Une tribune pour les luttes

samedi 15 février 2020

MARSEILLE

17 h

Au local de Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001

Présentation de deux livres suivie d’un débat

L’anarchisme non-violent

Par Lou Marin

À l’invitation de CLNM (Cercle libertaire et non-violent de Marseille) &
La Libre Pensée Autonome – Les Amis d’André Arru

Antimilitaristes anarchistes non-violents,
Barthélemy de Ligt (1883-1938) et Pierre Ramus (1882-1942)
Une critique anarchiste de la justification de la violence
Collectif Désobéissances libertaires

L’imaginaire libertaire se nourrit abondamment des «  exploits révolutionnaires  » qui ont jalonné l’histoire du mouvement anarchiste depuis ses débuts. Et si la très grande majorité des militant·e·s continue à affirmer son attachement théorique à l’antimilitarisme, celui-ci semble être lié davantage à un monde à venir qu’à une pratique quotidienne.
Et pourtant, nombreux sont les exemples de personnes ayant cherché dans l’anarchisme, dans l’antimilitarisme et la non-violence, les ressources pour proposer non seulement une «  vision du monde  », mais un engagement constant pour atteindre une société sans violence, sans armées, basée sur des pratiques les plus horizontales possibles.
Car même s’il y a une différence entre la violence de l’oppresseur et la violence des opprimé·e·s, malgré tout, la violence est en soi un phénomène qui possède sa propre dynamique autoritaire et anti-émancipatrice, quand bien même elle se manifeste comme une contre-violence des opprimé·e·s. C’est pourquoi la critique radicale de la violence est toujours en même temps aussi une critique radicale de la domination et elle est par là ainsi une partie intégrante, absolument nécessaire, de la théorie et de la pratique anarchistes.

Répondre à cet article