite bourgeoisie. Il faut ravauder l’idéologie dominante déchirée par les grands événements du temps, c’est-à-dire les limites de la phase initiée à la fin des années 1970, à quoi il faut ajouter les questions politiques, stratégiques et « sociétales » : la présence définitive des immigrés et de leur descendance, la dénationalisation de l’Etat qui fait de la citoyenneté nationale une enveloppe de la lutte de classe, les flux de réfugiés, l’éclatement du Moyen-Orient, l’islam devenu marqueur racial, la perte d’hégémonie des sociétés occidentales – à ne pas confondre avec la perte d’hégémonie de leur bourgeoisie. Il faut ravauder cette idéologie dominante pour intégrer et conjurer la critique et les luttes. Le ravaudeur doit être un individu critique, d’autant plus embauché comme ravaudeur qu’il sera un grand critique.

En général, personne n’a adressé de commandes aux intellectuels, mais ils agissent comme si on les avait mandatés, ils se sentent les représentants de la classe dominante. De colloques en séminaires, ils viennent proposer leur marchandise théorique à qui veut l’acheter. Il advient qu’elle trouve le preneur qu’ils attendent, ou un preneur tout à fait inattendu, qui a besoin de cette marchandise pour l’accommoder à sa façon et la faire consommer à sa clientèle (à ce moment là ils se draperont dans leurs bonnes intentions détournées). Il advient aussi qu’ils repartent sans avoir fait affaire, et ils continuent leur petit travail jusqu’à ce que l’occasion se présente enfin ou ne se présente jamais. Il existe une prodigieuse quantité de trouvailles laissées pour compte, qui sont autant de déchets théoriques, mais ces déchets sont les déchets des produits finis qui trouvent preneur sur le marché. Piketty a trouvé de nombreux preneurs : à la gauche du parti démocrate américain, au parti travailliste, dans la laborieuse recomposition de la gauche en France, etc., mais ces « preneurs » peinent à se placer en tête.

« Idéologie propriétariste », « inégalités », « revenu citoyen », etc. sont, entre autres, actuellement, ces marchandises destinées à mettre bout à bout les anciennes pièces de l’idéologie dominante et les nouvelles, de les ajuster pour remettre en marche la machine qui à intervalles plus ou moins réguliers se grippe comme le fait justement remarquer Piketty (le grippage des idéologies et le marché qui s’ouvre alors est même le sujet de son livre destiné à justifier ses offres de service). Ces pièces nouvelles, sur mesure, doivent pouvoir servir à tous les raccordements possibles, il faut qu’elles soient en petit nombre d’où la férocité des rivalités et qu’elles se présentent comme des concepts pour être modulables et plastiques à l’infini tout en proposant une « vision du monde ».

Il ne s’agit pas d’être contre les mesures préconisées par Piketty, ni même de rejeter sa « remise en cause » de la propriété telle qu’il la pose dans son sens juridique le plus général en tant que « droit », ni de contester l’impact dans le vécu quotidien, dans le présent de la société actuelle, de cette polarisation de la richesse et de la pauvreté dont la propriété est la base et le signe (même si on fait abstraction de la confusion constante chez Piketty entre capital, revenu, et simple somme d’argent comme moyens de circulation), ni (ce qui n’est pas dans le propos de Piketty mais peut en être une déduction) l’impact que les différences de propriété dans son sens le plus général peut avoir dans les groupes militants ou même simplement théoriques jusqu’à les cliver, ni enfin de ne pas voir que la lutte des classes passe toujours par la façon dont le vécu est perçu dans son immédiateté (et c’est tant mieux), mais de là à considérer les réflexions de Piketty comme une critique de la propriété et pire du capital qu’il ramène à la propriété, il y a un gouffre. Piketty ne rappelle pas la « critique marxiste » de la propriété à ses devoirs, tout au plus il est un symptôme d’une caractéristique de la crise ou plutôt de la manière dont la crise en cours se manifeste à la classe capitaliste en respectant, y compris dans le discours de Piketty, sa « religion de la propriété ». Piketty fixe une utopie capitaliste qu’une éventuelle restructuration modèlera à sa façon car le mode de production existe avec ses nécessités structurelles (mais Piketty aura fait son boulot).

S’il faut reprendre la question de la propriété c’est en la situant conceptuellement à la fois dans sa nécessité et dans son écart aux rapports de production. La focalisation de Piketty sur la propriété lui interdit précisément une critique de la propriété. Quant au « dépassement du capitalisme » dont les mesures préconisées seraient la chose en procès (entretien au Monde), on ne peut que considérer que c’est une plaisanterie. Piketty est un gentil contestataire promu en trublion pour le spectacle de la contestation.

R.S.

Source : http://dndf.org/

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Capitalisme/anticapitalisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 160

Théorie c'est aussi ...