Une tribune pour les luttes

Mut Vitz 13

Desde Oaxaca. El Taller Artistico Comunitario

De l’autre coté du charco - carnet de passage par Abya Yala (Traba , Patxi Beltzaiz)

Article mis en ligne le mercredi 25 décembre 2019

Á Oaxaca, les murs racontent des histoires. Sur un mur bariolé, Zapata semble vouloir refaire sa révolution. La moustache vibrante de ses colères homériques. Plus loin, une gamine regarde des papillons s’envoler vers la mort qui plane au-dessus d’elle. Même pas peur ! semble-t-elle dire en disparaissant au coin de la rue. Posée sur une façade, une femme-fleur palpite au cœur d’un épi de maïs. Ses désirs sur le point d’éclore en mille morceaux.

Il s’agit de gravures de taille monumentale qui essaiment sur les murs de la ville. Un art de rue qui se veut à la fois esthétique et politique. Porteur de la tradition de l’art graphique dont peut s’enorgueillir México depuis plusieurs générations. Ici, les ateliers de gravures sont légions et pour mieux essayer de comprendre un tel engouement, nous avons rendez-vous avec Mario Guzmán, membre fondateur du Taller Artistico Comunitario (TAC).

Remonter la rue Portifiro Diaz, c’est remonter une rue haute en couleur. Certains mur décrépis racontent la magnificence des siècles passés. D’autres se disputent les éclats de vert, les nuances d’orange ou la beauté d’un sombre violet. La ville semble enchantée. Loin de nos murs gris occidentaux. Au numéro 510, un violoniste nous observe, imperturbable. Á ses cotés, une gamine serre contre elle un cœur marqué du chiffre 43. Justicia o Revolución violenta, des mots comme des balafres sur le mur. Ayotzinapa, toujours au cœur de douleurs inextinguibles. Nous sommes bien arrivés au TAC.

L’histoire de Mario rejoint celle de l’histoire des arts graphiques au Mexique. Avant même de nous parler de lui, de son travail, il fait un pas de côté pour revenir aux origines vers l’incontournable Maestro José Guadalupe Posada (1852-1913). Ses « calaveras », squelettes qui dansent, qui se battent ou qui s’étreignent vont faire le tour du monde. Elles représentent les pauvres, la misère, l’injustice, le peuple mexicain tout entier. Pour Diego Rivera, grand muraliste Mexicain, ces gravures étaient aussi puissantes que celle de Goya.

Cette tradition de la gravure politique va se retrouver à travers el Taller de Gráfica Popular, créé par les peintres Leopoldo Méndez, Luis Arenal et Pablo O’Higgins. Un collectif qui a construit le discours graphique de la révolution mexicaine et qui a travers ces dessins a combattu toutes les formes de fascisme. Pour Mario, cette période représente « l’âge d’or » de la gravure mexicaine. Cette histoire se prolonge sur tout le continent « En Amérique latine, après la guerre froide, l’art graphique est devenu très prolifique. C’était l’époque des guérillas. Ce type d’art voulait dénoncer les nouveaux impérialismes ».

En 1994, le soulèvement zapatiste interpelle Mario et lui inspire ses premières gravures politiques. Par la suite, son histoire personnelle va s’immiscer dans les turbulences de l’histoire collective. Nous sommes en 2006 à Oaxaca. La révolte sociale gronde. Mario va alors rejoindre le collectif ASARO ( ASamblea de Artistas Revolucionarios de Oaxaca). Ce collectif a réussi à regrouper, sur plusieurs années, plus d’une cinquantaine artistes. Pour Mario, « il s’agissait d’appuyer la lutte sociale de Oaxaca avec la volonté de produire des gravures politiques ». Les œuvres d’ASARO sont à la fois non-conformes, poétiques et politiques. Leurs dessins reflètent, leurs colères, leurs extases, leurs renoncements, leurs cris, leurs grondements. L’époque est bouillonnante. Les barricades s’élèvent. Les murs se tapissent de cris, de rage et de révoltes. ASARO reprend le flambeau de ses illustres prédécesseurs et dénoncent les inégalités, les violences que subissent les peuples originaires.

Leur revendication est simple : « L’Assemblée des artistes révolutionnaires est née de la nécessité de rejeter et de transcender les formes autoritaires d’exercice du pouvoir et de la culture institutionnelle qui ont été qualifiées de discriminantes et déshumanisantes, cherchant à imposer une version unique de la réalité. Nous revenons à la forme de l’assemblée, parce que nous croyons en la possibilité de récupération de la force communautaire dans l’art et parce que l’assemblée est la manière dont les gens dialoguent et prennent des décisions en fonction d’intérêts collectif ».

(...)

La suite et les photos ici

P.-S.

Nous vous invitons à suivre "De l’autre coté du charco" sur place :

https://delautrecoteducharco.wordpress.com

Nous publierons sur ce blog des articles et des photos des différents lieux et situations que nous rencontrerons durant notre passage en Amérique, ou plutôt en Abya Yala.
Abya Yala est le nom indigène pour désigner le continent Amérique.
Photographies : Patxi Beltzaiz / Textes : Vero Traba

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

International c'est aussi ...

0 | ... | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | ... | 420

MUT VITZ 13 c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | 60